entête
entête

Librarianship and Information Work Worldwide 1996/97

an Annual Survey

General ed. Maurice B. Line, ed. Graham MacKenzie, John Feather. East Grinstead : Bowker-Saur, 1997. - xi-322 p. ; 24 cm. ISBN 1-85739-164-0

par Gaëlle Béquet

Cet ouvrage, divisé en onze chapitres, rassemble les problématiques actuelles liées au monde de l'information et de la documentation tel qu'il est traité dans des articles ou des monographies publiés principalement en 1995.

Environ 1 300 références sont ainsi recensées qui constituent une source d'information inestimable pour le bibliothécaire et le chercheur. Les chapitres 2 à 6 sont consacrés à des types de bibliothèques publiques, universitaires, nationales, spécialisées en information économique, pour la jeunesse, scolaires. Les chapitres 1 et 7 à 10 traitent de thèmes spécifiques les documents audiovisuels, électroniques, l'information dans le secteur privé, la gestion de la qualité. Quant au chapitre 11, rédigé par Mary-Lynn Suttie, il s'intéresse à la situation des bibliothèques en Afrique anglophone.

Les quinze auteurs sont des professionnels, pour la moitié britanniques, qui présentent les sujets d'actualité dans chaque domaine et renvoient à une bibliographie en fin de chapitre. En complément, le lecteur peut se reporter aux index des sujets et des auteurs à la fin du volume.

L'information en réseau

Les thèmes dominants sont bien sûr Internet et l'information en réseau. Les bibliothèques sont des consommateurs et parfois des fournisseurs d'information sur Internet. Dans ce cas, elles peuvent entrer en concurrence avec le secteur privé en dispensant des informations du domaine public ou protégées par les droits d'auteur. La nouvelle donne en matière de communication entraîne des changements dans toutes les bibliothèques, car elle modifie la vision des professionnels sur la constitution des collections, sur leur conservation et sur l'économie des services proposés.

En effet, il s'agit à présent moins de posséder un document que de pouvoir le localiser et en obtenir rapidement une copie, si possible sous forme électronique. Malheureusement, les documents présents sur le réseau ont un caractère éphémère et les bibliothèques doivent s'interroger sur la nécessité de les copier afin de les conserver (il existe un projet suédois de capture des textes sur les sites Internet se terminant par le suffixe se).

Enfin, ces documents, dont une partie est protégée par des droits d'auteur et dont la consultation ou l'impression sont souvent payantes, sont coûteux pour l'établissement ou pour l'utilisateur. Un choix économique s'impose. En Afrique, où peu de pays sont reliés à Internet, il faut redouter l'élargissement de l'écart entre une population informée, celle vivant en zone urbaine, et une population mal informée habitant à la campagne. L'installation de lignes téléphoniques devient un enjeu supérieur à la fourniture de l'eau courante ou de l'électricité, les entreprises estimant que les paysans pourront alors mieux vendre leurs produits et s'enrichir. Toutefois, l'adoption des techniques occidentales de communication renforce la dépendance des pays africains vis-à-vis de l'Occident.

Les bibliothèques nationales

Les bibliothèques nationales sont au coeur des bouleversements, notamment parce qu'elles gèrent le dépôt légal et qu'une de leurs missions est de conserver ce qui est édité sur un territoire donné, mais aussi parce que la plupart ont lancé des programmes de numérisation de leurs collections, pour lesquels elles ont dû parfois négocier avec les éditeurs.

Le chapitre écrit par Catherine Pinion traite particulièrement de la numérisation des documents audiovisuels, évoquant les problèmes liés à la restauration de ces documents au moment du transfert vers un support informatique - et à la compression des fichiers obtenus. Leur dépôt légal a des conséquences pratiques qu'on ne peut négliger (nécessité d'une conservation dynamique, maintenance des lecteurs appropriés, négociations autour du droit d'auteur). Il est parfois nécessaire de faire un tri, mais il ne faut pas négliger des pans entiers de la production. Au Royaume-Uni par exemple, on s'interroge sur la possibilité de conserver les jeux vidéos qui, pour certains, sont des produits dérivés d'oeuvres cinématographiques.

Les bibliothèques universitaires

Les bibliothèques universitaires sont elles aussi affectées par cette évolution puisqu'elles sont obligées de collaborer étroitement avec les centres de ressources informatiques, tant pour la mise en place de bases de données que pour la formation des utilisateurs. Selon B. Ford et S. Jacobs, l'un des enjeux majeurs de ce changement est l'adaptation du personnel et sa maîtrise des outils informatiques. L'information en ligne, contrairement aux cédéroms dont le coût est prévisible, modifie l'économie des bibliothèques universitaires : c'est seulement grâce à leur alliance avec les fournisseurs de systèmes informatiques et les éditeurs qu'elles pourront s'insérer dans l'économie de l'information en devenir.

Les bibliothèques publiques

Les utilisateurs des bibliothèques publiques sont eux aussi friands de ressources électroniques et délaissent les sources imprimées traditionnelles. Les usagers distants veulent pouvoir consulter les catalogues ou les documents en texte intégral ou multimédias. Cette évolution de la demande va de pair avec une réduction des budgets de fonctionnement des établissements due à un désengagement de l'État qui laisse aux autorités locales le soin de financer ces équipements.

Les bibliothèques publiques doivent recourir à des bénévoles ou à des emplois précaires, faire payer certains services aux usagers, réduire les acquisitions, coopérer avec d'autres organismes culturels ou trouver des mécènes. Les bibliothécaires apprennent à gérer la rareté des ressources et à cibler leur public. Ils ont aussi un rôle primordial à jouer dans la démocratisation de l'accès à Internet et dans la formation des usagers, en n'omettant pas de s'adresser aux enfants. Eva Glistrup regrette qu'il y ait si peu de discussions professionnelles autour du rapport de l'enfant à l'ordinateur. Serait-ce parce que la section jeunesse des bibliothèques, notamment au Danemark, n'a pas un prestige équivalent aux autres sections ? Bien souvent, les bibliothécaires de cette section n'accèdent pas aux postes de responsabilité.

Plusieurs auteurs estiment que le métier de bibliothécaire évolue vers la formation des usagers, ceux-ci étant ensuite capables de retrouver l'information sur le réseau grâce à des outils aussi simples que la Toile (World Wide Web), les butineurs (browsers) et les moteurs de recherche. Le bibliothécaire doit suivre les évolutions techniques et organiser les ressources du réseau : plusieurs expériences de catalogage des sites Internet étaient en cours en 1995.

A l'heure où les budgets se réduisent, Margaret Kinnell souligne l'absence de livres traitant de la gestion dans le secteur public non commercial. La British Library a lancé un projet visant à constituer une bibliographie sur la gestion de la qualité dans les bibliothèques et à identifier des outils pratiques, parmi lesquels les indicateurs de performance qui suscitent l'intérêt de l'iso et de la Commission européenne. Dans les pays nordiques, un guide de la certification iso 9000 pour les bibliothèques a été publié en 1995, mais très peu de bibliothèques se sont engagées dans le processus de certification.

Outre les aspects abordés ci-dessus, les auteurs ont su tirer parti de bibliographies abondantes pour dresser un panorama impressionnant des débats professionnels actuels et ils concourent à faire de cet ouvrage une référence.