entête
entête

Institut néerlandais de Paris. Exposition de portraits gravés

L'Institut néerlandais de Paris, dont on n'a pas oublié l'exposition qu'il consacra, l'année dernière, à l'œuvre gravé de Rembrandt, présente dans ses locaux, 12I, rue de Lille, du 10 mars au 3 avril 1958, sous le titre : Le Portrait gravé aux Pays-Bas et en France de 1575 à 1725, un remarquable ensemble de gravures au burin. Cette exposition témoigne de la perfection à laquelle atteignit, à cette époque, un art qu'on a souvent tendance à tenir pour mineur.

Si la gravure du bois, ou taille-douce, est restée, jusqu'à l'invention de la lithographie et de la photographie, le moyen préféré de reproduction des œuvres picturales, les plus grands burinistes ont été des artistes originaux, qui se sont faits les portraitistes sans complaisance des hommes illustres du passé.

Les fonds de l'Institut néerlandais de Paris ont fourni la plus grande partie des oeuvres exposées; certaines pièces rares ont été prêtées par des collections publiques et privées et notamment par le Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale. On voudrait citer les noms de tous les graveurs qui, avec un talent très personnel, ont évoqué les plus grandes figures de l'histoire de France et des Pays-Bas, de 1575 à 1725; bornons-nous à mentionner quelques-uns des plus illustres d'entre eux : les De Passe, Hendrick Goltzius, Willem Jacobsz Delff, Cornelis Visscher, Jonas Suyderhoef, pour les Pays-Bas; Claude Mellan et surtout Robert Nanteuil, pour la France. Avec Visseler et Nanteuil, on peut dire que l'art de la gravure au burin atteint son apogée.

On soulignera encore le soin avec lequel a été présentée cette exposition, ainsi que l'intérêt et la précision des notices détaillées qui accompagnent chaque gravure. Rappelons également qu'à l'occasion de cette exposition, M. Fritz Lugt a donné, le 18 mars, dans les locaux de l'Institut néerlandais, une conférence intitulée : Cent cinquante ans de portrait gravé français et hollandais.