entête
entête

Sources de l'histoire des universités françaises au Moyen âge

Université d'Orléans

Institut national de recherche pédagogique, 1978. - [XVIII]-546 p. : pl. ; 24 cm

par Jeanine Bonnefoy

Ce répertoire établi par Mme Jullien de Pommerol avec le concours de l'Institut de recherche et d'histoire des textes constitue le premier volume d'une collection qui entend procéder au recensement documentaire de toutes nos universités jusqu'en 1500.

Ce travail considérable aide d'une matière indubitable les historiens et les spécialistes de pédagogie. Les difficultés, en vue de recueillir des éléments plus ou moins complets, furent nombreuses. Il faut souligner le souci de retrouver de nouveaux documents, encore inaccessibles. L'ouvrage comporte 2 parties d'inégale longueur :

1re partie : Le Chartrier universitaire au 16e siècle. Il s'agit de la présentation minutieuse du chartrier d'Orléans ainsi que des péripéties qui précédèrent son dépôt aux archives du Loiret. Nous découvrons la mention de documents émanant des papes ou des rois de France, ayant trait à la vie universitaire et même des injonctions tendant à protéger les écoliers contre les habitants.

Les fonds d'archives universitaires, retraçant les privilèges des maîtres et écoliers sont indiqués, mais on ne trouve aucun programme de cours, de leçons ni de registres matricules.

2e partie : Sources de l'histoire de l'Université. Les divers chapitres sont naturellement précédés de l'exposé des investigations entreprises. Les données d'ordre historique permettent de se représenter ce qu'étaient l'université et ses dix nations. Les documents étant dispersés, la logique exigeait qu'ils soient classés suivant leur dépôt, voire leur état de conservation. Il n'est pas surprenant que les Archives du Loiret disposent de multiples documents mais beaucoup furent détruits en 1940.

Les archives de l'administration pontificale constituées par les registres de lettres des papes conservés aux Archives du Vatican nous renseignent sur les actes de fondation ainsi que sur les privilèges obtenus. Néanmoins, l'intérêt présenté par l'administration centrale à l'égard de l'université était évident (services de la Chancellerie de France et l'immense fonds du Parlement de Paris). Ces références visent les archives nationales, départementales et la collection Jarry. En ce qui concerne les archives locales, du fait de la guerre, la collecte est minime (registres du chapitre de la cathédrale, de la collégiale Saint-Aignan, archives du baillage) mais un effort méritoire de recherche a été tenté par l'auteur.

Pour la même raison, les archives notariales ne possèdent plus leur richesse primitive.

Madame Jullien de Pommerol termine son exposé par la mention de fonds divers : collection Jarry, bibliothèque municipale et par le rappel de travaux effectués par des chercheurs étrangers.

Conclusion : L'ouvrage offre un double intérêt : nous n'insistons pas sur celui présenté pour les enseignants de l'Université actuelle d'Orléans, mais nous soulignons que les services d'archives, de bibliothèques municipales classées, bibliothèques universitaires, peuvent bénéficier d'éléments de comparaison pour guider les travaux des étudiants de 3e cycle. La présentation des documents est claire. Chaque article de l'inventaire est suivi de la date exacte, de la pièce analysée, de sa cote d'archives. La structure de chaque fonds a été respectée, l'ordre chronologique maintenu ou rétabli. Chaque article est affecté d'un numéro qui permet de le situer à l'intérieur du chapitre ou de la section, la date du document suit le numéro.

Une table indique les noms de lieux et des personnes cités.