entête
entête

Simon Willem Bijl

Erasmus in het Nederlands tot 1617

Nieuwkoop: B. De Graaf, 1978. - 441 p. : fac-sim.; 25 cm. - (Bibliotheca bibliographica neerlandica ; 10.) ISBN 90-6004-356-1

par Albert Labarre

La grande diffusion des ouvrages d'Erasme nous est particulièrement connue par divers répertoires bibliographiques. Néanmoins, le fait que son œuvre fut écrite en latin pouvait limiter son audience. Pour y pallier, les traductions dans les principales langues vernaculaires de l'Europe se sont rapidement multipliées.

Ainsi, le présent ouvrage étudie la diffusion de la pensée d'Erasme dans son propre pays en retraçant l'histoire des traductions de ses ouvrages en néerlandais au XVIe et au début du XVIIe siècle, ce qui représente dans l'ensemble une centaine d'éditions. En 25 chapitres, l'auteur suit l'ordre chronologique, non pas de la publication des ouvrages, mais de leur première traduction en néerlandais, depuis le Novum Testamentum de 1516, traduit partiellement en 1522 (évangile selon S. Matthieu) et complètement en 1525, jusqu'aux Opuscula dont la première traduction n'est que de 1616. Il n'est pas question d'en donner ici une liste qui ne ferait que reproduire la table des matières, mais seulement de remarquer la traduction assez tardive de certains ouvrages importants : les Adages (1500) pas avant 1544, l'Éloge de la folie (1511) en 1560, les Colloques (1518) à partir de 1579, et partiellement. Il est vrai que plusieurs de ces textes avaient déjà été traduits en allemand, notamment en bas-allemand, proche du néerlandais. Les chapitres consacrés à chaque ouvrage ne se limitent pas à une chronique bibliographique; l'auteur n'a même pas donné les descriptions, se contentant de renvoyer aux répertoires où elles figurent déjà (Bibliotheca belgica, Nijhoff-Kronenberg, etc.). Mais il rappelle les versions des ouvrages en d'autres langues, et étudie soigneusement les traductions néerlandaises, en établissant des comparaisons avec le texte latin, ou même entre plusieurs versions.

Quelques chapitres complètent cette étude; ils concernent respectivement certains extraits d'Erasme, la diffusion des œuvres latines d'Erasme dans les Pays-Bas d'après des inventaires de bibliothèques, les ouvrages d'Erasme qui, pendant la période envisagée, n'ont pas été traduits en néerlandais, mais dans d'autres langues (allemand, anglais, français, espagnol, italien, danois), entre autres les Apophtegmata, enfin l'attitude d'Erasme à l'égard de l'emploi de la langue vulgaire dans les ouvrages d'édification.

Cet ouvrage, qui apporte une importante contribution à une meilleure connaissance de la diffusion de la pensée d'Erasme, se complète d'un résumé en anglais d'une dizaine de pages, d'une abondante bibliographie, et de la reproduction d'une vingtaine de pages de titre, choisies parmi les plus rares des éditions étudiées.