entête
entête

The Social sciences

the supply of and demand for documentation and data : a report to Unesco

ed. by J. Michael Brittain.
London : Rosendale, 1982. - 138 p.; 24 cm.
ISBN 0-946138-00-1.

par Hélène Réveillaud

Michael Brittain publie ici les résultats d'une enquête menée avec l'aide de l'Unesco sur l'offre et la demande en matière de documentation dans les sciences sociales en Grande-Bretagne. La nécessité de cette étude est apparue après constatation d'un décalage entre l'abondance de l'information disponible et la demande relativement limitée de deux catégories d'utilisateurs : chercheurs et praticiens. Pour ces derniers, l'écart entre offre et demande semble particulièrement important, et, si les besoins des chercheurs en sciences sociales ont déjà été analysés (voir à ce sujet les travaux menés à la bibliothèque de l'Université de Bath depuis 1971), la demande concernant les disciplines appliquées reste souvent méconnue. L'enquête, dont nous trouvons le questionnaire en annexe, tend à mettre en évidence les lacunes aussi bien en ce qui concerne la diffusion que la production elle-même de l'information dans les sciences sociales appliquées.

A l'exception d'un bref chapitre sur l'économie traité par John Fletcher (à qui l'on doit un excellent guide : The Use of economics literature, London, 1971) et d'une intéressante contribution sur les publications des organisations inter-gouvernementales, les chapitres de cet ouvrage collectif sont consacrés à des domaines concrets et s'intitulent : géographie sociale et humaine, politique et administration sociales, services sociaux et sécurité, planification, administration locale.

Constatant que les praticiens attendent de l'information des solutions à des problèmes précis, de nouvelles méthodes et de nouveaux points de vue, M. Brittain conclut par un ensemble de recommandations propres, d'une part, à favoriser l'accessibilité aux documents existants (par exemple la formation des utilisateurs, déjà bien pratiquée dans les milieux universitaires anglo-saxons, l'accès en ligne aux bibliographies et surtout aux textes et données eux-mêmes), d'autre part, à susciter la production d'information adaptée à la demande des non spécialistes (synthèses du type « revue de la littérature » ou « point sur les recherches en cours ») et l'élaboration d'outils bibliographiques différents. Le lecture de cet ouvrage, où sont analysés différents besoins et la documentation offerte en Grande-Bretagne, ne peut que faire regretter de ne pas avoir connaissance de l'équivalent en France.