entête
entête

Danielle Taesch-Wahlen

Concevoir, réaliser et organiser une bibliothèque

mémento pratique à l'usage des élus, des responsables administratifs et des bibliothécaires

Paris : Éd. du Cercle de la librairie, 1997. 162 p. ; 24 cm. (Collection Bibliothèques). isbn 2-7654-0656-1. 200 F

par Bertrand Calenge

La question de la place de la bibliothèque dans la ville s'impose de façon récurrente dans la littérature professionnelle de ces dernières années, sous les angles les plus divers : paroles d'élus, discours d'architectes, ou études de sociologues. Il ne fait nul doute que cette interrogation multiforme va bien au-delà d'une question bibliothéconomique, et renvoie à l'incertitude sur l'avenir de la ville, sur son identité, sur la politique d'intégration et de socialisation de groupes toujours plus éclatés.

Danielle Taesch-Wahlen s'est délibérément placée dans cette perspective, en tentant une synthèse qui veut, « en redéfinissant la place de ces bibliothèques dans un projet culturel, donner aux élus, aux responsables administratifs et aux professionnels matière à réflexion sur l'enjeu de ces institutions, leurs moyens, leurs cadres, leurs activités, et leur permettre d'élaborer un programme architectural et fonctionnel réaliste en conformité avec les missions et les objectifs retenus ».

Missions, objectifs, dynamiques

Organisé en cinq chapitres, l'ouvrage balaye successivement « la bibliothèque dans un projet de ville » ; « la bibliothèque, un cadre, un contenu » ; « la bibliothèque : des missions et des objectifs » ; « la bibliothèque, une organisation dynamique » ; « la bibliothèque, un projet architectural ». Au seul énoncé des titres, on voit à quel point l'ensemble est organisé autour des missions, des objectifs, des dynamiques. Énoncés avec conviction, dans un langage clair, les arguments développés s'inscrivent dans une politique prospective : la bibliothèque n'est pas ici une institution immobile, c'est un enjeu, un projet dont le sens se nourrit des multiples politiques de la ville.

Dans ce cadre, la partie consacrée au bâtiment est la plus faible parce qu'elle reprend très sommairement des réflexions, normes et procédures largement détaillées dans d'autres ouvrages, mais surtout sans doute parce qu'elle « casse » un peu le rythme de la lecture et de la passion militante qui anime l'auteur.

Il faut dire que l'exercice est difficile : comment s'adresser par un même texte à des lecteurs aussi hétérogènes que l'élu, l'administratif et le bibliothécaire ? Danielle Taesch-Wahlen a pris le parti de proposer différents niveaux de lecture en multipliant les encadrés : c'est une initiative intéressante et riche, dont le revers est de faire se juxtaposer des centres d'intérêt hétérogènes. Par exemple, quatre encadrés ponctuent la gestion d'une bibliothèque : mais si l'administratif sera intéressé par la « gestion culturelle d'accompagnement », seul le bibliothécaire tirera profit du mode d'emploi de « l'entretien d'évaluation » des personnels.

Ce point de vue rassembleur, sans être cuménique, conduit parfois l'auteur à une retenue excessive : par exemple, la question de la gratuité est prudemment laissée à l'appréciation des élus ; ou encore, les arguments soulignant la lourdeur des charges pour les villes-centres ne sont pas contrebalancés par les avantages commerciaux qu'elles tirent d'une chalandise accrue.

Trouver un langage commun

Il n'en reste pas moins qu'en voulant constamment se resituer dans la perspective des projets et politiques de ville, l'auteur encourage les élus, les administratifs et les professionnels à trouver un langage commun. De l'ouvrage ressort une image très actuelle (et très influencée par le cas de Mulhouse) des bibliothèques municipales : le rôle culturel, la fonction d'insertion sociale, sont mis en avant. Si le rêve d'offrir le maximum de documents au maximum d'usagers est toujours présent, il est amendé par la nécessité pragmatique de réfléchir à la variété de publics renouvelés. Dans cette perspective, le rôle de documentation de la bibliothèque est ici minoré, et les enjeux de la télématique sont même délaissés, au profit des activités éducatives, sociales, patrimoniales et culturelles.

Ces réserves mises à part, on dispose avec cet ouvrage des éléments précieux d'un argumentaire politique en faveur d'une bibliothèque activement intégrée dans la cité.