L’accueil des publics sourds et malentendants

La déficience auditive concerne 4 millions de Français. Handicap invisible, elle crée un empêchement majeur à communiquer avec autrui et, pour les personnes sourdes de naissance, de grandes difficultés d’accès à l’information et à l’écrit. En renforcement de la loi de 2005 sur l’égalité des droits et des chances des personnes handicapées, un Plan handicap auditif a été lancé en 2010. Les bibliothèques peuvent contribuer à une meilleure intégration sociale et culturelle des publics sourds et malentendants en étant mieux informées de leurs besoins spécifiques. Certaines ont fait de remarquables efforts pour l’accueil, les collections, les rendez-vous culturels adaptés, ainsi que pour la reconnaissance de la langue des signes. Les publics concernés répondent très favorablement, montrant ainsi qu’ils n’attendent qu’un « signe » de la part des bibliothécaires.