entête
entête

La Carte manuscrite et imprimée du XVIe au XIXe siècle

journée d'étude sur l'histoire du livre et des documents graphiques, Valenciennes, 17 novembre 1981

sous la direction de Frédéric Barbier.
München; New York; London; Paris : K.G. Saur, 1983. - 132 p. : pl., portrait ; 21 cm.
ISBN 3-598-10478-2.

par Lucie Lagarde

Une journée d'étude sur la cartographie ancienne a été organisée par la Bibliothèque municipale de Valencienne : six communications ont été présentées sous la présidence et avec la collaboration des professeurs L. Trenard et R. Desreumaux des universités de Lille, ce qui pourrait également être une incitation pour les universitaires à s'intéresser de concert avec les conservateurs aux cartes des diverses provinces de France. En effet, trois de ces communications portaient sur des documents régionaux : R. Faille, sur les cartes du Hainaut levées entre 1724 et 1737 par les Masse (famille d'ingénieurs-géographes sur lesquels il a publié avec N. Lacrocq tout récemment une monographie), avec de larges extraits du mémoire de 61 pages qui accompagnait ces cartes; R. Desreumaux, sur les arpenteurs des eaux et forêts de la maîtrise de Lille et sur ceux des villes de la généralité au XVIIIe siècle, documents à grande échelle qui font de la Flandre une province privilégiée en sources d'histoire locale et de géographie historique; L. Trenard, sur la richesse et l'intérêt documentaires des cartes anciennes de cette province dans trois domaines types, le concept de frontière politique, les voies de communication, le paysage. Les trois autres exposés développaient des sujets plus généraux. Mme Pastoureau apporta le résultat de ses recherches érudites sur l'édition des cartes à Paris aux XVIe et XVIIe siècles, et en souligna les difficultés. Quant à MIle Pelletier (Bibliothèque nationale, Département des cartes et plans) et M. Taillemite (Archives nationales), ils présentèrent les problèmes posés pour la consultation des grands dépôts sur lesquels ils veillent, dus à l'abondance et à l'éparpillement des collections. Ces constatations devraient consoler nos collègues qui peuvent espérer tirer parti de collections plus limitées et plus homogènes. Après les récentes expositions de la Bibliothèque nationale (1979) et du Centre Pompidou (1980), la publication ou la traduction récentes de quelques manuels et de quelques ouvrages savants, ce colloque de Valenciennes est un signe heureux du renouveau d'intérêt en France pour la carte, domaine dans lequel nous avons autrefois excellé.