entête
entête

Wissenschaftliche Bibliotheken in Regensburg

Geschichte und Gegenwart

hrsg. von Hans-Joachim Genge und Max Pauer. - Wiesbaden : O. Harrassowitz, 1981. - 251 p. ; 24 cm. - (Beiträge zum Buch- und Bibliothekswesen ; Bd 18.)
ISBN 3-447-02179-9

par Jacques Betz

Depuis 1960, les fondations et réorganisations des bibliothèques de Regensburg ont élevé l'ensemble des fonds de cette ville au rang d'une grande bibliothèque. La constitution d'une bibliothèque universitaire devenue la plus importante dans la zone linguistique d'expression allemande, l'unification des fonds d'église, la mise en valeur d'un trésor bibliographique datant de l'époque de la sécularisation et se trouvant à la Bibliothèque d'État, l'exploitation d'une des bibliothèques privées les plus importantes d'Allemagne et devenue publique, avec des fonds historiques exceptionnels, relatifs à la société et aux sciences naturelles, ont contribué à ce développement.

Ainsi, les bibliothèques faisant l'objet de cette publication, et représentant un fonds d'environ 2 millions et demi de volumes, se différencient les unes des autres, mais représentent des types parfaits de bibliothèques ; elles offrent un appoint considérable d'ouvrages pour la ville, la région et la nouvelle université. De plus, la rénovation architecturale de ces bibliothèques a grandement amélioré leur utilisation.

Cet état de choses a permis à la 71e Journée des bibliothécaires allemands de se tenir en juin 1981 à Regensburg. La modernisation des méthodes de catalogage, avec l'introduction de l'électronique, permet, après une stagnation d'un siècle et demi, la mise en valeur d'une tradition culturelle de près de 1 800 ans d'une grande ville, à travers ces 2 millions et demi de volumes, auxquels s'ajoutent 2 millions d'autres ouvrages accessibles dans les universités bavaroises d'Augsbourg, Bamberg, Bayreuth, Eichstätt et Passau.

Il revient ainsi à Max Piendl d'évoquer la Bibliothèque conventuelle et celle des comtes de Thurn und Taxis. Gisela Urbanek a pour tâche de se pencher sur la Bibliothèque d'État, et Paul Mai sur la Bibliothèque centrale épiscopale ; son fonds musical de Carl Proske (1794-1861) est particulièrement étudié par August Scharnagl. Quant à la Bibliothèque de la Société botanique et à celle de l'Association pour les sciences naturelles, elles font l'objet d'une présentation, respectivement par Hans-Joachim Genge et Gerhard Hanusch. Enfin Max Pauer rappelle les 17 années, 1964-1981, au cours desquelles la Bibliothèque universitaire s'est développée.

Toutes ces contributions sont donc autant d'hommages, parfois illustrés, rendus aux bibliothèques de Regensburg, à travers leur histoire et à la lumière du présent.