entête
entête

René Fillet

Biographie à plusieurs voix

Paris : Bibliothèque publique d'information, 1997. 292 p. ; 21 cm. ISBN 2-84246-023-3

par Jacqueline Gascuel-Cart

Cette ample moisson de textes, réunie à l'initiative de Marie Fillet, présente une image très chaleureuse de René Fillet, disparu en août 1996, image familiale d'abord, image professionnelle ensuite, mais aussi image du citoyen actif ou de l'érudit.

Plus de soixante contributions provenant de personnes l'ayant côtoyé à un moment ou à un autre de son existence de l'enfance à la retraite paisible dans sa propriété tourangelle de la Tupinière savent le faire revivre, avec sa petite moustache, ses cheveux éternellement en brosse et le sourire malicieux qui le quittait rarement. Et par-delà la constance du portrait physique, c'est aussi la constance du personnage tout entier qui transparaît.

Le manuel

Nous découvrons René Fillet jeune, travaillant dans la laiterie de sa mère ; plus tard nous le voyons, une caisse de livres sur l'épaule, dévaler les chemins escarpés de l'Isère, sortir son couteau suisse pour maîtriser une serrure récalcitrante ou se munir d'un marteau pour accrocher les panneaux d'une exposition de la bibliothèque municipale de Tours ou de la Bibliothèque publique d'information. Et l'âge de la retraite venu, cultiver avec amour son jardin, en mitonner les produits pour sa famille ou ses amis. Travailleur infatigable, il appréciait les tâches manuelles, avait « l'intelligence des doigts ». Ce qui le conduisait à apprécier à leur juste valeur les compétences de ceux qui exercent une profession manuelle, à leur manifester du respect. Et il était respecté d'eux comme en témoignent plusieurs textes de ce volume.

Le patron et l'ami

Autant ami chaleureux que patron exigeant. En des termes parfois différents, cette idée revient comme un leitmotiv tout au long du volume. Elle est exprimée par les élèves ou les collaborateurs, mais aussi par les proches. Elle se réfère au souvenir amusé de quelques colères mémorables tout comme au soutien bienveillant dans les situations difficiles ; et surtout aux conseils patients que René Fillet savait dispenser à tous ceux qui le consultaient. Et en acceptant les fonctions de maire de sa commune, il poursuivait ce rôle de patron, obtenant de chacun qu'il donne le meilleur de lui-même.

L'activiste de la lecture publique

Toute la carrière de René Fillet s'est déroulée dans les bibliothèques publiques, du bibliobus de l'Isère à la Bibliothèque publique d'information. Il a été un « activiste » de la lecture publique, selon l'heureuse formule de Noë Richter, inventant de nouvelles manières de promouvoir la lecture, de gérer les prêts, participant aux groupes de réflexion, écouté des autorités et notamment à l'occasion de la publication du rapport du Groupe d'études sur la lecture publique de 1968. Il était de ceux qui vivaient le métier de bibliothécaire comme un « métier de conquérant ». Et les quelques témoignages qui rendent compte de cet aspect de sa personnalité intéresseront tous ceux qui s'intéressent à l'histoire des bibliothèques publiques. On se prend presque à regretter qu'ils ne soient pas un peu plus nombreux, tant le rôle de René Fillet fut exemplaire en ce domaine.