entête
entête

Les Cinémas de l'Amérique latine

pays par pays, l'histoire, l'économie, les structures, les auteurs, les oeuvres

sous la dir. de Guy Hennébelle et Alfonso Gumucio-Dagron ; préf. de Manuel Scorza ; avant-propos d'Édouard Bailby et de Louis Marcorelles. - Lherminier, 1981. 543 p. : ill. ; 25 cm. - (Le Cinéma et son histoire.) Filmogr. à la fin de chaque chapitre. Bibliogr. p. 511-520. Index p. 525-529.

par Danielle Chantereau

Jusqu'à présent, nous ne connaissions rien, ou presque rien, du cinéma latino-américain. Seuls émergeaient, au hasard de leur distribution en France, les noms de quelques rares cinéastes : Glauber Raucha, Ruy Guerra, Fernando Solanas... La véritable naissance des cinématographies d'Amérique latine remonte en fait à l'arrivée du parlant. Que s'est-il passé de 1897 à 1980, comment le cinéma s'est-il développé, comment vit-il aujourd'hui dans ces 26 pays qui constituent « l'autre Amérique » (Antilles comprises) ? Voici qu'après six années de travail acharné, Guy Hennébelle et Alfonso Gumucio-Dagron répondent à ces questions et nous livrent la première histoire générale du cinéma latino-américain. Pour mener à bien cet ouvrage, ils ont dû faire appel, d'un continent à l'autre, à une trentaine de spécialistes : pour la première fois, à quelques exceptions près, nous entendons, dans un livre d'histoire du cinéma, le point de vue critique indigène. Les auteurs ont ainsi réuni la matière d'un volume de plus de 500 pages illustrées de quelque 250 documents, enrichi de filmographies, chronologies, bibliographies, répertoires, index, qui, en 26 chapitres nourris d'informations inédites et de perspectives neuves, nous propose, pays par pays, l'histoire, l'économie, les structures, les auteurs, les œuvres de tous les cinémas d'Amérique latine, ouvrant ainsi à notre curiosité un immense territoire cinématographique inexploré.

Ce monument, qui comble une faille gigantesque dans notre connaissance du cinéma, mérite de figurer en bonne place sur les rayons des bibliothèques.