entête
entête

Rapport IGB : l'action territoriale de la Bibliothèque nationale de France

La lettre de mission adressée par la Ministre de la Culture et de la Communication à l’Inspection générale des bibliothèques pour l’année 2013 comprenait une étude sur l’action territoriale de la Bibliothèque nationale de France (BnF) avec l’ensemble des bibliothèques de France.

Lancée au début de l’année 2014, cette étude montre notamment que la BnF, « plus grande bibliothèque de recherche de France par ses collections, son public, ses experts et les programmes scientifiques qu’elle mène », occupe « dans le paysage trop éclaté des bibliothèques françaises, et sans tutelle unique, une place majeure et inégalée ». De par « sa taille, sa modernité, le niveau de qualité et d’expertise qu’elle a désormais acquis », la BnF est l’établissement phare de l’ensemble de ce paysage.

« Extrêmement structurante pour le réseau des bibliothèques françaises et pour son évolution », la BnF possède de réelles capacités à « irriguer l’ensemble des bibliothèques et à leur donner les moyens d’un rayonnement plus grand en matière d’action culturelle, d’information et de recherche », comme le prouve « la satisfaction de l’ensemble des organismes qui bénéficient de son action ». Le rapport souligne également qu’il « est important que la BnF accroisse la visibilité et la lisibilité de son action territoriale, distinguant ce qui est du partenariat de ce qui est du service rendu ». L’action territoriale devra donc « être considérée dans son ensemble, grâce à un pilotage placé au plus haut niveau de l’établissement ».

Enfin, il est indispensable que « la BnF soit associée au pilotage des programmes des institutions documentaires liées à l’Education nationale, comme à l’Enseignement supérieur et à la Recherche. Elle doit aussi renouer une collaboration forte avec la Bibliothèque publique d’information ».

L’IGB propose également plusieurs recommandations au sein de ce rapport :

  • « Il est indispensable que l’action de cet établissement continue de rayonner dans l’ensemble de la France et ne se replie pas sur les activités culturelles ou de recherche dont profite avant tout un public parisien ou francilien. En outre, le patrimoine qu’elle conserve ne saurait se suffire (…) sans l’ensemble des bibliothèques françaises, métropolitaines ou ultramarines, et de leur public. Mais il importe toutefois de veiller à accroître la visibilité et la lisibilité de l’action territoriale de l’établissement.
  • Le recueil de statistiques et d’indicateurs, dans tous les domaines de l’action territoriale, est à développer.
  • La BnF doit mieux affirmer sa position et ses exigences dans les sites extérieurs dans lesquels elle est partenaire, en particulier à Avignon et à Moulins.
  • Il est nécessaire que la BnF renforce ses relations avec d’autres institutions, en passant des conventions stratégiques.
  • L’une des conditions pour relever tous ces défis est de faire de l’action territoriale une mission transversale de l’établissement, placée au plus haut niveau et susceptible d’en faire un vrai enjeu partagé au sein de la BnF ».

 

Ajouter un commentaire