Publier et/ou périr ?

Le stockage et la fourniture électroniques d'articles auront des conséquences non seulement sur les bibliothèques et leurs usagers mais aussi sur les éditeurs qui travaillent surtout avec elles. En particulier la possibilité, pour les bibliothèques, d'acquérir des articles isolés sans prendre d'abonnements complets pourrait ruiner le marché de l'édition conventionnelle; elle pourrait aussi favoriser l'utilisation de critères commerciaux dans le choix des articles publiés au détriment des critères de qualité : on aboutirait ainsi à un système centré sur les utilisateurs et non plus sur les auteurs. L'importance des investissements requis par l'électronique peut provoquer l'investissement de l'édition traditionnelle par les groupements plus importants poursuivant uniquement des visées commerciales. Les banques d'accès aux textes édités sur électronique peuvent occuper une position de force. Les publications écartées du système " commercial " pourraient trouver place dans un dépôt de secours peut-être aux frais des auteurs. Ainsi coexisteraient le " système du riche " pour la documentation très utilisée (dont une partie serait constituée d'articles de périodiques) et le " système du pauvre " accueillant les restes de la littérature de recherche.