entête
entête

Anne Slomovici

Les Lecteurs d'un réseau départemental

enquête sur les lecteurs des lieux de prêt pour tous publics desservis par la bibliothèque départementale du Cher

Bourges : Conseil général du Cher : Bibliothèque du Cher, 1994. - 68 p. ; 30 cm.

par Martine Poulain

Il y a les grands travaux et puis il y a les petits travaux. Les seconds ne sont pas moins importants que les premiers. Le patient et précieux travail d'Anne Slomovici, effectué sous la direction de Jean-Michel Salaün et Jean-Paul Gaschignard, à l'occasion d'un stage Enssib à la bibliothèque départementale (BDP) du Cher, en est le témoignage.

Anne Slomovici s'efforce de cemer le lectorat des différents services de prêt de la BDP : dépôts en mairie, prêts directs, bibliothèques municipales.

Dépôt en mairie et prêts directs

La BDP du Cher offre des dépôts dans les mairies de 125 communes (sur 290). Selon les réponses recueillies au cours de l'enquête, le dépôt en mairie touche 4,5 % de la population environ, cinq communes en attirant 10 %, mais la majorité se situant à moins de 4 %. Selon les secrétaires de mairie, généralement responsables de ces dépôts, les lecteurs sont avant tout des retraités (50 %), des scolaires, les actifs ne représentant que 20 % des emprunteurs. Ces dépôts n'arrivent pas à fidéliser de nouveaux lecteurs, ni à gagner des lecteurs provenant d'autres communes ; les prêts ne sont pas très nombreux et l'intensité de fréquentation est généralement assez basse, de l'ordre d'une fois par mois ou moins. Les secrétaires de mairie sont cependant le plus souvent « très attachés à leurs dépôts ». Anne Slomovici a complété ses informations par une enquête téléphonique auprès d'habitants d'une petite commune : 57 % ne connaissent pas l'existence du dépôt, 86 % ne fréquentent aucune bibliothèque.

La BDP du Cher offre le prêt direct en bibliobus dans 13 sites. Le prêt direct touche de 3 à 9 % de la population (6,7 % en moyenne). Le profil des usagers de cinq de ces sites est formé de peu d'adultes actifs (30 %). On y trouve là aussi beaucoup de retraités (30 %) et de scolaires. Ils fréquentent le bibliobus parce qu'il est proche de leur domicile, parce qu'ils apprécient le choix de documents et la qualité de l'accueil. La majorité des lecteurs emprunte moins de cinq documents par mois.

Petites bibliothèques municipales

La BDP du Cher dessert 41 petites bibliothèques municipales, dont 12 répondent plutôt, par leur modestie, à l'appellation de bibliothèques-relais. Elles attirent environ 16 % de la population, certaines touchant plus de 30 % des habitants d'une commune. Le nombre moyen de prêts par an et par lecteur varie de 10 à 30. Les scolaires représentent autour de la moitié des inscrits, les actifs environ 20 % et les retraités à peu près le même pourcentage. L'intensité de fréquentation est plus importante que dans les dépôts.

Anne Slomovici tire un certain nombre d'enseignements de la comparaison de ces différentes offres, qui montre à l'évidence le succès plus grand des petites bibliothèques municipales. Mais elle rappelle aussi les raisons (proximité du domicile, convivialité) qui expliquent la préférence de certains pour d'autres lieux de prêt.

Ce « petit travail » se doit d'être salué, car les études sur les publics d'une BDP sont malheureusement trop rares.