entête
entête

Marie-Hélène Prévoteau

Jean-Claude Utard

Manuel de bibliographie générale

Préf. d'Annie Béthery Paris : Ed. du Cercle de la librairie, 1995. - 311 p. ; 24 cm. - (Collection Bibliothèques). ISBN 2-7654-0578-6 : 270 F

par Jean-Pierre Brèthes

La bibliographie a été et reste, comme nous le confirment ceux qui préparent les concours, la « bête noire » des candidats aux examens professionnels.

Ils n'y voient qu'apprentissage par coeur de titres, de modes de classement ou de dates, et souffrent visiblement de l'aspect souvent anarchique et désordonné qui semble régner dans cet univers nouveau pour eux. Pis encore, une fois dans le métier, beaucoup d'entre eux ont l'impression de n'utiliser qu'un nombre restreint de répertoires - ceux nécessaires aux acquisitions courantes -, et que tous les autres ne sont qu'un pensum inutile. Ils oublient qu'en réalité, parmi les outils bibliographiques au programme des examens et concours, on trouve aussi des dictionnaires de langue, des encyclopédies générales, des dictionnaires spécialisés, des annuaires de toutes sortes, des catalogues de bibliothèques...

Finalement, pour renseigner ou aider les usagers, les personnels sont bien souvent obligés de définir, d'identifier, de localiser, aussi bien des documents que des organismes, des éditeurs, des librairies, des bibliothèques... Bref, ils font couramment de la bibliographie sans s'en rendre compte.

Approche pragmatique et concrète

Aussi, ce nouveau titre de la collection Bibliothèques, qui renouvelle les anciens manuels de Louise-Noëlle Malclès 1 et de Marcelle Beaudiquez 2, vient à point remettre les pendules à l'heure et rappeler à chacun que la bibliographie est à la base de notre métier, puisqu'à l'heure de l'informatique et des autoroutes de l'information, la connaissance, la recherche et la fourniture de l'information sont devenues reines, et le savoir-faire professionnel plus indispensable que jamais.

C'est que la bibliographie n'a jamais été aussi bousculée qu'en ce moment : les technologies nouvelles entraînent des modifications très importantes, notamment des supports et, par voie de conséquence, des changements importants dans les modalités de recherche documentaire et de fourniture des documents. Marie-Hélène Prévoteau et Jean-Claude Utard, qui enseignent la bibliographie à Médiadix, et dont ce livre est le résultat du cours, ont choisi justement de privilégier l'approche pragmatique et concrète : relativement peu de théorie, mais une description claire et détaillée des répertoires et banques de données choisis, sur tous supports (papier, CD-Rom, télématique, microfiches...), agrémentée de fac-similés d'une notice ou d'une page pour plus de 70 d'entre eux...

Logique d'apprentissage

A la différence des anciens manuels, on parle ici davantage de recherche documentaire que de bibliographie, mais le contenu global se rapporte toujours d'une part aux ouvrages de référence immédiate, d'autre part aux répertoires servant aux acquisitions, à l'identification, puis à la localisation : les auteurs proposent donc bien une logique d'apprentissage.

Les étudiants liront entre autres avec profit les deux chapitres introductifs qui définissent clairement la problématique de la recherche documentaire : typologie des démarches, organisation des informations dans les répertoires papier et informatisés. Les chapitres sur les dictionnaires et encyclopédies et sur les dictionnaires spécialisés sont un modèle de clarté. Par contre, tout ce qui concerne les catalogues collectifs français reste un peu flou : il est vrai qu'on entre ici dans le futur, et qu'il n'est pas du ressort des auteurs de lire dans le marc de café, au moment où l'Agence bibliographique de l'enseignement supérieur (ABES) commence juste d'exister.

Enfin, les auteurs n'omettent pas de rappeler que l'informatique a introduit des modifications dans la conception même des produits bibliographiques : indexations et clés d'accès multiples, accès éventuel au texte intégral des documents et non plus seulement à leur signalement ou à leur résumé, libération grâce à l'hypermédia de la linéarité de l'écrit. Mais, concluent-ils pourtant, face à une offre de plus en plus pléthorique, les bibliothécaires-bibliographes restent encore ceux qui sont les plus capables de « repérer et trier dans la masse », de « connaître les meilleurs circuits d'approvisionnement pour se procurer les documents primaires ». C'est dire l'importance croissante de la bibliographie, et cet ouvrage doit à ce titre être dans toutes les bibliothèques.

  1.  (retour)↑  Louise-Noëlle MALCLES, Manuel de bibliographie, 4e éd. rev. et mise à jour par Andrée Lhéritier, Paris, PUF, 1986. Cet ouvrage est resté longtemps la bible des étudiants-bibliothécaires, il est encore très utile pour ses chapitres introductifs et pour la présentation très détaillée des bibliographies classiques, générales et spécialisées.
  2.  (retour)↑  On ne présente plus Marcelle Beaudiquez (Guide de bibliographie générale : méthodologie et pratique, 2e éd., Munich, Saur, 1989), que sa réflexion et son activité dans le domaine bibliographique ont menée vers les plus hautes responsabilités, notamment à l'IFLA et actuellement à la Bibliothèque nationale de France.