entête
entête

Microportrait #7 – 2EIF-SIB 2017

Deux étudiantes de l’Enssib sont allées à la rencontre des participants à la 4e édition de l’école d’été internationale francophone en sciences de l’information et des bibliothèques (2eif-sib) à Montréal.

Cynthia

 

Je suis à la fois étudiante en sciences de l'information et réviseure linguistique et correctrice d'épreuves à la pige (freelance) pour des maisons d'édition littéraires et scolaires. Depuis près d'un an, je suis aussi préposée aux prêts surnuméraires dans une bibliothèque publique. Depuis mes études de premier et deuxième cycle en littérature de langue française (j'ai un master), j'ai touché à mille métiers liés à la langue française et à la littérature (enseignante au cégep -scolarité donnant accès à l'université-, journaliste, rédactrice web et publicitaire, auteure). Je me suis dirigée vers les sciences de l'information parce qu'elles me semblaient combiner mes différents acquis et expériences professionnelles.

Qu'est-ce que pour vous signifie être bibliothécaire aujourd'hui ?
Je vois la profession de bibliothécaire comme au carrefour de l'information (sous toutes ses formes) et des publics. Selon moi, le bibliothécaire est celui qui, grâce à ses diverses interventions (référence, médiation culturelle, liaison entre organismes, prêts, etc.) facilite l'apprentissage et la rencontre des individus avec les savoirs. 

Comment voyez-vous la place du numérique en bibliothèque ? 
Le numérique doit être intégré aux services de la bibliothèque sans nécessairement devenir prépondérant, ou sans remplacer la sacro-sainte place qu'y occupent toujours les livres (sans doute à tort). La bibliothèque, à mon avis, doit continuer à tendre vers le multifonctionnel et le service public.

Quelle est votre ambition pour la bibliothèque de demain ?
Je souhaite que la bibliothèque de demain représente un véritable espace citoyen où chacun se sente le bienvenu quel que soit son âge, son revenu, sa culture, ses croyances ou autre critère d'exclusion possible, que la bibliothèque soit synonyme de mixité. J'aimerais qu'elle soit le lieu d'appartenance et de cohésion sociale des villages, villes, quartiers, arrondissements, etc.

Pourquoi avez-vous choisi de suivre cette école d'été ?
J'avais envie d'avoir des pistes de réflexion et d'inspiration sur la façon de rendre les bibliothèques plus attrayantes. C'est le sujet du cours avant tout qui m'a incitée à m'inscrire à l'école d'été. 


 

Ajouter un commentaire