En ligne, en rangs, en joue ?

Quelqu'un, quelque part, a intérêt - un intérêt vital pour lui et mortifère pour vous - à ce que vous délaissiez les livres, les dictionnaires et les encyclopédies, au profit des machines et des machins, des uniformes et des conformismes. Est-ce que la lecture était une tâche ingrate ? Difficile ? Répétitive ? Quand on me dit « lecture numérique », j'ai le réflexe de penser : nous ne sommes pas des numéros, ni eux ni moi, les auteurs, ni nous, les lecteurs. À qui ces outils donneront-ils le goût et le loisir de lire, qui ne l'auraient pas eus sans eux ?