entête
entête

Annie Gourdier

Marc Maisonneuve

Les Systèmes de gestion de bibliothèques

les logiciels disponibles sur le marché français : description-utilisation

Paris : A Jour Editeur, 1991.- 1 112 p. ; 24 cm. - (Nouvelles technologies documentaires)
ISBN 2-903685-35-5 : 660 F.

par Yves Desrichard

Annie Gourdier et Marc Maisonneuve, consultants en systèmes d'information pour les bibliothèques, ont réalisé avec Les systèmes de gestion de bibliothèques un travail que Serge Chambaud qualifie à juste titre, dans sa préface, de « monumental » : 24 systèmes de gestion de bibliothèques disponibles sur le marché français sont en effet analysés en détail, avec, pour chacun, un nombre important d'informations : présentation détaillée de la société productrice, de la gamme de produits disponibles ; pour chaque produit, sa conception, son évolution, les références, l'environnement informatique nécessaire, etc. ; une présentation détaillée, grandes fonctions par grandes fonctions : gestion des acquisitions, catalogage, consultation et recherche documentaire, gestion de la circulation des documents, éditions et statistiques, etc. ; pour certains, des informations de base sur les clubs d'utilisateurs des produits décrits sont indues.

Tout en préservant le caractère objectif de leur recensement, les auteurs ont précisé, quand ils le jugeaient utile, certains éléments de réponses foumies, pour mieux guider le professionnel dans son étude de tel ou tel produit ; dans ce domaine d'ailleurs, aucun besoin de faire du « mauvais esprit » pour mettre en défaut les produits présentés : le goût de la précision et le sens de la rigueur suffisent, puisque « ce qui se conçoit bien s'énonce clairement », même s'il n'en est pas toujours ainsi dans les documentations proposées par les fournisseurs...

Mille pages de renseignements

Pour la majorité des logiciels présentés sont joints des éléments de présentation d'un site utilisateur du logiciel considéré, initiative particulièrement bien venue puisqu'elle permet de comparer les fonctionnalités et les performances annoncées avec leur mise en œuvre effective, et les difficultés qui l'accompagnent. En tout, près de 1 000 pages de renseignements, de chiffres, d'analyses, permettant au professionnel confronté à l'informatisation de son établissement de disposer d'une masse de renseignements bien difficile à réunir par soi-même.

Annie Gourdier souligne elle-même dans son introduction les limites de sa démarche : les données recueillies ont maintenant plus d'un an, dans un secteur en constante évolution puisqu'en forte concurrence ; les enquêteurs ont été, plus ou moins, « à la merci » des producteurs de logiciels, et des démonstrations éventuellement organisées à leur intention : au moins ont-ils, sur les démonstrations comme sur la documentation, un regard critique et fortement documenté qui leur permet de déjouer les pièges et autres mensonges par omission (ou par ignorance) que comportent parfois les éléments fournis. Enfin, leur ouvrage peut difficilement être utilisé pour des études comparatives, puisque les questionnaires sont analysés de manière indépendante et que, de toute façon, les auteurs soulignent que les producteurs ont tendance à inclure à la fois les fonctionnalités déjà disponibles et les développements en cours ou projetés de leurs logiciels.

A cet égard, la comparaison entre les descriptions de produits et leur utilisation sur site est instructive : on mesure mieux les contraintes et les problèmes posés par l'adéquation entre un produit et son utilisateur, tout en notant (comme le souligne avec raison Annie Gourdier) que la qualité des produits n'est pas seule en cause : les bibliothèques utilisatrices, en effet, ne savent pas toujours tirer le meilleur parti des produits dont elles ont fait l'acquisition, faute de temps, de moyens - ou de formation.

L'ouvrage de reférence

« La pire des utilisations que l'on pourrait faire du présent ouvrage serait de s'en servir comme d'un catalogue de vente par correspondance », rappelle, en guise d'avertissement, Annie Gourdier dans son introduction. Et il est vrai que, devant une telle masse de travail, la tentation sera grande pour le décideur de se contenter de sa consultation pour « faire son choix », quelles que soient les précautions prises par les auteurs...

De même, il y a de fortes chances pour que, à l'avenir, nombre de cahiers des charges (quand ils sont élaborés !) de bibliothèques soient copiés sur les grilles d'analyse proposées dans cet ouvrage. Travers contre lequel luttent les auteurs, tout en proposant une méthode d'analyse complète et pertinente..

Pour autant, on conçoit mal d'utiliser Les systèmes de gestion de bibliothèques comme aide mémoire dans l'élaboration d'un projet informatique documentaire ; à cet égard, Annie Gourdier, qui a déjà collaboré à deux méthodes d'élaboration de cahier des charges et autres étapes nécessaires à la réalisation effective de l'installation d'un système en bibliothèque, l'un à destination des bibliothèques publiques, l'autre à destination des bibliothèques universitaires, est bien placée pour rappeler que, dans un projet de ce type, il faut avant tout analyser le fonctionnnement actuel de l'établissement, ce qu'on souhaite qu'il devienne, et ensuite seulement procéder à la rédaction du cahier des charges - quand l'informatisation est jugée pertinente, ce qui ne doit pas toujours être considéré comme acquis a priori.

Il n'est pas sûr que, comme le souhaite Serge Chambaud dans sa préface, la situation de l'offre en matière de logiciels de gestion de bibliothèques sorte « clarifiée » d'un travail aussi exhaustif et détaiité : d'autant plus que les produits proposés seront bientôt en concurrence avec d'autres logiciels (anglo-saxons évidemment), et que certains, peut-être disparaîtront... sur un marché où le retard accumulé est tel que la demande sera forte pendant longtemps, pourvu que les crédits suivent.

Les systèmes de gestion de bibliothèques sera, pendant quelques années, l'ouvrage de référence des responsables de projets informatiques documentaires ; reste à espérer que lesdits responsables feront preuve, dans la conduite des projets, de la même clarté d'approche et de rigueur de méthode que les auteurs.