entête
entête

Charles Schmidt 1872-1956

Charles Schmidt, inspecteur général honoraire des bibliothèques et des archives, est décédé à Sceaux le 6 février 1956.

Fils d'un pasteur de Strasbourg, il était né à Saint-Dié le 21 octobre 1872. Sorti de l'École des chartes dans la promotion de 1897, il soutint en 1905 sa thèse de doctorat ès lettres : le Grand-Duché de Berg (1806-1813), étude sur la domination française en Allemagne sous Napoléon Ier.

Sa carrière fut, jusqu'en 1928, une carrière d'archiviste : aux Archives départementales de l'Yonne en 1897, aux Archives nationales à partir de 1899. En 1902, il publiait dans la Révolution française, les Sources de l'histoire d'un département aux Archives nationales, et en 1907 les Sources de l'histoire de France depuis 1789 aux Archives nationales. En 1919, après l'armistice, il est chargé de la réorganisation des Archives d'Alsace et de Lorraine, puis nommé directeur de ces mêmes Archives; il reçoit enfin une mission dans les territoires rhénans. C'est alors qu'il publie en 1921, les Sources de l'histoire des territoires rhénans de 1792 à 1814 dans les Archives rhénanes et à Paris, et en 1922, les Plans secrets de la politique allemande en Alsace-Lorraine (1915-1918) dans la collection des Mémoires, études et documents pour servir à l'histoire de la guerre mondiale.

Charles Schmidt est, jusqu'aux dernières années de sa vie, demeuré un historien particulièrement intéressé par la période moderne et les problèmes économiques. Il avait publié en 1911, en 1912 et en 1913, des articles sur les Documents de l'histoire économique du XIXe siècle, et en 1926, un article sur les Archives économiques modernes dans la Revue de Paris.

On sait enfin la part qu'il prit à la publication des Procès-verbaux des Comités d'agriculture et de commerce de la Constituante, de la Législative et de la Convention publiés dans la collection des Documents inédits sur l'histoire économique de la Révolution française.

Nous n'oublierons pas l'activité de Charles Schmidt au sein du Comité des travaux historiques, mais nous devons principalement ici rendre hommage à l'inspecteur général.

C'est par un décret du 15 janvier 1928 que Charles Schmidt fut nommé inspecteur général des bibliothèques et des archives, en remplacement de M. Vidier. Il y demeura jusqu'à sa retraite, fin 1940, et fut alors lui-même remplacé, à dater du 1er janvier 1941, par M. Marcel Bouteron.

Une part importante de l'activité de Charles Schmidt, inspecteur général, fut consacrée aux bibliothèques et plus particulièrement à la lecture publique. Il avait rédigé le rapport sur les bibliothèques municipales, lors des travaux de la Commission ministérielle de 1930, et le titre même de ses articles, parus notamment dans Archives et bibliothèques, témoigne de la conception qu'il avait du rôle des bibliothèques : La bibliothèque et la vie moderne, Pour une politique des loisirs, La bibliothèque pour tous, titre de l'article qu'il donna au tome 17 de l'Encyclopédie permanente consacré à la Civilisation écrite.

Il faut faire une place à part à l'effort tout spécial avec lequel Charles Schmidt s'attacha à la création de bibliothèques pour enfants, depuis l'article qu'il publia dans la Revue de Paris en 1931, jusqu'à celui qu'il voulut bien écrire pour le numéro spécial de l'Éducation nationale publié à l'occasion de l'Exposition internationale des livres pour enfants en 1952.

Cette courte notice ne peut souligner comme il conviendrait les rares mérites de Charles Schmidt, historien, archiviste, inspecteur général. Tous ceux qui l'ont connu n'oublieront pas la courtoisie de l'homme, son indulgence teintée d'ironie et, d'abord, sa grande bonté.