Le CD-Rom du Quartier latin

Les bibliothèques Cujas, Sainte-Geneviève et la Sorbonne avaient choisi de travailler sur trois sources bibliographiques différentes : OCLC, BN OPALE, SIBIL. Elles décidèrent cependant de constituer un catalogue collectif pour fournir à leurs lecteurs un OPAC commun. L'OPAC devait donc accepter des formats différents, ne pas coûter trop cher et offrir des possibilités de recherche sophistiquées tout en restant convivial. Après un appel d'offres qui apporta 23 réponses, le CD-ROM fut la solution retenue, en raison de ses fonctionnalités, de sa sécurité et de sa convivialité. L'article expose les contraintes initiales, la démarche suivie et justifie le choix.