entête
entête

Bidouilles en bib’ : les ateliers de création en bibliothèque

Petite bibliothèque ronde de Clamart – 29 juin 2017

Blandine Le Bras

Anne-Valérie Malavieille

Émilie Meyer

La journée s’ouvre avec Geneviève Patte (créatrice de la Petite bibliothèque ronde de Clamart – PBR), qui fait part de son expérience au sujet des ateliers de création. A la PBR, le personnel travaille en équipe et les enfants sont associés pleinement à ces ateliers qui sont gratuits et sans inscription. La bibliothèque accueille aussi des artistes qui sont à l’écoute des enfants et leur permettent d’aller plus loin dans la création. Sur le long terme, les ateliers permettent de développer une qualité relationnelle avec l’enfant participant.

Table ronde : Les bibliothèques, des lieux créatifs ?

Marion Moulin (responsable de la PBR), présente les intervenants :

- Hélène Kerurien, directrice du biblio-club de Vanves et conteuse professionnelle ;

- Catherine Cauderlier, directrice de la médiathèque de Dammarie-Les-Lys ;

- Clémence Pénicaud, illustratrice et animatrice d’ateliers d’arts plastiques ;

- Michèle Valentines, coordinatrice de l’action culturelle à la PBR.

Quels sont les modalités pour les ateliers ?

La médiathèque de Dammarie-Les-Lys est située dans un quartier sensible. De nombreux enfants viennent seuls à la bibliothèque et la mise en place d’ateliers à l’arrivée de la responsable a permis de répondre à leurs attentes. Il y a trois types d’ateliers : les ateliers spontanés dits occupationnels, des ateliers prévus en relation avec les collections de la bibliothèque, et des ateliers organisés par des intervenants extérieurs. Tous les ateliers sont gratuits, sur réservation. Ils permettent à plus ou moins long terme de faire découvrir la littérature aux enfants.

Au biblio-club de Vanves, les ateliers existent depuis sa création. Ils sont variés (création de masques, de cartes de vœux, etc.), le but c’est de travailler ensemble. De plus, quelques artistes (comme Laurent Corvaisier) ont créé des ateliers pour les enfants. Le but, ce n’est pas forcément de savoir bien dessiner, mais de laisser les enfants créer.

Quel travail est mis en place avec les enfants ?

Pour Clémence Pénicaud, les ateliers représentent un moment de plaisir et de partage avec les enfants. A la PBR, il y a un projet de départ pour un atelier et ensuite, cela se transforme parfois en fonction des envies des enfants. Il y a des fidèles qui servent de force vive et sont force de propositions. Ils ont un regard critique et une volonté de transmettre leurs savoirs aux plus petits.

Quel budget pour les ateliers ?

Pour la médiathèque de Dammarie-Les-Lys, le budget pour les ateliers est de 300 euros par an. Pour le compléter, il y a beaucoup de dons personnels.

Au biblio-club de Vanves, l’association fonctionne avec un budget régulier. Les dons des adhérents et de divers services de la ville permettent également la récupération de papier, cartons, etc.

Pour la PBR, les lecteurs apportent beaucoup et il y a aussi des dons personnels.

Table ronde : Bidouiller avec les nouvelles technologies, pas que pour les geeks !

Durant cette table ronde les participants : Odile Flament 1 (éditions Cot-Cot-Cot Apps), Claire Bresson 2 et Julie Monne 3 (CUBE Issy les Moulineaux) et Fouad El Bourkadi 4 (PBR Clamart), ont fait part de leurs expériences en répondant aux questions de Géraud Vérité 5 (Canopée La Fontaine Paris).

Tous commencent par préciser qu’ils ont appris en pratiquant et soulignent l’importance des communautés comme de la rencontre des collègues pour se former.

La participation des usagers aux ateliers ?

Il faut proposer à ceux qui savent beaucoup, de faire les démonstrations, de former les autres participants voire d’animer eux-mêmes des ateliers.

Comment amener le numérique dans des espaces peu adaptés ?

la PBR, il y a une cohabitation et une coopération voulue entre les collections et les ateliers numériques qui se déroulent au milieu des espaces. Le CUBE dispose d’une bonne connexion WiFi, ce qui est essentiel.

Comment nouer des partenariats ?

Au CUBE, on trouve des partenaires par opportunité (associations voisines, startup APIdou). Cot-Cot-Cot Apps trouve ses partenaires (bibliothèques ou écoles) sur les salons pour rencontrer directement les enfants et les mettre en relation avec les artistes.

Comment réussir son atelier ?

Voici quelques conseils : bien tester son matériel, les applications, la connexion WiFi, monter le projet en équipe, penser que le public peut être différent que celui attendu et prévoir une solution de rechange !

Et le budget ?

Le budget réunit de nombreux éléments : l’apport des mécènes, le prêt de matériel (PBR), le matériel en lui-même (kit makey-makey à 50€, stylo 3D, etc.), la location évolutive (CUBE), la fabrication, la récupération et l’utilisation de logiciels gratuits (free video editor, softonic, moviemaker).

Et les livres dans tout ça ?

la PBR, on travaille toujours à partir des classiques de la littérature et au milieu de la bibliothèque, espace ouvert aux autres activités. Toutefois, la place des livres numériques dans les bibliothèques et dans les écoles, tout comme la question de leur contenu sont délicates : il n’est pas facile de trouver des auteurs créant pour le numérique.

Et les collègues, réfractaires ou demandeurs ?

Il y a de plus en plus de demandes car les propositions sont de plus en plus intéressantes : les livres numériques proposent une valeur ajoutée. Un rappel : il est important de sensibiliser au droit d’auteur, même chez les plus jeunes.

Présentation de quelques réalisations

- Jeux d’échec réalisés par les lecteurs à la Canopée la Fontaine, grâce au logiciel gratuit 3D Slash;

- Pots pour la grainothèque (dont le choix s’est basé sur des éléments trouvés sur le site thingiverse) ;

- Docteur maboul créé avec un kit makey makey, à l’occasion de la semaine de la science ;

- Borne arcade élaborée avec les collégiens à la PBR ;

- Pages de livres animées en réalité augmentée au CUBE ;

- Mobile « Calder » créé grâce à l’application du Museum of Modern Art (MOMA) dédiée à l’expressionnisme et avec Cot-Cot-Cot Apps.

Présentation du Muz 6 : premier musée virtuel d’œuvres d’enfants

Ce projet, né à l'initiative de Claude Ponti, contient la vision de l'auteur-illustrateur sur l'enfance : accompagner l'enfant dans son développement, le convaincre qu'il a en lui une force et une énergie créatrice qui lui permettent d'affronter le monde, y compris dans la difficulté.

Aline Hébert-Matray (déléguée générale du Muz), explique qu’autour de Claude Ponti s'est constitué un groupe de professionnels travaillant au contact des enfants et de leurs créations. Tous partageaient un même constat : si notre société encourage l'expression créatrice des enfants, les œuvres créées n'ont toutefois aucun statut, aucun lieu de conservation et de valorisation.

Face à la difficulté de convaincre de l'importance de créer un musée « en dur », Internet est apparu comme une solution idéale présentant l'avantage de s'affranchir des limites géographiques.

Le Muz, aujourd'hui, c'est :

- des collections d'œuvres d'enfants consultables par le biais d'un moteur de recherche ;

- des collections particulières dont celles données par des artistes aujourd'hui reconnus et datant de l'époque où ils étaient enfants (ex : Solotareff) ;

- un espace ressource pour faire circuler idées et démarches créatives ;

- la possibilité offerte à chacun de proposer des œuvres en expliquant son projet ;

- la possibilité d'emprunter les expositions thématiques de l’artothèque.

Le Muz fait également partie d'une recherche du ministère de la Culture sur les lieux de médiations des œuvres des enfants pour les enfants.

Ateliers de création : mode d'emploi

Lors de ces sessions participatives et collaboratives animées par l'équipe de la PBR, les participants devaient, par petits groupes, imaginer une programmation sur le thème de leur choix : récup’, jeux, science, nature, conte.

La présentation des projets élaborés fait écho aux problématiques abordées pendant la journée. Oui, les bibliothèques sont des lieux créatifs et leurs professionnels possèdent beaucoup de ressources et d'idées pour proposer des actions culturelles d'une grande richesse.

Le lien avec la bibliothèque et ses collections est toujours à la base (fabrication d'un jeu de l'oie en partant de la découverte d'albums, lecture-débat, création d’un jeu de sept familles à partir des grands domaines de la Dewey, atelier à partir d’un conte avec la création d’un spectacle ou d’une vidéo).

Le numérique est présent dans toutes les actions proposées non comme une fin mais comme un moyen créatif permettant au public de se familiariser avec ces supports et ces techniques (ateliers de création à partir de composants électroniques, fabrication participative des affiches pour la communication à partir de QR codes, conception de pions avec l’imprimante 3D, création de vidéo en stop motion, création de livres numérisés et augmentés avec des captations vidéo).

Dans les actions proposées, la récup' a la cote ! Ainsi, un festival de la bidouille autour de l'art up-cycling, des ateliers créatifs à partir de collectes de déchets, des partenariats avec les déchetteries ou centres de tri pourraient voir le jour.

Les professionnels s’emparent des tendances actuelles : organisation d’un escape game inventé avec les enfants, répar’ café, disco soupe, partenariat avec le Fab lab.

Des ponts entre les actions scolaires/périscolaires et tous publics sont dressés : soit en proposant sur le temps d’ouverture au public un temps festif de présentation du travail scolaire, soit en intégrant le public scolaire et périscolaire à une programmation tous publics.

Ainsi les ateliers de création contribuent à faire des bibliothèques des lieux de rencontre où se mêlent un public intergénérationnel et des lieux festifs où chaque évènement se clôture par un moment convivial de valorisation des réalisations (spectacle, jeux, exposition, repas partagé).

  1.  (retour)↑  Directrice de la maison d’édition Cot-Cot-Cot apps qui publie des livres numériques pensés pour tablettes et qui ne sont jamais des adaptations à partir de livres papier. Odile Flament est par ailleurs formatrice au Centre de Littérature jeunesse de Bruxelles et anime des ateliers autour des livres ou des applis musicales.
  2.  (retour)↑  Responsable des pratiques innovantes au CUBE (Centre de Création Numérique ouvert en 2001) en direction des scolaires (primaire) et des ateliers de 3 ans jusqu’aux séniors.
  3.  (retour)↑  Organise et anime les ateliers-découverte pour les familles et les ateliers créatifs pour les scolaires et les individuels qui l’amènent à utiliser beaucoup de matières (pâte à modeler, papier) en accompagnement du numérique.
  4.  (retour)↑  Responsable du numérique et de l’offre multimédia à la PBR. Organise et anime les formations autour du numérique.
  5.  (retour)↑  Chargé de l’animation des communautés et de la communication à la bibliothèque Canopée La Fontaine.
  6.  (retour)↑  http://lemuz.org/