La création de l’Heure Joyeuse et la généralisation d’une belle utopie

Dès sa création au lendemain de la Première Guerre mondiale, l’Heure Joyeuse a été vécue comme une expérimentation sans précédent, fondatrice des bibliothèques françaises pour la jeunesse. Eugène Morel dans son discours d’inauguration ainsi que les promoteurs de la bibliothèque « moderne » – Ernest Coyecque, Charles Schmidt, Henri Lemaître, Julien Cain, Paul Hazard – apportèrent un soutien indéfectible au développement des bibliothèques pour la jeunesse. Les premières bibliothécaires de l’Heure Joyeuse, Claire Huchet, Marguerite Gruny et Mathilde Leriche, s’exprimeront aussi abondamment dans les revues professionnelles pour préciser les objectifs et méthodes mis en œuvre et susciter l’intérêt pour cette institution d’un type nouveau.