entête
entête

Histoire des idéologies

sous la dir. de François Chatelet. - Hachette, 1978. - 3 vol. ; 23 cm.
1. Les Mondes divins jusqu'au VIIIe siècle de notre ère. - 389 p.
2. De l'Église à l'État du IXe au XVIIe siècle. - 377 p.
3. Savoir et pouvoir du XVIIIe au XXe siècle. - 446 p.

par Jacquette Reboul

Ce monumental ouvrage, Histoire des idéologies, sous la direction de François Chatelet, professeur à l'Université de Paris VIII, tente de donner un panorama des diverses cultures européennes et orientales depuis l'Égypte ancienne jusqu'à nos jours, « Idéologie » est pris dans le sens de vision du monde, de Weltanschauung. Dans son introduction, François Chatelet en donne une définition exemplaire :

« Est qualifiée ici d'idéologie le système plus ou moins cohérent d'images, d'idées, de principes éthiques, de représentations globales et, aussi, de gestes collectifs, de rituels religieux, de structures de parenté, de technique de survie (et de développement), d'expressions que nous appelons maintenant artistiques, de discours mythiques ou philosophiques, d'organisation des pouvoirs, d'institutions et des énoncés et des forces que celles-ci mettent en jeu, système ayant pour fin de règler au sein d'une collectivité, d'un peuple, d'une nation, d'un État les relations que les individus entretiennent avec les leurs, avec les hommes étrangers, avec la nature, avec l'imaginaire, avec le symbolique, les dieux, les espoirs, la vie et la mort ».

Chaque auteur vient d'un horizon différent, mais fait effort d'objectivité, en insistant en particulier sur l'importance des découvertes techniques au sein d'un système de pensée donné. Les contributions sont de haut niveau, souvent originales et pertinentes comme par exemple celle de Jean-Louis Tristani « L'Idéologie indo-européenne : mythe, épopée, philosophie », ou celle de Gérard Mairet, « La Genèse de l'État laïque, de Marsile de Padoue à Louis XIV ». Le choix des cultures retenues se justifie par le fait que, dans les sociétés primitives les mythes sont pléthoriques, et que la notion d'idéologie est liée à celle d'Etat, de pouvoir. D'où d'intéressants articles sur la chine impériale et la puissance romaine.

Les bibliographies qui terminent les chapitres sont riches, savantes, intéressantes mais parfois inégales. Certaines en particulier éliminent des ouvrages français importants sur le sujet au profit d'ouvrages étrangers, sans raison apparente. Chaque volume se termine par des tableaux historiques et géographiques qui éclairent bien les études et par un index. Le style clair, simple, refusant systématiquement tout vocabulaire technique, peut être compris par tous.

Répétons-le, cet ouvrage est une somme, un panorama sérieux et documenté, rédigé par des chercheurs et des professeurs compétents, qui tente, à chaque étape, de faire une synthèse et de présenter des conclusions. Il est aussi d'actualité, car, jamais, les idéologies n'ont eu autant d'influence sur les masses qu'aujourd'hui, et il est bon que chacun tente une réflexion à leur sujet. En ce sens, ce livre s'adresse à l'étudiant comme à l'homme cultivé ou simplement curieux. Il mérite de figurer dans toutes les bibliothèques.