entête
entête

« La cuisine des bibliothèques »

Revue Papilles, n° 49

Papilles n° 49, mai 2018, 112 p.
ISBN 978-2-912559-11-1 : 20 €

par André-Pierre Syren

Cela fait 26 ans que cela dure… L’association Bibliothèques gourmandes lancée à Roanne sous le parrainage de Jean Gattégno publie un nouveau numéro de sa revue Papilles, le 49e, déjà !

Ce presque millésime, coordonné par Monique Calinon, conservatrice à la Bibliothèque nationale de France (BnF) constitue une sorte de balise des enjeux initiaux de l’association. Deux articles retracent l’investissement des bibliothèques dans le domaine : Sophie Danis relit le mémoire de DEA qu’elle a soutenu en 2000, intitulé La cuisine des bibliothèques, éponyme de cette livraison, et constate, « de Jack Lang à Top chef », combien la gastronomie s’est considérablement implantée dans le champ du culturel où sa légitimité n’était pas initialement acquise. Une place grandissante dans la société, mais aussi dans les collections des bibliothèques. Nombreuses sont celles qui désormais, non seulement utilisent la cuisine comme outil de médiation, mais encore affichent des fonds spécialisés sur le sujet. À la suite de son mémoire de DCB soutenu en 2017, Anne-Sophie Lambert en dresse un rapide inventaire qui réunit aussi bien les fonds les mieux déclarés, comme celui de la BM de Dijon, et les lieux les plus emblématiques, comme la fameuse « médiathèque-estaminet » de Grenay (Pas-de-Calais).

Trois contributions issues de la BnF marquent, sans le dire, l’aboutissement de l’un des projets fondateurs de l’association : par la recherche cumulée du Catalogue collectif de France, ses parcours thématiques et, plus encore, grâce à Gallica, la BnF permet à tout un chacun d’accéder à la Bibliothèque culinaire de la France qu’appelaient de leurs vœux Bruno Laurioux, Philip et Mary Hyman dès le deuxième numéro de la revue. Certes, en 1993, celle-ci était envisagée sous forme de microfilms…

Sur des pensers anciens faisant des vers nouveaux, l’actuelle brigade aux fourneaux de l’association et de la revue aborde des territoires élargis. À l’analyse iconographique de l’immense tableau Les Halles, de Léon Augustin Lhermitte (1895) par Catherine Khodorowsky, répond la photo officielle du Festival international de photographie culinaire 2017, par Marc Combier. À la présentation du « Vrai saucisson de Lyon » (Johannes Dumourier), fait écho l’éloge de la purée Mousline® (Bénédicte Cartelier). La création n’est pas en reste avec le « Déjeuner des rêves » inspiré à Bénédict Beaugé, plume ancienne de ces colonnes, par une peinture de Claude-Joseph Vernet.

Les deux articles les plus consistants et les plus novateurs concernent la technique et la sociologie, soit la gastronomie tout entière ! René Le Joncour présente les ressorts technologiques et marketing d’une innovation majeure de la pratique culinaire du XXe siècle : la cuisson aux ondes, des basses aux ultra-hautes fréquences. Pour sa part Danyu Liu s’intéresse aux processus d’adaptation des « Pratiques alimentaires des étudiants chinois en France », où l’on constate à nouveau que la confrontation aux mets et aux mœurs d’autrui permet d’affirmer ses pratiques, puis de les métisser…

Bref, un numéro enlevé, digeste et varié, que vous pouvez commander au prix de 20 €, directement sur le site de l’association. Une carte renouvelée qui comblera les gourmands bibliophiles et promet, on l’espère en tout cas, de nouvelles longues années et des dizaines de livraisons futures…