entête
entête

Annie Béthery

Jacqueline Gascuel

Revues et magazines

guide des périodiques à l'intention des bibliothèques publiques

4e éd. Paris : Éd. du Cercle de la librairie, 1997. 409 p. ; 24 cm. (Collection Bibliothèques). isbn 2-7654-0679-0 260 F

par Jean-Pierre Brèthes

Voici donc cette quatrième édition, tant attendue, de l'ancien Guide des périodiques pour les bibliothèques publiques, devenu Revues et magazines d'aujourd'hui en 1990. À nouvelle édition, nouveau titre : Revues et magazines. Avouons que la suppression du mot « aujourd'hui » nous chagrine un peu, comme si ce nouveau volume se voulait plus intemporel ; à moins que ça ne soit la trop longue périodicité (tout de même sept ans entre deux éditions, c'est beaucoup) qui ait contraint Annie Béthery et Jacqueline Gascuel à cet effacement : gageons que ça ne rendra pas le volume plus utile pour autant au bout de quelques années. Il faudrait, c'est certain, dans un domaine aussi fluctuant que celui des périodiques, une actualisation beaucoup plus fréquente de cette indispensable bibliographie.

Indispensable en effet, d'abord pour la première partie, consacrée à l'histoire de la presse, à la typologie et la fonction des périodiques dans les bibliothèques publiques, partie qui a doublé de volume ! On sent là un désir des deux auteurs de répondre à l'ignorance massive des jeunes générations et notamment des étudiants en bibliothéconomie et documentation dans ce domaine. Mais cet ouvrage rafraîchira aussi les connaissances des bibliothécaires en poste, grâce aux données tout à fait récentes (les grands groupes de presse, les nouvelles technologies, les revues électroniques, Internet, la politique d'acquisition, le désherbage, etc.), souvent absentes des précédentes éditions.

Mais c'est bien entendu la deuxième partie consacrée aux notices analytiques (à 90 %) des 802 titres retenus (contre 763 en 1990) qui attire notre attention. La presse locale, régionale et quotidienne a été exclue à quelques exceptions près. Les notices donnent l'adresse et le coût de l'abonnement du périodique, à jour en mai 1997, ainsi que le site Internet où on peut éventuellement le consulter, et le tirage connu. L'analyse précise le plus souvent le contenu, la présence éventuelle d'index ou de tables. Elle indique aussi l'orientation idéologique ou politique, s'il y a lieu.

Évolution du classement

Le classement a légèrement évolué : ainsi, on note entre autres l'apparition des chapitres « Religions » (jusqu'alors inclus dans « Sciences humaines ») et « Économie » (détachée de « Politique, économie ») ou des rubriques « Magazines à dominante culturelle », « Communication », « Affaires, bourse, finances », « Emploi », « Informatique », « Bâtiment, travaux publics », « Marché de l'art », « Patrimoine », « Techniques d'écriture », « Caravaning et voyages », « Gastronomie » Chaque chapitre et plusieurs rubriques sont précédés d'une introduction qui situe leur problématique. Les auteurs n'hésitent pas à enfoncer quelques clous quand il le faut (lire les notices sur Gavroche, Positif, Madame Figaro ou vsd, par exemple).

Bien entendu, il n'y a pas tout, notamment la presse extrémiste est absente, de gauche comme de droite. On trouve pourtant Minute, sans doute pour contrebalancer Le Canard enchaîné ou Charlie Hebdo. De même, on ne trouvera pas de presse ésotérique, ni les périodiques pour mal-voyants, ni les journaux de rue. De-ci de-là, figurent quelques revues de niveau universitaire qui auront leur place dans les grandes médiathèques publiques.

Dans l'ensemble, toutes les bibliothèques de lecture publique, et même des bibliothèques universitaires, feront leur miel de cette nouvelle édition, qui encourage vigoureusement la pluralité par le choix et la variété des rubriques. Il faut donc souhaiter que nos collègues se précipitent sur cet ouvrage pour rajeunir leur assortiment de périodiques, notamment dans les domaines scientifiques, qui restent encore un point faible et insuffisamment développé dans la plupart des bibliothèques. Et qu'ils n'hésiteront plus à supprimer des abonnements obsolètes ou redondants, pour assurer l'offre la plus diverse et la plus actuelle.