entête
entête

Chronique des bibliothèques

Bibliothèque municipale et interuniversitaire de Clermont-Ferrand

5e Festival du livre pour la jeunesse. - Le 5e Festival du livre pour la jeunesse, organisé par l'Association départementale de promotion du livre pour la jeunesse (ADPLJ) 2, s'est tenu à Clermont-Ferrand, au Centre Blaise Pascal, du 18 au 28 avril 1978.

Le Festival a été inauguré le mardi 18 avril par M. Roger Quilliot, sénateur-maire de Clermont-Ferrand. En 9 jours d'ouverture, 1300 à 1 500 personnes, adultes et enfants, ont visité l'exposition de livres (800 volumes environ, sur les sujets les plus variés, répartis par tranches d'âge). Des visites guidées de l'exposition ont été organisées pour des classes.

Outre l'exposition on proposait aux enfants : une heure du conte, des ateliers animations et des spectacles : « l'Enfant et le Géant » (Théâtre du Pélican), « Le nez de Gobelurie » (Marionnettes) Jean Rouvel, « Bonne chance Cyril » (Cinéma).

Une liste comportant 224 titres sélectionnés parmi les livres exposés était remise aux visiteurs. Un coin-lecture, très fréquenté, permettait aux enfants de s'installer pour regarder et lire les ouvrages qui les avaient attirés.

A la suite de ce 5e Festival, et après son exposition de livres dans un groupe scolaire du Quartier Croix-de-Neyrat, l'ADPLJ va poursuivre son action de promotion du livre pour la jeunesse en organisant pendant 3 jours une exposition de livres à la Mairie de Saint-Amant-Tallende. D'autres manifestations de ce type sont prévues pour les mois à venir.

Bibliothèques interurtiversitaires et d'université.

Bibliothèque interuniversitaire de Lyon.

Exposition Hermann Hesse (20 avril-10 mai 1978). - La Bibliothèque interuniversitaire de Lyon a accueilli, dans les locaux de la Section de Bron-Parilly, une exposition itinérante du « Goethe Institut » de Munich consacrée à Hermann Hesse (1877-1962), prix Nobel de littérature de 1946. Cette exposition présentait, en une centaine de photographies de format 60 X 40 cm environ, des documents relatifs à la vie et aux œuvres de l'écrivain. Un dépliant, à la disposition des visiteurs à l'entrée de la salle, donnait la légende des photographies, une chronologie de la vie et de la publication des œuvres de Hermann Hesse. Il convient de souligner la valeur documentaire et pédagogique de l'ensemble présenté, ainsi que son excellente qualité technique.

Bibliothèque interuniversitaire de Montpellier

Section des Lettres.

Publication. - La Bibliothèque interuniversitaire de Montpellier vient de faire paraître un guide du lecteur ayant pour objet les fonds anciens des bibliothèques de Montpellier 3. Il est limité aux livres imprimés avant 1810.

Dans ce fascicule sont publiés sommairement les premiers résultats d'une grande enquête, lancée en 1975, sur les fonds d'imprimés anciens des bibliothèques françaises.

Trois bibliothèques sont présentées ici : Bibliothèque municipale (100 ooo vol. anciens); Bibliothèque de la Faculté de théologie protestante (ouvrages rares du 16e s.); Bibliothèque interuniversitaire (40 000 vol. anciens provenant de la bibliothèque de l'École de médecine).

Plus tard, les bibliothèques d'autres établissements de Montpellier, pour lesquels l'enquête est en cours, pourraient faire l'objet d'un supplément à ce fascicule.

Bibliothèque de l'université de Picardie

Section centrale.

Expositions : du 17 avril au 5 mai : Jean-Jacques Billore, gravures et portraits; aux mêmes dates : Travaux d'étudiants de l'Université d'Essen ; 24 avril-5 mai : Lewis Carroll et Alice au Pays des merveilles, dans le cadre de la quinzaine anglo-saxonne, avec la participation de la Bibliothèque universitaire et de la Bibliothèque municipale d'Amiens ainsi que celle du British Council et de la Bibliothèque de la Sorbonne; 27 avril-5 mai : Les Finances communautaires, organisée par la Bibliothèque universitaire à l'occasion du Colloque sur le Marché commun, présentée par le Groupe de recherches en économie européenne.

Bibliothèques municipales.

Bayonne (Pyrénées-Atlantiques).

Exposition : Les Minéraux. - La section jeunesse de la bibliothèque a organisé une exposition sur les minéraux avec le concours du Museum d'histoire naturelle de la ville de Bayonne. Parmi les quelque trois cents échantillons présentés au public se trouvaient : des sulfates, météorites, minerais oxydés, halogénures, phosphates et assimilés, silicates, sulfures, sulfosels, carbonates et assimilés, quartz, pyrites, améthystes, agates, grenats, roses des sables... Cette exposition a particulièrement enthousiasmé les élèves des écoles primaires et secondaires.

Exposition : L'École de la République. - Composée de 23I pièces représentant ouvrages, pièces d'archives, cartes géographiques, manuels, diplômes, photographies, cartes postales, « cahier-journal », gravures de certaines écoles et lycées, l'exposition présentait les débuts de l'école publique dans les Basses-Pyrénées, département ouvert au progrès. Cette exposition a été visitée par plusieurs classes et le corps enseignant.

Exposition : La Présence du passé dans la cité. - Dans le cadre des XIXe Entretiens de Bayonne, la bibliothèque municipale a organisé une exposition sur « La présence du passé dans la cité ». Elle a été inaugurée par le docteur Grenet, maire de la ville, en présence des personnalités françaises et étrangères, venues pour la semaine des « Entretiens ». Cette exposition allait de l'époque romaine à l'Empire et était composée de lettres, aquarelles, gravures sur cuivre, photos, plans, cartes postales, maquettes, lithographies. L'exposition a obtenu un succès considérable.

Bordeaux (Gironde).

Exposition : Entre l'art et l'industrie - Le Werkbund allemand. - C'est du 23 février au II mars 1978 que le « Goethe-Institut » de Bordeaux a eu le plaisir d'exposer, dans les locaux de la Bibliothèque municipale de Bordeaux, une centaine de photos sur le « Werkbund » allemand. Au début de ce siècle - alors qu'on commençait à prendre conscience de la véritable valeur du travail réalisé par l'homme - des artistes, des industriels, des architectes, des artisans, des fabricants, des commerçants et des écrivains s'associèrent, en 1907 exactement, dans le but de faire de leur œuvre, du produit de leur travail, le nouveau centre de leur action et de leur pensée. Ils décidèrent de s'appeler le « Werkbund » et exprimèrent leur but par les mots suivants : « Ennoblir et sublimer le travail industriel ». L'exposition cherchait à donner une image complète de la pensée et de l'action du « Werkbund ». Elle repose sur des publications d'ouvrages et de revues édités parle « Werkbund » à différentes époques. Elle a suscité beaucoup d'intérêt auprès de l'École des beaux-arts ainsi que de l'École d'architecture de Bordeaux. Pour tous renseignements : Goethe-Institut, Centre culturel de Bordeaux, 16 ter, rue Boudet, tel. : 44.67.06

(Mme E. Martineau).

Dinan (Côtes-du-Nord).

Exposition: Max Jacob et la Bretagne. - La Bibliothèque municipale de Dinan a accueilli du 15 avril au 6 mai 1978 une exposition intitulée « Max Jacob et la Bretagne ». Préparée, ainsi que le catalogue, en collaboration avec M. Yannick Pelletier, professeur de lettres, M. Floch, Mme Floch-Villard, cette évocation avait pour but de retracer l'enfance et l'adolescence du poète alors qu'il vivait à Quimper, spécialement les années de collège avec Raoul Bolloré, dont la trop brutale disparition eut une grande influence sur M. Jacob, et René Villard qui restera l'ami très fidèle. Les riches archives de la famille Villard constituaient l'essentiel de l'exposition avec de nombreux manuscrits et dessins originaux de M. Jacob, une grande quantité de photographies, ainsi que de remarquables peintures à l'huile du professeur de dessin de M. Jacob au Lycée de Quimper : Jean Marie Villard, celui dont Jacob disait : « C'était un grand artiste, on en avait fait un pauvre professeur ». Au cours de l'inauguration de l'exposition, M. Rougerie, éditeur à Limoges, présenta en première à Dinan, « Lettres de Max Jacob à René Villard », correspondance annotée par Y. Pelletier et demeurée jusqu'alors inédite. Autre manifestation : une conférence : « Les Amités Quimpéroises de Max Jacob » fut donnée par Mme Henry, professeur de lettres à Paris. De nombreuses visites commentées furent organisées pour les écoles et lycées et diverses sociétés dinannaises.

Graulhet (Tarn).

Exposition : Magie et sorcellerie. - A l'occasion de la publication du dernier ouvrage de Georges Vergnes, Les Exorcistes sont parmi nous, la Bibliothèque municipale de Graulhet a présenté une exposition sur le thème : « Magie et sorcellerie ». Des textes d'auteurs anciens, des reproductions des « Caprices » de Goya et des définitions de termes spécifiques à la sorcellerie étaient proposés au public, tandis que plusieurs vitrines regroupaient des ouvrages sur la magie, la sorcellerie, les médecines parallèles, les légendes et les contes des Pays d'Oc. Une place spéciale était réservée à l'ensemble des œuvres de Georges Vergnes et à des photographies tirées de son dernier livre. Cette exposition a connu un vif succès auprès des lecteurs sensibilisés à ce sujet en raison de cet événement local.

Laxou (Meurthe-et-Moselle).

Bibliothèque annexe du Champ-le-Bceuf. - La Bibliothèque municipale de Laxou vient d'ouvrir le Ier mars 1978 une nouvelle bibliothèque annexe dans le quartier du Champ-le-Boeuf (environ 5 000 habitants). Ce quartier est situé en partie sur le territoire de Laxou et en partie sur le territoire de Maxéville, ce qui a nécessité un financement intercommunal.

En dépit de ce financement particulier, cet annexe dépend entièrement de la Bibliothèque municipale de Laxou.

La bibliothèque est installée au Ier étage d'un Centre culturel, social et administratif (CILM) regroupant : ateliers socio-éducatifs, annexe de mairie, crèche, halte-garderie, salles de réunion, police, etc... Elle est donc au centre de la vie municipale.

Sur une surface totale de 314 m2 s'étendent :

I salle de prêt pour adultes (82 m2), 1 salle de lecture (43 m2), 1 cabine d'audition de disques (6 m2), 1 salle de prêt pour enfants (68 m2), 1 salle de travail manuel (26 m2), 1 mezzanine pour l'animation (26 m2), 1 bureau (17 m2), 1 salle de rangement-magasin (21 m2), 1 sanitaire (7 m2), 1 hall d'accueil (18 m2).

Un effort a été fait pour la décoration : moquettes, papiers peints, éclairages et rayonnages de couleurs, etc... viennent donner un peu de chaleur à ce bâtiment moderne.

A l'heure actuelle, seul fonctionne le prêt de livres et périodiques. Le prêt de disques dans les sections adultes et enfants est projeté dans l'avenir.

La bibliothèque ouvre ses portes au public les mardis de 16 h à 19 h et les mercredis et samedis de 14 h à 18 h. Deux personnes seulement sont affectées à ce service pour assurer les permanences. Un troisième agent viendra bientôt renforcer le personnel de cette bibliothèque où le problème de la surveillance est important..

Les lecteurs apprécient particulièrement le confort et la clarté de l'ensemble. Ils n'hésitent pas à s'asseoir pour feuilleter livres et revues.

La bibliothèque joue aussi un rôle social de rencontre entre adolescents ou entre jeunes mères venant avec leurs enfants. Le Champ-le-Boeuf compte un très grand nombre de jeunes couples.

Par ailleurs, plusieurs demandes ont été faites pour intégrer la bibliothèque dans les activités d'animation du quartier.

Le nouvel équipement donne déjà un relent d'activité pour la lecture au Champ-le-Boeuf. Les anciens locaux provisoires (appartement HLM désaffecté) étaient devenus trop petits.

Il reste maintenant à créer une âme vivante à cette bibliothèque.

Rappelons que l'inscription et le prêt sont gratuits pour tous et que le prêt est de 3 livres pour 15 jours.

Meaux (Seine-et-Marne).

Les Activités de la bibliothèque en 1977. - En février, à l'occasion de la sortie en librairie du livre de Claude Mettra : Meaux, vingt siècles d'histoire, la bibliothèque a présenté à la Mairie, lors de la signature de l'ouvrage, une exposition de documents relatifs à l'histoire de la ville.

La Section Jeunesse a marqué l'Année Andersen par un mois d'animation, comportant notamment un montage audio-visuel, une présentation d'ouvrages et un petit catalogue permettant aux enfants de mieux situer l'écrivain. Les enseignants ont répondu très nombreux à cette animation-lecture, qui, se situant en mai-juin, faisait un tiers temps pédagogique parfait de fin d'année.

Le 26 novembre, la bibliothèque proposait en salle de lecture, une conférence-débat sur la « Poésie contemporaine de langue française ». Un important dossier sur le sujet avait été réalisé à cette occasion par Christiane Guéniot, poète, assistée de la bibliothécaire; il présentait, outre les ressources de la bibliothèque en livres de poésie, les grands courants de la poésie contemporaine : tradition du siècle - question du langage - poésie de la réalité quotidienne - humour et poésie - poésie chant, etc... Juliette Darle et Jean-Luc Maxence animaient le débat mené par Christiane Guéniot, ponctué de la lecture de nombreux textes par le groupe théâtral de la Maison des jeunes et de la culture. Le public (plus de 50 personnes), d'horizons et d'âges divers, participa vivement à la discussion, et pour une première rencontre de ce type, l'expérience fut concluante pour la bibliothèque.

Pour le premier festival de Meaux, en décembre, la bibliothèque apporta son concours, par deux expositions, en liaison avec le programme du festival : « Bossuet » le 350e anniversaire de sa naissance à Dijon. Présentation de lettres, manuscrits d'œuvres, dont la Société des Amis de Bossuet vient de confier le dépôt permanent à la bibliothèque de la ville. « Courteline », son départ du Collège, il y a cent ans. Évocation du Collège à l'époque de Courteline (1870-1877), l'œuvre de Courteline : ses diverses éditions.

Ouverture d'une Annexe, intégrée à un Centre socio-culturel. - Depuis mars 1977. une antenne de la bibliothèque a été installée dans un quartier de Beauval, à l'intérieur du Centre socio-culturel « Charles-Cros ». D'une surface de 75 m2, la salle en alvéoles a permis de délimiter un secteur adultes, un secteur enfants, la banque de prêt centrale assurant la liaison et permettant la surveillance de l'ensemble. La capacité en livres est d'environ 4 000 volumes pour le prêt; un petit fonds d'usuels, des journaux et revues sont également à disposition des lecteurs adultes et enfants. En fin d'année, 495 lecteurs étaient inscrits et on avait enregistré 7300 prêts.

Melun (Seine-et-Marne).

Exposition de gravures de mode 1910. - Organiser une exposition digne de ce nom, dans une bibliothèque municipale d'une ville de moyenne importance est une gageure! Nous ne prétendons pas attirer les foules à grand renfort de publicité, autour de documents iconographiques d'une importance exceptionnelle. Très simplement, nous cherchons, deux ou trois fois dans l'année à renouveler et agrémenter le cadre de notre salle de lecture. Nous aimons présenter à nos habitués, aux inconnus qui le désirent, au « petit peuple des écoles », parfois, des thèmes de réflexion et d'admiration. Pour nos « collections de printemps », la Bibliothèque Forney nous a prêté de ravissantes gravures de mode, extraites de La Gazette du bon ton, des années 1910. Qu'on lui accorde plus ou moins d'importance, le costume, c'est-à-dire « l'apparence extérieure réglée par la coutume » vaut d'être mis à l'honneur. Condorcet assurait que le vêtement est le signe qui sépare l'homme de l'animal, Auguste Comte y voyait la marque de la civilisation. Pendant le mois de mars, les visiteurs de la Bibliothèque de Melun ont retrouvé le prestige et le charme qui s'attachent aux choses désuètes, la mode créée par Paul Poiret, peu avant la première Guerre mondiale. Paul Poiret s'était formé chez Doucet, un des meilleurs représentants du style « femme-fleur », puis chez Worth, qui fut à la fin du XIXe siècle le leader incontesté de la mode féminine. Il avait ouvert sa propre maison de couture en 1904, avait su y attirer des peintres comme Georges Lepape, André Marty, et créer avec eux la silhouette de la femme moderne. Il avait découvert la beauté des lignes fluides, débarrassant les femmes, du même coup, de l'attirail de lacets et de corsets, dans lequel on n'était pas « habillée ». Les robes de Poiret, dessinées sobrement par un créateur soucieux de l'équilibre des proportions, taillées parfois dans des tissus peints par Dufy, gardent l'empreinte d'une sensibilité d'artiste. Mais comme le fait remarquer Yvonne Deslandres, dans la remarquable étude sur le costume qu'elle a fait paraître chez Albin Michel, Poiret ne songeait nullement à l'émancipation de la femme « et la femme idéale restait pour lui l'odalisque prête à assurer le repos du guerrier ». Dès 1910, il avait accompli une révolution, en imposant « le retour à un vêtement souple taillé près du corps »; c'était la fin de la mode ornée qui avait régné pendant quatre siècles.

Cette exposition présentée sans fastes intéressa cependant les lecteurs. Beaucoup nous demandèrent où ils pourraient acheter semblables gravures.

Pau (Pyrénées-Atlantiques).

Organisées conjointement par la bibliothèque municipale, l'Académie de Béarn et l'Association régionaliste, 2 expositions sont présentées en mai et juin 1978.

- l'une consacrée à Pau, ville anglaise du romantisme à la Belle époque (salons de l'Hôtel de Ville);

- la seconde évoquant les artistes et les écrivains de 1878 à 1914 (Musée des Beaux-Arts).

Dans le catalogue illustré 4, M. Pierre Tucoo-Chala, président de l'Académie de Béarn, rappelle quelques-unes des réalisations qui, sous l'impulsion du Maire de l'époque Aristide de Monpezat, ont bouleversé l'urbanisme palois : « Une ville médiocre perdue au pied des Pyrénées s'est transformée en une station touristique élégante, rendez-vous de l'aristocratie internationale surtout pendant l'hiver ».

Les quelque 1 100 numéros des 2 catalogues rédigés par M. André Masson, inspecteur général honoraire des bibliothèques et commissaire général de l'exposition, par Mlle Geneviève Anthony, conservateur à la bibliothèque municipale, et par M. Michel Fabre pour la partie musicale, apportent des éléments d'information et de réflexion sur le cadre urbain, la ville mondaine et touristique et les sports.

De nombreux prêteurs ont offert leurs collections personnelles et un ensemble de 33 panneaux conçus et réalisés par Mlle Anthony et composés de pièces d'archives, de gravures et de reproductions photographiques apporte une documentation inestimable sur la mutation qui fit passer la ville de II 000 habitants en 1817 à plus de 33 ooo en 1896.

Ces panneaux, l'exposition terminée, pourront d'ailleurs circuler dans les établissements d'enseignement et tous organismes intéressés.

L'exposition du Musée réunit les peintres, les écrivains et surtout les musiciens de Pau ou ayant séjourné à Pau à cette époque, tel le grand chef d'orchestre Edouard Brunel. Leurs documents iconographiques et manuscrits illustrent la période artistique et littéraire la plus brillante de la vie paloise.

Sous la conduite de M. André Labarrère, député-maire de Pau, le Prince Henrik de Danemark, arrière petit-fils d'Aristide de Monpezat, inaugurait les 2 expositions, le 3 mai, en présence du Préfet des Pyrénées-Atlantiques et du Consul de Grande-Bretagne à Bordeaux.

Exposition : L'Image de la terre. - Comme chaque année, M. Baulny, professeur de philosophie au Lycée Barthou de Pau, a présenté à la bibliothèque une exposition réalisée dans le cadre des 10 % pédagogiques. Au-delà d'une meilleure connaissance de quelques textes essentiels sur la cosmographie, la géographie et la géologie, M. Baulny s'est efforcé d'initier ses élèves aux problèmes méthodologiques : recherche des ouvrages dans le fonds ancien de la Bibliothèque municipale, classement des textes, rédaction des notices et disposition dans les vitrines.

Un petit catalogue a été rédigé 1. L'exposition, inaugurée par M. l'Inspecteur d'Académie des Pyrénées-Atlantiques le 31 mars 1978, a duré jusqu'au 20 avril 1978.

Perpignan (Pyrénées-Orientales).

Inauguration de l'annexe du quartier du Bas- Vernet. - Après celles du Palais des Congrès et du Moulin à Vent, la Ville de Perpignan vient d'inaugurer sa troisième annexe dans le quartier du Bas-Vernet, place Edouard Leroy. Cette annexe est installée dans un local de 250 m2 construit à cet effet. Entièrement en rez-de-chaussée, elle est éclairée par plusieurs baies qui forment vitrines. Toutes les dispositions intérieures (sas d'entrée, bureau, toilette et dépôt) ont été étudiées pour rendre ce local le plus attrayant et le plus fonctionnel possible. Tout l'ameublement (rayonnage, banque, bacs...) a été fourni par des maisons spécialisées. Cette annexe qui accueille trois catégories de lecteurs, enfants, adolescents et adultes est ouverte aux mêmes heures que la bibliothèque centrale et contient pour l'instant 7 ooo volumes de toutes disciplines. Ceux-ci ont été reliés pleine toile et recouverts de papier adhésif après que les couvertures ont été collées sur le dos et sur les plats. Le personnel est composé de trois employées .

Plessis-Trévise (Val-de-Marne).

Inauguration. - Le samedi Ier avril a eu lieu l'inauguration de la Bibliothèque municipale du Plessis-Trévise en présence de M. Bleton, inspecteur général des bibliothèques, du sous-préfet de Nogent-sur-Marne, du Maire, du Conseil municipal, des enseignants et des représentants des associations locales.

Le Plessis-Trévise dans le Val-de-Marne est une commune de 15 000 habitants, à caractère essentiellement résidentiel, qui ne possédait jusqu'alors aucun équipement culturel. La décision de créer une bibliothèque fut prise en 1975 et son emplacement choisi peu après : la ville du Plessis-Trévise était en effet propriétaire d'un pavillon en meulière situé à l'entrée d'un vaste parc municipal tout proche du centre ville; agrandi d'une partie moderne ce bâtiment offre maintenant 200 m2 de surface sur deux étages, sans compter un local de 40 m2 au sous-sol pouvant servir de magasin et de salle d'équipement.

Le rez-de-chaussée, où se trouve la section adultes, est constitué d'une grande salle de prêt et de deux décrochements dont l'un est attribué à la lecture sur place « usuels » et l'autre aux périodiques.

A l'étage se trouvent la section jeunesse, le vestiaire et le bureau de la bibliothécaire. Pour l'instant une banque de prêt commune dessert les deux services. Dans l'avenir il est envisagé de créer un accès par le parc et d'installer une seconde banque à l'étage évitant ainsi une cohabitation parfois difficile entre adultes et enfants.

L'équipement de la bibliothèque a été confié aux Établissements Borgeaud : les deux niveaux ont été traités différemment, un mobilier de bois classique a été affecté aux adultes, les murs de la salle ont été tendus de toile de jute de couleur rouille assortie à la moquette; pour les enfants, un mobilier vert vif a été retenu créant ainsi une atmosphère plus gaie et plus lumineuse, un coin bacs-podiums a été réalisé pour les plus jeunes, leur permettant ainsi un relatif isolement.

En tout 9 000 livres peuvent trouver place sur les rayonnages, 3 000 chez les jeunes, 6 ooo chez les adultes. A l'ouverture la bibliothèque possédait 3 ooo volumes répartis en parts égales dans les 2 sections. Dès la fin de 1978, grâce à l'effort consenti par la municipalité cette année encore et à l'attribution d'un crédit d'achat de livres par la Direction du livre, nous devrions atteindre le chiffre de 7 000 volumes en rayons.

La section jeunesse a été délibérément privilégiée à la demande de l'Inspection départementale de l'Éducation nationale dont le siège se trouve au Plessis-Trévise : après plusieurs rencontres avec l'Inspectrice départementale et les conseillers pédagogiques, il a été prévu une collaboration étroite entre les écoles et la bibliothèque. D'ores et déjà des rendez-vous sont pris avec les classes jusqu'à la fin de l'année scolaire.

A la rentrée, des activités, type ronde de livres, présentation de nouveautés seront mises sur pied, mais dans un premier temps, l'essentiel de l'animation avec les classes se résume à des visites de bibliothèque; pour tous, des heures du conte ont lieu le mercredi et le samedi dans la mesure de la disponibilité du personnel : en effet pour l'instant deux personnes constituent l'effectif : une employée et une bibliothécaire, un poste de sous-bibliothécaire a été créé mais n'est toujours pas pourvu.

Chez les adultes, se tient depuis l'ouverture une exposition de cartes postales anciennes sur le Plessis-Trévise, qui intéresse vivement les Plesséens dont la ville est en constante mutation.

Pour faire connaître la bibliothèque, nous avons fait réaliser par un dessinateur publiciste professionnel une affiche qui fut largement diffusée à travers la ville et nous avons bénéficié également du support d'une publication municipale mensuelle, Plessis-Informations, distribuée gratuitement à domicile et dans laquelle ont paru plusieurs articles concernant la bibliothèque.

En exactement un mois de fonctionnement nous avons déjà recueilli 53I inscriptions dont 314 enfants, résultat évident de la collaboration avec l'école.

II ne semble pas que ce flot d'inscriptions réponde à une simple curiosité mais plutôt qu'il soit dû à un véritable besoin que ressentaient les Plesséens de voir enfin s'installer une bibliothèque dans leur ville, et c'est pourquoi notre tâche prioritaire sera l'accroissement du fonds afin de ne pas décevoir cette demande.

Saint-Gratien (Val-d'Oise).

Exposition à l'occasion du cent cinquantenaire de la naissance de Jules Verne. -Pour commémorer cet anniversaire, la Bibliothèque municipale de Saint-Gratien a proposé du 12 avril au 6 mai une exposition : « Voyages extraordinaires au pays de Jules Verne ». Cette exposition a été réalisée en collaboration avec la Bibliothèque municipale de Villeneuve-la-Garenne (où elle fut présentée du 13 mars au 7 avril) et le musée « l'Enfant en 1900 » de Saint-Gratien. La bibliothèque a voulu montrer le rôle joué par l'éditeur P.J. Hetzel dans la carrière littéraire de Jules Verne, en s'appuyant sur la correspondance échangée entre l'auteur et son éditeur. Hetzel fit paraître Cinq semaines en ballon le 24 décembre 1862. Auparavant le manuscrit avait été refusé par quinze éditeurs. Aidé, conseillé, critiqué par Hetzel, Jules Verne n'écrivait plus que des romans scientifiques et géographiques. Ainsi remplaça-t-il le merveilleux des fées, par celui de l'humanité pensante et savante. Les visiteurs de cette exposition ont pu admirer quelques volumes de l'édition Hetzel (avec cartonnage monochrome dit « au ballon », « aux éléphants », cartonnage polychrome « à la mappemonde » avec dos « au phare » et « à l'ancre ») appartenant à la bibliothèque et au musée, ou prêtés par des lecteurs. Pour sa part, le musée, à l'aide de documents : journaux, livres, photos, a cherché à situer Jules Verne dans son époque, en montrant : - les inventions extraordinaires qui étaient en train de naître et dont il a imaginé la réalisation; - les voyages extraordinaires liés aux découvertes de nouveaux moyens de transport et de communication.

Ces deux aspects de son œuvre ont suscité de nombreuses vocations et bon nombre de scientifiques, spéléologues, litttéraires ont appliqué sa devise : « tout ce qu'un homme est capable d'imaginer, d'autres hommes seront capables de le réaliser. »

Plus d'une vingtaine de classes accompagnées de leurs enseignants sont venues voir l'exposition. Et cette visite a suscité de nombreux travaux de recherche.

Valenciennes (Nord).

1678: Valenciennes devient française (23 mai au 24 juin 1978). - A l'occasion du Tricentenaire du rattachement de Valenciennes à la France, la Bibliothèque municipale a organisé une exposition particulièrement destinée aux scolaires, sur le thème : 1678: Valenciennes devient française.

Cette exposition comprenait 70 pièces illustrant non seulement les épisodes de la guerre de Hollande, du siège et de la prise de Valenciennes par les Français (le 17 mars 1677) mais aussi la situation de notre ville à cette époque, l'installation progressive de l'administration française, et les conséquences démographiques, économiques et culturelles du changement de régime politique. Les documents présentés retraçaient en fait l'histoire de Valenciennes dans le dernier quart du XVIIe siècle.

L'exposition était complétée par une série de diapositives et de photographies illustrant certains aspects plus généraux du règne de Louis XIV. Un catalogue de 55 pages, préfacé par M. Philippe Guignet, maître-assistant à l'Université de Lille III, était à la disposition du public.

Un catalogue d'exposition 1 a été publié à cette occasion.

Velizy-VIllacoublay (Yvelines).

Inauguration de la Bibliothèque municipale. - Le 2I janvier 1978 a été inaugurée la nouvelle Bibliothèque de Vélizy-Villacoublay, en présence de toutes les personnalités locales.

Celle-ci est une reprise et une réorganisation complète de la petite bibliothèque de village (700 habitants autrefois) qui existait précédemment et n'ouvrait que quelques heures par semaines. Elle est installée au Ier étage de l'ancienne mairie, c'est-à-dire à un endroit assez central, point de jonction entre Vélizy-ouest et Vélizy-est nouvellement construit.

Vélizy-Villacoublay compte actuellement 23 849 habitants. La bibliothèque comprend outre une très grande salle de 16,50 m sur 5,99 m, aménagée à une extrémité en salon de lecture, à l'autre en salle de travail, une salle de 5,90 m sur 5,58 m réservée aux jeunes, avec bacs à albums, étagères murales, présentoir, table et chaises - enfin deux bureaux pour les bibliothécaires. Les salles sont largement éclairées par de grandes baies vitrées - cinq baies pour la salle « adultes » et 3 belles fenêtres pour la salle « Jeunes». La hauteur des plafonds, 4 m environ, donne beaucoup d'espace vital. Le mobilier vient de la Maison danoise Reska : étagères murales, chariots et présentoirs jaune d'or, tables et chaises en teck. De très beaux double-rideaux en satin de coton bleu « Trianon » s'harmonisent parfaitement avec le ton gris clair des murs, le jaune des étagères et les cinq « chauffeuses » en velours côtelé « bleu-nuit » du coin Lecture, où un tapis chamois met une note confortable et chaleureuse.

Le fonds s'élève actuellement à 5 327 volumes dont 1 209 volumes « Jeunes ». Abonnement à 15 revues et 2 quotidiens. Les rayons peuvent contenir 15 000 volumes.

Les lecteurs ont accueilli cette bibliothèque avec beaucoup d'enthousiasme puisqu'au bout de 4 semaines de fonctionnement, il y avait déjà: 588 inscrits dont 264 jeunes. Au total 2 057 ouvrages ont été prêtés pendant ces 4 premières semaines. Après 3 mois de fonctionnement nous avons atteint le nombre de 1 193 inscriptions.

La bibliothèque ouvre 19 heures par semaine. Elle est tenue par 2 bibliothécaires - l'une à plein temps, l'autre à mi-temps. Elle ne ferme pas pendant les vacances d'été.

  1.  (retour)↑  Les informations figurant dans la partie « Chronique » constituent les textes, ou ont été établies sur la base de renseignements ou de documents, transmis à la Rédaction du « Bulletin des bibliothèques de France » par les responsables des différents établissements.
  2.  (retour)↑  Les informations figurant dans la partie « Chronique » constituent les textes, ou ont été établies sur la base de renseignements ou de documents, transmis à la Rédaction du « Bulletin des bibliothèques de France » par les responsables des différents établissements.
  3.  (retour)↑  L'ADPLJ se compose de la Bibliothèque municipale et interuniversitaire de Clermont-Ferrand, de la Bibliothèque centrale de prêt du Puy-de-Dôme, de Culture et Bibliothèque pour tous, de Peuple et Culture, des Francs et Franches camarades, et de 3 libraires clermontois.
  4.  (retour)↑  BIBLIOTHEQUE INTERUNIVERSITAIRE DE MONTPELLIER. - Les Fonds anciens des bibliothèques de Montpellier : Bibliothèque municipale, Bibliothèque de la Faculté de théologie protestante, Bibliothèque interuniversitaire : Guide du lecteur. - Montpellier : BIU, 1977. - 11-40 p. 21 cm.
  5.  (retour)↑  BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE ET ACADÉMIE DE BÉARN. Pau. -Pau ville anglaise du romantisme à la Belle époque : exposition organisée par la Bibliothèque municipale de Pau et l'Académie de Béarn... -Pau, 1978. - 118 p. : ill.; 21 X 2I cm.