Les archives de cinéma et d’audiovisuel et les bibliothèques

Les cinémathèques et les archives, constituées par des cinéphiles, ont privilégié le cinéma comme œuvre d’art, essentiellement de fiction, alors que les bibliothèques ont d’abord constitué un fonds documentaire. Les techniques de conservation et de restauration développées à partir du milieu des années 1970 ont rapidement profité au marché privé, qui a progressivement multiplié les canaux de diffusion. Ne pouvant – plus – prétendre couvrir l’ensemble du cinéma et de l’audiovisuel, les cinémathèques, archives et bibliothèques doivent à présent définir leur objet propre et leur politique d’acquisition, ainsi que des procédures de travail et des compétences permettant d’accompagner une offre identifiée, centrée sur un travail de contextualisation des œuvres.