entête
entête

Éric Verdier

La Presse syndicale ouvrière

analyse statistique de contenu

Sceaux : Centre de recherches en sciences sociales du travail, Université de Paris-sud, 1981. - 170 p. ; 24 cm.

par Nicole Le Pottier

Ce volume rassemble les résultats d'une enquête sur la presse syndicale ouvrière française menée par les étudiants du séminaire de DEA (Diplôme d'études approfondies) d'économie des ressources humaines de Paris-X durant l'année 1979-1980. Ce travail s'ordonne autour de l'analyse du contenu et du mode d'élaboration de six journaux confédéraux interprofessionnels : Le Peuple et La Vie ouvrière (CGT : Confédération générale du travail), Syndicalisme-hebdo et CFDT magazine (CFDT : Confédération française démocratique du travail), FO mensuel (CGT-FO : Force ouvrière), Cadres et maîtrise (CGC : Confédération générale des cadres) entre 1975 et 1979.

L'étude s'ouvre sur un long chapitre « Matériaux » qui replace les périodiques analysés dans leur contexte historique (évocation de plusieurs époques de la presse syndicale française depuis son apparition à la fin du XIXe siècle) et actuel (présentation des autres publications périodiques, fédérales et locales, des quatre syndicats). La partie centrale « Spécificités » présente les uns après les autres les journaux étudiés selon le même plan : historique, conditions de rédaction, de fabrication et de diffusion, analyse statistique du contenu (les comptages portent sur les surfaces accordées aux différents thèmes dans cette presse syndicale). La conclusion « Comparaisons » utilise les résultats obtenus à propos de chacun des titres pour cerner le profil de deux types de publications confédérales : les « journaux de militants » (Syndicalisme-hebdo, Le Peuple) et les magazines destinés à la masse des adhérents et des sympathisants (La Vie ouvrière, CFDT magazine, FO mensuel, Cadres et maîtrise). Elle s'attache également à discerner ce que le contenu des journaux peut révéler sur l'originalité et les orientations de chaque syndicat.

Cet ouvrage est utile à un double titre. On y lira avec intérêt des analyses sur le rôle assigné à leur presse par les organisations syndicales, sur la traduction dans le contenu des journaux des grandes options des confédérations et de leurs réactions aux événements marquant le paysage social des années 1975-1979 (union puis division de la gauche, crise économique, politique gouvernementale, etc.), sur l'originalité du seul journal catégoriel du lot - Cadres et maîtrise - qui fait ressortir en creux la spécificité de la presse syndicale ouvrière. On trouvera rassemblées là beaucoup d'informations précieuses sur la presse syndicale française : renseignements très complets sur les journaux étudiés, mais aussi, synthétisées sous forme de tableaux, indications sur les publications fédérales des quatre syndicats. Un regret cependant : que les sources de ce travail n'apparaissent que ponctuellement en notes infrapaginales et ne soient pas reprises dans une bibliographie organisée.