entête
entête

Images en bibliothèques

Martine Poulain

Le 3 juin dernier, l’association Images en bibliothèques s’interrogeait sur la place du multimédia dans les bibliothèques et, plus généralement, sur les mutations suscitées par l’arrivée du multimédia électronique dans le secteur de l’audiovisuel.

Deux courants figuraient parmi les producteurs présents. Pierre-Olivier Bardet, de la société Idéale-Audience, refuse de se lancer dans les produits multimédias, estimant qu’on ne peut, en l’état actuel des choses, proposer d’œuvre de qualité. Ce qui est aujourd’hui le lot du cédérom a de longue date été illustré par la télévision qui n’est qu’« un moyen de transport. Elle n’a pas généré d’auteurs, moins encore de chefs-d’œuvre ».

Serge Lalou, des Films d’ici, s’est au contraire lancé dans l’aventure, en produisant des titres tels que Les Carnets de voyage de Delacroix, Le Voyage de Dürer aux Pays-Bas, etc. Estimant lui aussi que la tradition esthétique n’est guère encore solidement constituée dans la production de cédéroms multimédias, il pense tout de même qu’il est possible de concevoir des produits de qualité, par exemple dans le domaine éducatif.

Isabelle Crouzette, en charge de l’offre audiovisuelle des bibliothèques de Mulhouse, estimait elle aussi que la liberté apparente du lecteur face à un contenu non hiérarchisé dans les cédéroms posait problème, notamment pour la personne démunie de la capacité de structurer son propre cheminement.

Plusieurs bibliothécaires en charge de secteur audiovisuel exposèrent ensuite leurs tentatives. Furent ainsi évoquées les offres de la Filature, à Mulhouse, de la Bibliothèque publique d’information, de la Bibliothèque nationale de France et de la bibliothèque d’Issy-les-Moulineaux.