entête
entête

Internationales Soziologenlexicon

Bd 1 : Beiträge über bis Ende 1969 Verstorbene Soziologen

hrsg. von Wilhelm Bernsdorf und Horst Knospe. - 2. neubear. Aufl. - Stuggart : F. Enke, 1980. - VII-517 p. ; 24 cm. ISBN 3-432-82652-4 : DM 98.

par Philippe Besnard

Ce dictionnaire des sociologues est une reprise, considérablement remaniée et augmentée, de celui qui avait été publié en 1959. Seul le premier volume est actuellement disponible. Il concerne les auteurs disparus, plus précisément ceux dont le décès est antérieur à 1970. Le second volume, portant sur les contemporains, paraîtra prochainement.

Il faut d'abord souligner que cet ouvrage est unique en son genre. C'est le seul répertoire de sociologues qui soit international. De plus c'est un instrument de référence d'une très grande qualité. Fruit du travail d'une centaine de spécialistes, il fournit pour chaque sociologue recensé des informations biographiques et bibliographiques très précises et complètes. A ces indications s'ajoute une notice, de longueur variable, présentant les grands traits de l'œuvre.

Dans ce premier volume, la définition de la sociologie est assez extensive. Ce parti s'imposait s'agissant de périodes de préhistoire ou d'institutionnalisation de la discipline. Peut-être est-on allé un peu loin dans ce sens en incluant certains philosophes, historiens ou géographes dont les rapports et l'apport à la sociologie ne sont pas toujours très affirmés. Mais il n'y aurait lieu de se plaindre de ce surcroît d'informations que s'il y avait par ailleurs de graves lacunes. En ce qui concerne les auteurs français, que nous avons regardés de plus près, le répertoire paraît très complet. Tout au plus pourrait-on regretter l'absence du durkheimien Hubert Bourgin, ou encore celle de « l'anthroposociologue » Vacher de Lapouge, dont les doctrines eugéniques sont de sinistre mémoire, mais qui peut être considéré comme un des précurseurs de la sociobiologie et qui appartient en tout cas à l'histoire des sciences sociales. D'ailleurs son homologue allemand Otto Ammon a droit à une notice assez longue. Mais, au total, et malgré un déséquilibre en faveur des sociologues du XXe siècle et au détriment des précurseurs (Littré n'est pas mentionné, la notice sur Tocqueville est bien courte), les auteurs français et de langue française ont la part belle dans ce dictionnaire. Par comparaison certaines lacunes surprennent parmi les Italiens : on cherchera vainement deux penseurs aussi influents que Labriola et Croce.

L'homogénéité des critères de sélection selon les pays et les époques n'est donc pas pleinement assurée. Cela n'empêche pas que la somme des connaissances et des références réunies dans ce dictionnaire en font un outil de travail remarquable. On attend avec impatience le volume sur les contemporains pour lesquels le choix est autrement délicat.