entête
entête

Chronique des bibliothèques

Bibliothèques municipales.

Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône).

Exposition de livres et reliures. - Sur le thème : Fleurs et fruits dans l'illustration et la reliure du livre français sont exposés, à la Bibliothèque Méjanes, manuscrits, livres illustrés et reliures du XIVe au XXe siècle.

Cette exposition a été inaugurée le 30 mai par une visite de M. Ciccolini, maire d'Aix-en-Provence accompagné de M. Cousin, préfet des Bouches-du-Rhône et de membres du Conseil général. Ouverte au public à partir du 15 juin, elle se prolongera durant tout l'été.

Le 12 juillet une visite commentée avait été réservée aux « Amis de la Méjanes ».

Bordeaux (Gironde).

Acquisition de monnaies d'or provenant du trésor de Tayac. - Au mois de décembre 1893, on découvrait à Tayac (canton de Lussac, arrondissement de Libourne, Gironde) dans deux vases de terre, 325 statères d'or accompagnant un Forques. Ce trésor gaulois fut malheureusement dispersé. Les collections du Cabinet de numismatique de la bibliothèque municipale possédaient jusqu'alors 9 pièces provenant de ce trésor. Des circonstances favorables ont permis, grâce à l'action de M. Benusiglio, ancien Président de la Société archéologique de Bordeaux, et au vote par le Conseil municipal d'un crédit spécial de II 000 F, l'acquisition de 17 autres pièces ayant la même origine.

Au moment de sa découverte, ce trésor gaulois fut interprété comme un trésor de guerre d'une bande d'envahisseurs germains. Cette hypothèse, aussitôt combattue, semble aujourd'hui infirmée par les travaux de M. Kellner, directeur du musée préhistorique de Munich, sur les monnayages trouvés dans les régions supposées occupées par les Cimbres et les Teutons. D'autre part, les recherches actuellement entreprises en France amènent à penser qu'on a peut-être eu tort de ne pas envisager la possibilité d'une attribution à un monnayage local de certaines des pièces trouvées à Tayac.

Cette acquisition est d'autant plus précieuse que les trois cinquièmes de la trouvaille ont été fondus, en 1893, par un orfèvre bordelais.

Avec l'autorisation de M. le maire de Bordeaux, les 26 pièces du trésor de Tayac appartenant aux collections de la bibliothèque municipale sont actuellement présentées à l'exposition Bordeaux, capitale de l'Aquitaine : un exemple de romanisation en Gaule qui se tient à Munich depuis le 13 juillet et jusqu'au 31 octobre, dans le cadre du jumelage Bordeaux-Munich.

Regards d'enfants. - Le 26 juin a été inaugurée, dans la salle d'exposition de la bibliothèque municipale, l'exposition Regards d'enfants, par Me Deymes, adjoint au maire, représentant M. Chaban-Delmas, maire de Bordeaux, président de l'Assemblée nationale, et par Mme Delaunay, inspectrice générale des écoles maternelles, en présence de nombreux membres du corps enseignant.

Organisée par Mlle Colly, inspectrice des écoles maternelles de Bordeaux, cette exposition (qui avait déjà été présentée, en 1966, au Congrès national des institutrices d'écoles maternelles) se propose de faire connaître les écoles maternelles, les méthodes nouvelles utilisées, avec l'aide des moyens audiovisuels, pour la formation de la sensibilité et l'éveil du sens artistique des jeunes enfants. L'exposition est demeurée ouverte jusqu'au 6 juillet.

Bourges (Cher).

Sur le thème de la lecture. - En prévision de la Quinzaine nationale de la lecture, qui devait avoir lieu du II au 26 juin mais a été décommandée, la bibliothèque de Bourges avait préparé une série de manifestations qui ont cependant eu lieu :
- à la Maison de la culture, le 19 juin, conférence de M. Georges Jean, de «Peuple et culture » sur La Lecture et l'éducation permanente.
- à la Maison de la culture, du 10 au 26 juin, exposition organisée avec le concours de l'Association des bibliothécaires français et du Cercle de la librairie : L'enfant et le livre, l'enfant et la presse illustrée : présentation sous vitrines et sur tables de beaux livres pour enfants, panneaux explicatifs, présentation de la presse enfantine de qualité. La télévision régionale était présente à l'inauguration de cette exposition.
- à la Bibliothèque municipale, exposition de quelques livres d'art (reproductions d'œuvres de peintres et de graveurs, de Dürer à nos jours).
- chez tous les libraires, enfin, des vitrines étaient consacrées aux livres pour enfants et des affichettes-réclame avaient été apposées en ville.

Chartres (Eure-et-Loir).

Participation à trois expositions. - La bibliothèque municipale a participé à trois expositions au cours de la deuxième quinzaine du mois de mai 1967.

Dans le cadre de l'exposition Chartres d'hier organisée sous le patronage de la Fédération des syndicats d'initiative d'Ile-de-France dans l'ancienne église Saint-André, une vitrine a été consacrée au manuscrit des quatre premières pages du chapitre IV de La Cathédrale d'Huysmans, que possède la bibliothèque, ainsi qu'aux histoires de Chartres et aux guides du Pèlerin dont Huysmans a eu connaissance et qu'il a utilisés pour écrire son livre. Une autre vitrine était consacrée à Marceau autour d'un rapport envoyé à Bouchotte, le soir de la bataille de Savenay, rapport qui donne de nombreux détails sur la défaite des Vendéens. La bibliothèque avait également exposé un exemplaire de l'Antilutherus, œuvre du chanoine Clichtoue, qui fut enterré à Saint-André. Cet adversaire de Luther avait paru si redoutable à l'époque, qu'il avait été surnommé « le maillet de Luther ».

A l'occasion du XVIIe congrès France-Canada, qui s'est tenu à Chartres les 20 et 21 mai, la bibliothèque municipale a présenté une exposition consacrée aux peintres canadiens français et aux objets de l'artisanat canadien. La plupart des toiles avaient été prêtées par des peintres séjournant actuellement à Paris et les objets par l'Ambassade du Canada. Le Musée de Chartres avait prêté sa documentation sur les ex-voto canadiens de Chartres, ainsi qu'une pirogue et une ceinture de perles offertes par les Indiens à N.-D. de Sous-Terre au XVIIe siècle.

Dans la salle du second étage de la bibliothèque avait lieu en même temps, comme chaque année, une exposition de travaux d'enfants exécutés sous la direction d'un artiste chartrain, M. Boucher : peintures, sculptures, reliures, poteries (cuites par les enfants dans un four qu'ils ont construit eux-mêmes).

Dijon (Côte-d'Or).

Acquisition du dossier original des « Possédées d'Auxonne ». - En 1660 éclata au couvent des Ursulines une affaire analogue à celles de Loudun en 1632 et de Louviers en 1642. Quinze religieuses sur une trentaine parurent possédées du démon et un procès en sorcellerie fut entamé contre la présumée coupable de l'envoûtement, la sœur Barbe Buvée. Mais le dénouement fut différent de celui des affaires précédentes. Le Parlement de Dijon intervint et fit preuve de beaucoup de bon sens; une enquête minutieuse fut menée par un conseiller, trois religieux dijonnais et un médecin et elle conclut qu'il n'y avait ni sorcellerie ni possession diabolique. Tout le monde n'en fut pas persuadé à l'époque; il y eut des polémiques, des conflits de compétence judiciaire, mais le calme fut rétabli sans exécutions par le feu ni condamnations.

L'histoire de cette crise collective d'hystérie et de ce procès, qui marque un tournant dans l'histoire de la sorcellerie, n'était connue que par deux manuscrits de la Bibliothèque nationale (mss. fr. 18.695 et 18.696) formés de copies d'époque envoyées au chancelier Séguier, et par quelques copies de pièces isolées, aux Archives de la Côte-d'Or et à la bibliothèque de Dijon. Le docteur Samuel Garnier, directeur de l'asile d'aliénés de Dijon, qui a publié sur ce sujet en 1895 une excellente étude, avait dû constater la disparition du dossier original.

Or ce dossier a réapparu à la vente de la bibliothèque de Me Maurice Garçon, consacrée aux sciences occultes et dispersée à l'Hôtel Drouot le 9 mai dernier. Il avait dû être conservé par un des magistrats ayant eu à connaître de l'affaire; un de ses héritiers y ajouta quelques pièces relatives à un cas de possession signalé en 1713 et fit relier le tout. Ce sont les pièces de procédure, les dépositions, les rapports des médecins, les plans et élévations du couvent, montrant que quelqu'un de leste pouvait fort bien y entrer sans intervention diabolique, les « pages d'écriture » dictées aux religieuses pour déterminer le véritable auteur d'un billet prétendument écrit par le Diable, le tout coté et paraphé par le greffier.

A la demande de la bibliothèque de Dijon, la Direction des bibliothèques a bien voulu faire au profit de celle-ci l'acquisition de ce manuscrit, en exerçant le droit de préemption de l'Etat. La remise officielle lui en a été effectuée par M. l'Inspecteur général Masson le 14 juin. A cette occasion, la bibliothèque avait organisé une petite exposition de livres relatifs à la sorcellerie, depuis les vieux traités de démonologie de Jean Bodin (1581), de Nicolas Remy (1595), de Henri Boguet (1608) jusqu'à des éditions récentes, du Grimoire du pape Honorius par exemple, rééditions qui montrent que la croyance aux sorciers est loin d'avoir disparu.

Douai (Nord).

Exposition de livres du XVIIe siècle. - Le 20 mai 1967, M. l'Inspecteur général Caillet a inauguré, en présence de nombreuses personnalités, l'exposition Le Livre au XVIIe siècle dans les collections de la Bibliothèque municipale classée de Douai, organisée à l'occasion du tricentenaire du rattachement de Douai à la France et du bicentenaire de la création de la Bibliothèque de Douai.

A côté des belles éditions flamandes illustrées par Théodor, Cornélius ou Jean Galle, Adrian Collaërt, Peeter de Jode etc., à côté des riches ouvrages sortis des presses parisiennes, dont les planches sont signées : Abraham Bosse, François Chauveau, Israël Silvestre, Jean Lepautre, Nicolas Cochin, Sébastien Leclerc ou Edelinck, l'exposition faisait une large place à l'imprimerie douaisienne. Celle-ci, née pour répondre aux besoins de l'université, créée en 1562, devint très florissante au XVIIe siècle. Les 57 volumes douaisiens présentés témoignent de l'importance et du nombre des ateliers, comme de la qualité de leurs travaux. D'origine flamande pour la plupart, les imprimeurs de Douai firent essentiellement appel aux graveurs anversois, tels Martin Bas ou Bassius, qui vint s'installer à Douai et illustra de nombreux ouvrages, ou Peeter Rucholle.

Une vitrine de somptueuses reliures armoriées, « à la Du Seuil » ou du style « Le Gascon », des monnaies d'or, des médailles, des sceaux complétaient cette exposition.

Mulhouse (Haut-Rhin).

Inauguration du Cabinet des estampes. - Le Cabinet des estampes de la bibliothèque municipale de Mulhouse a été officiellement inauguré le 18 mai. Fruit d'une collaboration de quinze années avec les artistes graveurs de Mulhouse et les sociétés d'amateurs, il compte aujourd'hui près de 4 000 pièces. Les plus belles ont été présentées au public jusqu'au Ier juillet. Le catalogue 1 retrace brièvement l'histoire de la collection et indique le rôle qu'elle peut jouer dans la vie culturelle locale. Il contient également une note sur les différentes techniques de la gravure, rédigée par un artiste et destinée à faciliter la compréhension des notices des œuvres exposées.

Déconcentration des activités culturelles. - La bibliothèque municipale a continué à participer activement à l'exécution du plan de déconcentration des activités artistiques et culturelles. L'exposition Albert Camus, montée par la section des bibliothèques publiques de l'A.B.F., a été présentée en mai à la bibliothèque de Bourtzwiller, et en juin à celle de Dornach. Du 22 juin au Ier juillet, dans le cadre de la « Semaine des loisirs », la bibliothèque de Bourtzwiller a présenté une exposition sur La Peinture de fleurs du XVIe siècle à nos jours qui a pu être montée à l'aide de reproductions gracieusement prêtées par les éditions Braun. Un catalogue commenté 2 a été distribué aux visiteurs.

Rouen (Seine-Maritime).

Exposition des plus belles pièces de la Bibliothèque. - Du 20 juin au 13 juillet inclus, la bibliothèque municipale de Rouen a présenté une exposition de ses richesses : tablettes babyloniennes, manuscrits javanais, manuscrits enluminés du IXe au XVIIIe siècle, parmi lesquels de très beaux livres d'Heures du fonds Leber; quelques autographes, incunables et ouvrages imprimés; un ensemble de monnaies et médailles, depuis l'époque gauloise jusqu'au xxe siècle; un choix de reliures précieuses, des estampes : Poussin, Carrache, des dessins de Rouen (fonds Deglatigny), des albums chinois coloriés et des reproductions de costumes en couleurs (collection de La Mésangère).

Senlis (Oise).

Description de l'Egypte. - Le grand succès remporté par l'exposition Toutankhamon et son temps, au Petit Palais, à Paris, fut l'occasion de rappeler ou d'apprendre aux Senlisiens l'existence de la monumentale collection (22 in-folios, dont 3 dits « grand égypte ») que compose la Description de l'Egypte, publiée à la suite de l'expédition de Bonaparte et conservée à la Bibliothèque municipale. L'exiguïté des locaux empêchait malheureusement d'organiser une exposition sur place de cet ensemble unique.

La possibilité de présenter ces livres dans la salle du Tribunal de Commerce, dans le même bâtiment, à l'étage inférieur, permit d'organiser une agréable présentation, avec un moindre dérangement : sur les dossiers des bancs, de grands panneaux de contre-plaqué furent jetés pour poser ces livres et pouvoir les ouvrir et les feuilleter aisément. Une vitrine d'une quinzaine d'ouvrages anciens consacrés à l'Egyptologie, récits de voyageurs et atlas anciens, les accompagnait, ainsi que les livres récents possédés par la bibliothèque, qui avaient déjà été exposés pendant un mois sur un panneau perforé dans l'escalier avec des photos et des gravures.

Cette exposition ouverte une semaine durant, du 15 au 22 juin, accueillit entre autres visiteurs trois classes des divers établissements scolaires de la ville, tous très intéressés par les nombreux détails de ces volumes pouvant retenir à la fois l'œil du curieux, de l'égyptologue et de l'amateur d'art.

Troyes (Aube).

Provins, Troyes, Montereau au temps des Comtes de Champagne. - Dans le cadre du Festival de Provins, M. Alain Peyrefitte, ministre de l'Education nationale, maire de Provins, inaugura, le 24 juin, l'exposition Provins, Troyes, Montereau au temps des Comtes de Champagne dans la salle capitulaire du XIVe siècle de l'Hôpital général.

Cette exposition célébrait la rénovation récente de la bibliothèque de Provins; la plupart des manuscrits étaient exposés pour la première fois. Elle continuait, en même temps, le « jumelage » amical des trois villes de Champagne et de Brie commencé lors de l'Exposition Trésors de Troyes et de Provins au Festival de Troyes en juin 1966 3, à laquelle fit suite l'exposition Troyes, Provins, Montereau dans cette dernière ville en avril dernier.

Pour celle-ci, Troyes avait fourni ses manuscrits du XIIe siècle, Provins ses chartes des XIIe et XIIIe siècles et ses manuscrits du XIIIe au xve siècle, Montereau ses gravures et faïences anciennes.

De plus, la Bibliothèque nationale et la Bibliothèque de l'Arsenal avaient prêté les manuscrits à peinture de Guiot de Provins, Chrétien de Troyes et Thibaut IV le Chansonnier, poètes des trois cités. Les Archives de Seine-et-Marne ont fourni des documents sur l'Hôpital général, et la Société archéologique de Provins, des statues de vierges du XIIe et du xve siècle.

L'exposition, en trois parties, évoquait le rôle des Comtes dans la création des Foires de Champagne, la cour de poètes qui entouraient Marie de Champagne, puis Thibaut IV, la guerre de Cent ans, et enfin le petit train qui, en 1845, reliait Montereau à Troyes, avec un arrêt aux Ormes pour Provins.

Toulouse (Haute-Garonne).

Inauguration de la section du « Livre parlé » à la Bibliothèque Braille. - Le samedi 17 juin 1967 a été inaugurée la section du « Livre parlé » de la Bibliothèque Braille, composée pour le moment de disques littéraires.

Le président a remis à cette occasion un « livre parlé », L'Etranger de Camus, à M. le Pr Ourliac, maire-adjoint, pour symboliser l'ouverture officielle de cette section.

  1.  (retour)↑  Bibliothèque municipale de Mulhouse. - Acquisitions récentes du Cabinet des Estampes. (Exposition) 18 mai-Ier juillet 1967. Préf. par L. Lang et N. Richter. - Mulhouse, Bibliothèque municipale, 1967. - 20,5 cm, [14] p., multigr.
  2.  (retour)↑  Bibliothèque municipale de Bourtzwiller. - La Peinture de fleurs, du XVIe siècle à nos jours. (Exposition de reproductions des éditions Braun et Cie.) 22 juin-Ier juillet 1967. - [Mulhouse, Bibliothèque municipale, 1967]. - 20 cm, [6] p.
  3.  (retour)↑  Cf. B. Bibl. France, IIe année, N° 9-10, septembre-octobre 1966, pp. 385 et 387.