entête
entête

Annual review of information science and technology

Vol. 12

ed. Martha E. Williams. - White Plains, NY : Knowledge industry publications, 1977. - XIII-361 p.; 24 cm. Index p. 309-361. - ISBN 0-914236-11-3 : 35.00$.

par Jean-Claude Gardin

Comme pour les volumes antérieurs de cette excellente série, je me contenterai d'indiquer les thèmes qui font l'objet d'un chapitre de synthèse, dans ce dernier tome de l'ARIST. Le premier chapitre a pour titre « L'évaluation et la conception des bases de données bibliographiques », par Barbara T. Stern. Une vingtaine seulement de bases de données bibliographiques ont été considérées, américaines ou européennes, à travers les études d'évaluation dont elles ont été l'objet depuis 1975 : couverture, coût, efficacité, etc. Viennent ensuite cinq études placées sous le titre commun « Techniques et outils de base », où l'on passe en revue successivement : les enquêtes statistiques de bibliothéconomie, ou Bibliometrics (F. Narin et J.K. Moll), les progrès en matière de standardisation en tous genres (M.K. Park), les travaux sur l'analyse documentaire (survol assez pauvre de D.M. Liston et M.L. Howder, s'agissant d'un sujet aussi vaste), l'avancement des bases et systèmes de données numériques (première étude de synthèse sur ce sujet parue dans l'ARIST, par J.A. Luedke et autres, mais limitée en fait aux systèmes américains ou internationaux) et les réseaux d'ordinateurs (S.R. Bunch et P.A. Alsberg). La place relativement faible qu'occupent les réalisations européennes sous les deux titres précédents est comblée par le tableau bien documenté que dresse ensuite A. Tomberg pour les seuls réseaux européens d'information, (p. 219-246). « Histoire et fondements de la science de l'information », ce titre de l'étude de J.H. Shera et D.B. Cleveland apparaît aussi pour la première fois dans l'ARIST ; les auteurs ont raison de souligner les limites de ce coup d'essai, et l'urgence d'une collecte de « littérature orale » auprès des pionniers du mouvement encore en vie, en Europe et en Amérique, pour obtenir les matériaux d'une étude historique sérieuse. La dernière étude (W.M. Carlson) traite des travaux relatifs à la protection de certaines données personnelles (privacy) dans les systèmes informatisés, principalement aux États-Unis.