entête
entête

Presse et histoire au XVIIIe siècle

l'année 1734

sous la dir. de Pierre Rétat et de Jean Sgard. -Éd. du Centre national de la recherche scientifique, 1978. - 328 p. : ill. ; 25 cm. ISBN 2-222-02-331-9 : 85.00 FF

par Louis Desgraves

Depuis quelques années, les recherches sur la presse périodique française et étrangère antérieure à la Révolution de 1789, ont fait l'objet de nombreuses études dont beaucoup ont été préparées et publiées sous la direction de M. Jean Sgard. Cette série d'études quantitatives sur l'année 1734, qui a vu paraître le Paysan perverti, les Lettres philosophiques, les Considérations, l'Histoire critique de Dubos ou L'Écumoire de Crébillon est basée sur le dépouillement exhaustif de la presse périodique ; elle a été réalisée par des équipes de chercheurs des Universités de Grenoble, Lyon et Chambéry.

L'ouvrage est divisé en deux parties. La première intitulée Structures, analyse la production périodique et culturelle par un essai de typologie des périodiques de 1734, une étude quantitative de ces mêmes périodiques et de la censure. Les auteurs, sous le titre de l'événement, essaient de reconstituer ce que fut l'année 1734 ; on notera, en particulier, les pages consacrées au marché du livre (p. 79-94) et à la diffusion des périodiques (p. 94-108) qui apportent tant de renseignements intéressants, et souvent nouveaux, sur cette question.

La seconde partie intitulée Conjoncture et novation est divisée en deux chapitres. Le premier, les données historiques, étudie successivement histoire vécue et histoire écrite ; l'année 1734 ; Goldoni, témoin occulaire de la bataille de Parme ; l'histoire sociale de Genève en 1734 ; l'affaire des Lettres philosophiques. Le second, intitulé Études sectorielles, s'attache à la critique du roman, au théâtre et à la musique en 1734 et à la médecine en 1734.

Cette brève recension des têtes de chapitre ne montre pas toute la richesse de cette publication ; l'étendue des dépouillements, la méthode des auteurs, les résultats auxquels ils aboutissent font de cet ouvrage collectif une contribution essentielle à l'histoire de la presse sous l'Ancien Régime.