entête
entête

Association des bibliothécaires français. Section des bibliothèques publiques. Journée d'études

La 6e journée d'études de la section des bibliothèques publiques de l'Association des bibliothécaires français s'est tenue à Caen le 22 octobre 1973 sur le thème « les bibliothèques publiques et leur publicité ». Accueillis par Me Girault, sénateur-maire de Caen, et Mlle Lecacheux, conservateur de la bibliothèque municipale, les quelque 150 participants écoutèrent les exposés des quatre conférenciers invités, après la présentation du thème du colloque par M. E. Guerin, président de la section des bibliothèques publiques.

Pour le premier conférencier, M. Claude Carcopino, directeur général de « Conseils et réalisations publicitaires », une campagne publicitaire doit être organisée pour faire connaître les bibliothèques. Certes, la publicité coûte cher mais une campagne en faveur de la lecture publique pourrait être envisagée dans le cadre des grandes causes nationales qui bénéficient de la gratuité.

M. Serge Montigny, chef des relations de presse aux éditions du Seuil, a un point de vue différent. La publicité lui semble moins nécessaire aux bibliothèques qu'un service de relations avec la presse sur le plan local et sur le plan national. « Plus qu'un problème d'argent, déclara-t-il, c'est la conception de votre rôle de bibliothécaire qu'il faut examiner. » Informer la presse des services qu'offre la bibliothèque est d'une grande efficacité mais les moyens de communication de masse ne sont pas suffisamment utilisés par les bibliothécaires. Et malheureusement, la disparition progressive des journaux littéraires, la médiocrité de la presse locale française (« la plus médiocre des pays européens dans le domaine littéraire ») ne facilitent pas la diffusion des informations.

M. Pierre Marchand, directeur de « Publ'Edition », tenta d'initier son auditoire aux méthodes de conception graphique de publicité mais sa leçon de marketing ne sembla pas convaincre les congressistes qui pensèrent qu'on ne lance pas une bibliothèque comme un nouveau tonic.

M. Jean Prasteau enfin, rédacteur au Figaro et producteur de l'émission de la 3e chaîne de télévision « A livre ouvert » mit l'accent sur la nécessité pour les bibliothécaires de suivre régulièrement, à la télévision, les dramatiques, les feuilletons, les émissions littéraires qui sont des moyens de promouvoir la lecture auprès du grand public. Une majorité de Français étant téléspectateurs, les bibliothécaires doivent être attentifs aux émissions pour compléter l'information et prolonger par la lecture l'intérêt qui a été suscité; Jean Prasteau parla aussi de son émission qui se déroule en province dans le cadre de bibliothèques publiques.

Ces interventions furent suivies d'un débat qui précéda le vin d'honneur offert par la municipalité à l'Hôtel de Ville installé dans le très bel édifice de l'Abbaye aux hommes.

Après un déjeuner normand, les bibliothécaires furent invités à visiter la bibliothèque municipale et ses deux bibliobus urbains. Une exposition réalisée à partir des publications des bibliothèques (tracts, affiches, guides du lecteur, bulletins de liaison, catalogues, etc...) ainsi qu'une démonstration de matériel par des fabricants de presse à imprimer, de matériel pour phototitrage, de système de composition manuelle de caractères permettant de réaliser soi-même tracts et affiches, encouragèrent les participants à utiliser les ressources de la publicité.

La deuxième séance de travail fut consacrée au compte rendu des réponses fournies à l'enquête sur la publicité et les bibliothèques. Le sondage fit apparaître la reconnaissance de l'utilité de la publicité mais aussi les contraintes budgétaires qui en limitent bien souvent l'utilisation. C'est pourquoi les organisateurs avaient pensé réaliser une affiche qui serait diffusée sur le plan national à de nombreux exemplaires, ce qui permettrait d'en abaisser le prix de revient. Trois maquettes furent présentées mais ne firent pas l'unanimité dans l'assistance. Un slogan fut alors recherché et c'est « la bibliothèque, c'est aussi pour vous » qui fut retenu. Une affiche réalisée à partir de ce thème sera publiée ultérieurement et vendue approximativement à 2 F ou 2,50 F l'exemplaire.

L'accent ayant été mis, tout au long de cette journée, sur l'importance du rôle de l'information auprès du public par l'intermédiaire de la publicité et des relations publiques, il était naturel que la presse écrite et télévisée fût associée à cette rencontre. Des comptes rendus parurent dans la presse (Paris-Normandie, Ouest-France, Le Monde, Le Figaro, etc.) ; M. Guérin commenta cette journée sur la station régionale de télévision et le soir, sur la première chaîne, dans le cadre de l'émission de Bernard Pivot Ouvrez les guillemets, deux jeunes bibliothécaires témoignèrent de la volonté de rénovation des bibliothèques publiques qui souhaitent renouveler leur « image de marque ».