entête
entête

Politique des BU

Martine Poulain

Les données disponibles, rendues publiques notamment à la réunion des Directeurs de Bibliothèques universitaires de janvier dernier, permettent de donner quelques éléments d'information sur la politique et les moyens mis en oeuvre par le ministère de l'Education nationale.

Crédits et emplois

Les crédits 1991 pour les bibliothèques universitaires et de grands établissements sont en augmentation globale de 12 %. Ils s'élèvent à 228,1 millions en crédits de fonctionnement, qui seront consacrés en priorité à des acquisitions documentaires pour les étudiants, à l'ouverture élargie des bibliothèques, à la rénovation de certains sites. Les crédits de fonctionnement aux BU s'élèvent à 207,9 millions de francs, répartis en crédits normés de documentation (129,5 MF), contrats (61,9 MF), et fonctionnement des réseaux (16,5 MF).

Au 1er septembre 1991, ont été créés 140 emplois : 13 élèves-bibliothécaires, 30 conservateurs, 37 bibliothécaires-adjoints, 60 magasiniers. Les créations d'emploi sont subordonnées à la signature effective des contrats avec les établissements.

Constructions

En 1990, le Ministère avait annoncé la mise en œuvre d'un plan de constructions universitaires dans une enveloppe de 16,3 milliards de francs.

Le plan prévoit notamment 35 000 places nouvelles (soit + 50 %) en bibliothèque d'ici 1995. 50 millions ont été programmés en 1991 pour des constructions de bibliothèques, notamment au Havre, à Metz, à Saint-Etienne et à Troyes (Université de Reims).

Centre technique du livre

Le Centre technique du livre proposera un espace de stockage collectif pour les fonds peu consultés des bibliothèques universitaires ou « de la mouvance Education nationale » ; il sera un centre de prêt des documents entreposés entre les bibliothèques participantes et proposera des prestations techniques telles désinfection, micrographie ou reprographie. Le projet est au départ régional et intéresse les 21 bibliothèques interuniversitaires et les 6 bibliothèques des grands établissements d'Ile-de-France. D'autres bibliothèques ont fait acte de candidature : Institut national de la recherche pédagogique, Maison des sciences de l'homme, Institut d'études politiques. Les bibliothèques participantes auront à acquitter un abonnement annuel. Le délai de prêt sera de 24 heures.

Le coût du projet est estimé en investissements - hors études et informatique - à 65 MF et l'on prévoit de disposer de 100 km de rayonnages dans la première phase (1993-2003). Le terrain situé à Marne-la-Vallée sera commun à la Bibliothèque de France. Maîtrise d'ouvrage et maîtrise d'œuvre seront communes et l'on étudie de plus fortes synergies entre les deux projets.

Relations avec la Bibliothèque de France

Les bibliothèques CADIST 1 se positionnent pour être parmi les pôles associés de la Bibliothèque de France. Les axes de la collaboration bibliothèques universitaires-Bibliothèque de France sont les suivants :
- recherche d'une complémentarité des acquisitions ;
- cofinancement d'une conversion rétrospective des catalogues ;
- efforts communs sur les techniques de transmission par numérisation.

La conversion rétrospective des catalogues concernera en 1991 les établissements de Cujas, Lyon I, Paris XI, Sainte-Geneviève, le Musée de l'Homme, la bibliothèque d'art et d'archéologie, la bibliothèque interuniversitaire de Jussieu. Un groupe de travail a été mis en place associant BDF, DLL, DPDU et DATAR 2 pour définir les critères de choix des futurs pôles associés et « lancer une étude témoin sur deux ou trois sites, dont Strasbourg ».

  1.  (retour)↑  CADIST : Centres d'acquisition et de diffusion de l'information scientifique et technique.
  2.  (retour)↑  Bibliothèque de France, Direction du livre et de la lecture, Direction de la programmation et du développement universitaire, Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale.