entête
entête

Limoges

La Bibliothèque francophone multimédia

Annie Le Saux

Après Poitiers, Orléans et La Rochelle, la toute dernière bibliothèque municipale à vocation régionale, la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges, vient d’ouvrir ses portes. Élégante, spacieuse, claire, confortable, les adjectifs ne manquent pas pour qualifier cette dernière création de Pierre Riboulet 1.

Un espace ouvert

C’est en effet cet architecte qui a été sélectionné pour la conception de la bibliothèque, faite d’un nouveau bâtiment, dont les façades vitrées ouvrent sur la ville, et d’unbâtiment ancien construit sur le site de l’hôpital du xviiie siècle. Ces deux bâtiments, qui se différencient par leur architecture extérieure et se répondent par leur agencement intérieur, sont reliés entre eux par un jardin de lecture, visible depuis la ville et organisé autour de la lumière. Le présent et l’histoire se rejoignent ainsi dans une architecture expression de l’un et témoin de l’autre.

L’entrée du bâtiment se fait par un hall, où des expositions seront offertes aux Limougeauds. Cette partie du programme de construction a été choisie volontairement indépendante de la bibliothèque, tout comme le café littéraire et, en sous-sol, la salle de conférences, pour pouvoir être fréquentés même lorsque la bibliothèque est fermée.

Du hall, on pénètre dans la bibliothèque, un vaste espace rectangulaire, entouré d’une mezzanine, avec, au centre, une vue plongeante sur l’étage inférieur, où une mosaïque gallo-romaine, découverte par des archéologues en 1986, est mise en valeur dans un atrium dessiné à sa dimension.

La signalétique, très claire, s’appuie sur les couleurs : une pastille bleue localise la littérature, une jaune les sciences sociales et humaines…

L’alignement des rayonnages rectangulaires en bois est rompu, au centre, par des rayonnages en arc de cercle, que l’œil prend plaisir à admirer, du haut de la mezzanine. Les lecteurs ont le choix entre des tables en bois équipées de lampes individuelles ou des coins lectures, où de confortables fauteuils rouges favorisent la détente. Des chauffeuses en bois non moins confortables complètent ce mobilier particulièrement chaud et accueillant.

Neuf banques d’accueil ont été conçues pour pouvoir, dans chacun des espaces, obtenir des renseignements et emprunter les documents. Sur chacune de ces banques, une maquette de la bibliothèque permet à l’usager de se repérer, où qu’il se trouve.

Une gratuité totale pour tous

Alors que le monde des bibliothèques retentit du rapport Borzeix, la Bibliothèque francophone de Limoges se glorifie de la gratuité totale de l’inscription et du prêt, quels que soient les documents empruntés : livres, périodiques, cédéroms, vidéos, ou même des estampes exposées dans l’espace Artothèque et provenant de l’Artothèque du Limousin. 150 000 de ces documents sont offerts en libre accès aux 35 000 lecteurs, que compte la ville de Limoges, tandis que 200 000 documents sont rangés dans des magasins de proximité propres à chaque pôle (littérature, fonds limousin et patrimonial, jeunesse…), ou dans des compactus en sous-sol.

Avec la création de cette nouvelle bibliothèque de 15 000 m2, de nouveaux pôles sont apparus, qui n’existaient pas dans l’ancien établissement : ce sont les espaces consacrés à la vidéo et au cinéma, à la discothèque et aux nouvelles technologies – un atelier multimédia offre au public 14 micro-ordinateurs.

Un secteur jeunesse important reflète parfaitement les principaux pôles de la bibliothèque pour adultes, reprenant la même signalétique : on y trouve des livres, journaux, vidéos, cédéroms, ordinateurs, et des tableaux – la galerie « L’Art à la page » prête des expositions.

L’aide de la ville, pour les acquisitions du réseau des bibliothèques de Limoges, est de 4 millions de francs, auxquels s’ajoute une aide du Centre national des lettres. Les usagers des bibliothèques de quartier bénéficient des mêmes services que la bibliothèque centrale, grâce à un réseau de fibres optiques 2.

La francophonie

Pôle associé de la Bibliothèque nationale de France dans le domaine du théâtre francophone, la bibliothèque de Limoges possède un fonds particulièrement riche en littérature francophone, accessible à tous les usagers. Un espace de 250 m2, regroupant des ouvrages plus rares, est réservé aux étudiants et aux chercheurs, à l’étage de la mosaïque 3.

Au rez-de-chaussée, une tapisserie, créée par l’artiste algérien Rachid Koraïchi, dans le cadre du 1 % culturel, et réalisée à Aubusson, souligne, dès l’entrée, le lien de la bibliothèque avec le monde francophone. Un lien qu’une convention signée avec la Bibliothèque d’Alexandrie ne fait que renforcer.