La Nouvelle culture ou le livre en question

Les moyens audio-visuels et plus récemment la télématique semblent menacer le livre et devoir lui enlever la place prééminente qu'il occupait jusqu'à présent dans notre civilisation. En réalité il n'y a aucun signe d'une désaffection quelconque du public vis-à-vis du livre, bien au contraire. En revanche, en rançon de ses succès mêmes, le livre jadis rare et précieux, s'est banalisé et dévalorisé. D'autre part, le discours écrit, mis en question par la pensée moderne et les sciences anthropologiques, n'a peut-être plus le poids et le prestige qui naguère encore lui revenaient. Mais c'est à l'intérieur même d'une civilisation de l'écrit et du livre que cette problématique s'est posée et développée. Une étude plus précise de la « fonction livre permet de se rendre compte que le livre a conservé et conservera encore longtemps ses deux fonctions essentielles : la fonction de grande synthèse et la fonction monumentale