entête
entête

Joëlle Muller

Les Logithèques

préf. de François Reiner.
Paris : Cercle de la Librairie, 1991. - 158 p. - (Bibliothèque).
ISBN 2-7654-0476-3 :160 F.

par Yves Desrichard

« Les logithèques sont des bibliothèques de logiciels. Elles sont appelées didacthèques lorsque leur fonds est constitué exclusivement de logiciels éducatifs ou didacticiels. Ce néologisme a pour origine la contraction des mots didactique et logiciel » (Introduction).

La création de logithèques est, en France  *, un fait relativement nouveau et peu répandu ; Joëlle Muller, elle-même responsable des didacthèques de la Cité des sciences et de l'industrie de La Villette, recense une dizaine de logithèques publiques, dont la plus ancienne, celle de Caen, a été créée en 1984.

Il est vrai qu'on fêtait, il y a peu, les dix ans (seulement !) du premier Personal compter d'IBM, et que la commercialisation de produits logiciels auprès d'un public large et à des prix abordables est un phénomène relativement récent ; il est vrai aussi que l'importance des budgets à mettre en oeuvre et, surtout, l'obsolescence rapide à laquelle ce type d'investissement est « condamné » font hésiter plus d'un décideur, politique ou bibliothécaire.

En professionnelle expérimentée, l'auteur examine toutes les étapes de création d'une logithèque : définition des attentes et des besoins du public, choix des logiciels et des matériels, locaux, équipement, modalités de fonctionnement (consultation sur place ou prêt), coûts, problèmes juridiques, formation des personnels, etc. Conçu dans une optique pragmatique, et constamment nourri d'exemples, Les logithèques constitue tout à la fois l'ouvrage de référence pour la formation initiale des bibliothécaires, ou apprentis bibliothécaires, dans ce domaine, et un utile compte-rendu des expériences en cours. Joëlle Muller examine les avantages et inconvénients des différents modes de fonctionnement des logithèques existantes, tout en soulignant que la pratique du prêt (répandue) se situe aux limites de la légalité ; les éléments statistiques sur la fréquentation et les types de public concernés (notamment à La Villette) alimenteront utilement la réflexion ; les chapitres techniques sont volontairement succincts, privilégiant les pistes plutôt que détaillant des explications dans un domaine où les ouvrages de vulgarisation abondent.

Deux chapitres retiendront tout particulièrement l'attention des bibliothécaires :
- un chapitre très détaillé consacré aux sources d'information sur les logiciels comme aide à l'acquisition, et qui recense les annuaires, catalogues, bases de données et périodiques disponibles ;
- un chapitre sur le catalogage des logiciels, comportant les équivalences en termes de notation UNIMARC, et un descriptif succinct des caractéristiques des différentes zones, qui sera très utile au « médiathécaire » perplexe confronté au catalogage de ce type de document !

Une bibliographie et une liste des catalogues de didacticiels disponibles, ainsi qu'un répertoire des fournisseurs de produits, des didacthèques, logithèques et centres de ressources complètent cet ouvrage d'une lecture facile pour tous les professionnels.

  1.  (retour)↑  Aucune indication n'est donnée sur des expériences étrangères, par exemple aux Etats-Unis