entête
entête

Les Jeunes et leur télévision

les grandes caractéristiques de l'univers des jeunes de 8 à 16 ans

éd. Institut national de l'audiovisuel.
Paris : La Documentation française, 1991. - 150 p. ; 21 cm.
ISBN 2-11-012564-6 : 95 F.

par Gwenaële Guillerm

L'étude présentée dans cet ouvrage a été commandée conjointement par le ministère de la Culture, le service juridique et technique de l'information et les sociétés de programme Antenne 2, France Régions 3 et la Sept. Elle s'appuie sur une enquête menée par Médiamétrie et Diapason auprès de 3 000 enfants en trois « vagues » indépendantes (juin 1987, décembre 1987, mars 1988) portant chacune sur un échantillon représentatif de mille enfants de 8 à 16 ans.

Le sommaire se partage en trois parties et neuf chapitres qui donnent une définition de la jeunesse concernée, de ses habitudes en matière de médias et enfin de ses relations aux médias. Chaque chapitre comporte une note de synthèse en introduction qui permet d'en dégager les grandes tendances. La structure de l'échantillon est détaillée au millième, en annexe.

Bien que l'enquête ait été menée il y a maintenant plus de trois ans, elle reflète tout à fait les tendances actuelles et permet de pénétrer de façon fine et précise dans l'univers des jeunes tant sur le plan de leurs « valeurs » que sur celui de leur consommation de médias.

L'outil de travail qu'est ce recueil de données « brutes » servira aussi bien l'éducateur que le programmateur de médias. En effet, sur ce sujet à controverses et polémiques, il manquait des données objectives complètes.

On y découvre des informations sinon totalement inédites, du moins étonnantes, et quelques unes de nos idées reçues sont mises à mal. Tous les médias y sont traités, aussi bien la lecture que la musique, la publicité que la télévision, qui reste, bien sûr, l'occupation favorite des jeunes. On notera cependant qu'ils ne sont pas aussi passifs que leurs aînés quant à la programmation et qu'ils ont sur ce point des opinions et des désirs affirmés. S'ils consomment ce qu'on leur propose, ils ne sont pas dupes et attendent une pâture plus savoureuse. Films, dessins animés et émissions sur les animaux tiennent le haut du pavé mais les pourcentages pour les documentaires d'actualité, les retransmissions de concert ou les émissions scientifiques sont encourageants. De même que les rapports entre télévision et lecture, où l'on s'aperçoit qu'ils sont étroits, particulièrement entre télévision et lecture de presse.

Mais la jeune génération est réaliste : elle aime la télévision, soit, mais aussi l'école, surtout à 8-10 ans, et si l'enthousiasme s'émousse largement à 14-16 ans, l'école reste une nécessité pour l'avenir professionnel et représente un lieu d'échange social privilégié. Néanmoins, ce que montre bien cette enquête est la nuance qu'il convient d'apporter à nos jugements sur la jeunesse « en général ». Elle est tout autant marquée par les critères d'âge, de sexe et de milieu social que les générations précédentes et ce, malgré l'uniformisation supposée de la société par les médias et en particulier par la télévision. Se dégagent, par exemple, des comportements nettement différents chez les jeunes en milieu agricole, qui valorisent davantage l'intelligence que dans les autres milieux sociaux, qui sont les premiers à rêver d'un ordinateur et disent ne pas très bien s'entendre avec leurs parents contrairement à la majorité des jeunes.

La troisième partie de l'ouvrage propose d'ailleurs une typologie des jeunes, d'après les réponses données à l'enquête, qui permet d'établir des relations entre caractère, mentalités, environnement et relation avec les médias, dans laquelle se dessine, entre autres, une faille entre le monde urbain et le monde rural traditionnel. Beaucoup de leçons à tirer pour la vie de demain dans l'analyse de ces tableaux statistiques et leur synthèse.