L’œuvre d’art à l’époque de sa reproduction numérisée

La numérisation parachève la reproductibilité qui caractérisait déjà les techniques mécaniques et analogiques. A l'aide des réflexions esthétiques de Walter Benjamin sur ce sujet, nous montrons que la numérisation bouleverse nos rapports entre sensible et intelligible, et notre relation au temps et à l'archive. Ces documents sont « oeuvres » en un sens nouveau, dans la mesure où les conditions de réception collective, mais aussi la figure politique de l'auteur, se transforment. Une situation complexe s'ouvre, faite de possibilités de création nouvelles, de subversion de la culture traditionnelle et de nouvelles formes de valorisation éditoriale.