Savoirs, techniques et pouvoirs

Malgré le renouveau des études sur l'histoire des bibliothèques françaises, le passé des bibliothèques universitaires, surtout de celles de province, demeure mal connu et n'a que rarement été appréhendé dans toute sa durée. La thèse de doctorat, dont quelques conclusions sont présentées dans cet article, a porté sur la période 1855-1985 et sur la question particulière de la concentration ou de la déconcentration des collections et des services. Cette étude a fait apparaître plusieurs traits structurels des bibliothèques universitaires françaises de province : leur caractère souvent ressenti comme extérieur par rapport aux autres institutions universitaires, leur relation assez distante avec les savoirs spécialisés cultivés dans les universités, et l'existence ancienne, à côté des bibliothèques « officielles », de bibliothèques spécialisées contrôlées directement par les enseignants et les chercheurs. Ces caractéristiques, largement dues à l'histoire des origines des bibliothèques universitaires françaises, sont encore perceptibles dans la réalité actuelle des services communs de la documentation.