entête
entête

Un espace d’apprentissage de l’anatomie en BU Santé : l’espace Vesalius

Anna Matras-Ban

Projet de service de la nouvelle BU Santé de Saint-Etienne

Contexte

Implantée au sein du Campus Santé Innovations sur le site de l'hôpital Nord de Saint-Etienne, la nouvelle BU Santé de l’Université Jean Monnet a été inaugurée le 26 juin 2015. Avec la Faculté de médecine Jacques Lisfranc, le Campus Santé Innovation rassemble plusieurs structures de formation et de recherche autour de la santé, la prévention et l’innovation médicale favorisant ainsi les collaborations pédagogiques, scientifiques et industrielles entre médecins, ingénieurs, entreprises et étudiants. Installée dans le bâtiment de la Faculté de médecine, la BU est ainsi positionnée de manière idéale dans un environnement particulièrement riche.

Une bibliothèque « transférée » ou une nouvelle bibliothèque ?

Bien plus qu’un transfert d’équipement, la nouvelle BU Santé a été conçue pour être un lieu qui tient compte, dans ses espaces et son offre de services, de l’évolution des études, de la documentation médicale et des pratiques très diversifiées de la filière médecine. Sa réalisation a été portée par une équipe de neuf agents très investie dans ce projet et dans les nombreux chantiers réalisés en amont du déménagement.

De fait, pour répondre à la préoccupation constante des étudiants de médecine de trouver toujours plus de places en BU, un travail collectif très approfondi a été mené sur l’implantation du mobilier. Parallèlement, les collections imprimées en libre-accès et en magasin ont été fortement réduites. La majorité des abonnements a basculé en version online.  La BU a ainsi pu optimiser son nombre de places assises, proposant à ses usagers 450 places de travail pour un espace public de près de 1800 m2 (mobilier de détente non inclus). Parallèlement, prenant acte de l’appréhension des étudiants de voir les premières années (PACES) investir massivement la  nouvelle bibliothèque, il a été décidé dès le départ de répartir les collections dans des salles de travail spécifiques en fonction de leur niveau d’études. Un espace PACES + et un espace ECN, tous deux identifiés comme zones silencieuses, ont ainsi été créés et aussitôt très appréciés des étudiants. Par ailleurs, afin de prendre en compte les multiples usages de travail, 8 carrels individuels et 4 salles de travail en groupe ont été aménagés.  

Les services liés au confort des étudiants qui utilisent la BU pendant de longues heures ont été également privilégiés : création d’un espace détente à l’entrée de la bibliothèque avec des distributeurs de snacking, de boissons et d’eau réfrigérée ; installation de casiers de rangement en libre-accès ; mise à disposition de Fatboy pour la sieste ou le travail en posture allongée, et d’une collections de documents orientés vers les loisirs (films de cinéma en DVD, bandes-dessinées, romans graphiques, revues de détente).

Une offre de services pour concourir à la réussite des étudiants

L’ensemble des services proposés dans ce nouvel équipement répond à une volonté forte du SCD de l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne, d’inscrire la bibliothèque comme un acteur clé de la réussite étudiante. Parmi ces services, deux y répondent de manière plus ambitieuse que les autres.

Le premier est le Point info-doc qui est un espace de formation individualisée dans le domaine des sciences de la santé. Il vise à accompagner plus spécifiquement les étudiants de médecine externes et internes dans la réalisation de leurs bibliographies, thèses ou mémoires.

Les deux bibliothécaires qui gèrent le Point Info-Doc forment plus particulièrement ces étudiants à l’utilisation des bases de données médicales, des ressources documentaires de l’Université et du logiciel de gestion des références bibliographiques Zotero. Le modèle des rendez-vous d’aide à la recherche documentaire est désormais un « classique » en BU. Il fonctionnait déjà dans l’ancienne bibliothèque et avait démontré son utilité. Il s’agissait de lui réserver un espace dédié plus accueillant, d’organiser son fonctionnement dans les nouveaux locaux, et d’en assurer une meilleure visibilité à travers une communication dynamique.

Deuxième service mis en place à l’ouverture de la BU Santé, l’espace Vesalius se révèle beaucoup plus innovant. Dénommé ainsi en référence à l’anatomiste et médecin André Vésale (1514-1564), ce lieu est entièrement réservé à l’apprentissage de l’anatomie. Il a pour objectif de fournir un solide appui pédagogique aux étudiants en complément des enseignements de la Faculté Jacques Lisfranc.

Enjeux d’un espace consacré à l’anatomie

De fait, si le modèle du Learning Center n’a pas pu être retenu pour ce projet de construction dont les prémisses datent du début des années 2000, l’ambition d’inscrire de manière dynamique la documentation dans les processus d’apprentissage des étudiants en lien avec les enseignements n’en était pas moins un objectif prioritaire. En quoi, la création d’un espace anatomie au sein de la BU Santé pouvait-il y répondre ?

En tant que base indispensable à la bonne compréhension des différentes spécialités médicales, l’étude de l’anatomie du corps humain demeure une étape incontournable de la formation médicale. Mais chaque année, de nombreux étudiants rencontrent des difficultés en l’abordant. Michel Dufour, enseignant en anatomie et en technologie kinésithérapique y voit plusieurs explications (1). La masse de connaissances à acquérir en PACES est  vertigineuse et représente de très nombreuses heures de travail pour les assimiler (60 à 70% du travail personnel selon une enquête). Par ailleurs, n’ayant pas été abordée dans le secondaire, cette matière nouvelle repose sur un enseignement concret, qui peut déstabiliser des étudiants. Actuellement, les cours de  PACES à l’Université Jean Monnet se déroulent sous la forme d’un cours magistral (44h). Les étudiants devront attendre la 3ème année avant d’être confrontés à la réalité anatomique, en participant à des travaux pratiques de dissection. Rares sont encore les étudiants de médecine comme par exemple ceux de l’Université de Besançon qui peuvent bénéficier des services d’un laboratoire d’anatomie dès la première année à l’internat (2).

Naissance du projet : l’Espace Vesalius

En adoptant une démarche de benchmarking, force a été de constater qu’un grand nombre de bibliothèques et de centres de ressources du monde anglo-saxon mettaient déjà à disposition des modèles anatomiques, voire des espaces dédiés à l’anatomie comme le learning center de l’Université de Logan (3) (Utah, États-Unis). En France, les expériences étaient très limitées. On peut noter l’exemple de la BU de Clermont-Ferrand qui offre une collection de modèles anatomiques empruntables. En 2011, la lecture du mémoire DCB-Enssib (4) de Raphaële Moatti a révélé le projet du SCD d’Angers visant à : «proposer un espace d’apprentissage interactif de l’anatomie : on y trouverait réunis des ouvrages d’anatomie, le squelette Stan49 et différents types d’os. Les étudiants pourraient aimanter posters, photographies et documentation à un mur. Les lecteurs interrogés semblaient très réceptifs à ce projet, qui correspond à un besoin réel. On sait en effet que travailler sur des os et un squelette est important pour les étudiants de première année qui apprécient beaucoup de pouvoir en trouver en BU. »

Le projet d’expérimenter dans la nouvelle BU Santé un espace consacré spécifiquement à l’anatomie est né à la suite de cette étude comparative. Le public cible identifié en priorité a été celui des étudiants de PACES pour lesquels les besoins d’accompagnement dans cette discipline sont, comme on l’a vu, particulièrement importants. L’objectif principal a donc été de leur fournir, au sein d’un lieu qui privilégie les échanges en groupe, les outils nécessaires pour améliorer leurs chances de réussite au concours. Il a semblé aussi important de cibler en second lieu les kinésithérapeutes, les élèves-infirmiers et les ostéopathes pour leur permettre de compléter et d’approfondir leur apprentissage. Compte-tenu de  la richesse de cette matière, et du degré de détails à intégrer dans des délais très courts, un grand nombre d’étudiants sont dans une démarche d’ «apprentissage par cœur » et non dans la compréhension. Ils oublient donc très rapidement des éléments qu’ils n’ont pas compris.

Texte alternatif pour l'image
Photo : Johan MEALLIER

La décision a donc été prise de proposer dans cet espace des outils facilitant la mémorisation pour une meilleure compréhension des liens logiques entre les différentes notions : sélection de logiciels spécifiques en 3D, affichage de planches anatomiques, mise à disposition d’un tableau blanc pour dessiner des schémas. L’offre d’une sélection de modèles anatomiques et d’un squelette STAN s’est par ailleurs imposée pour permettre l’apprentissage à la fois par la vue et le toucher. La présence d’un vidéoprojecteur et d’un ordinateur portable empruntable sur place permet de travailler à plusieurs. Elle donne aussi les moyens aux tuteurs en anatomie de préparer leurs séances de travail. Enfin, des livres de référence en consultation sur place, viennent compléter les collections déjà présentes dans l’espace PACES+.

En 2012, ce projet a été validé dans le cadre d’une commission pédagogique de la Faculté de médecine. Il a  recueilli un avis enthousiaste du Doyen, des enseignants et des étudiants élus. Néanmoins, la collaboration avec les enseignants en anatomie qui devait suivre pour sélectionner les ressources en 3D et les modèles anatomiques n’a pas obtenu les résultats escomptés. En l’absence de leur avis, les bibliothécaires en charge du projet et la responsable de l’organisation des services aux usagers ont organisé début 2015 un focus groupe réunissant des étudiants de la PACES à l’internat. Des échanges constructifs ont permis de sélectionner les planches et modèles à acquérir en priorité pour le démarrage du service, (vertèbres, hanche, crâne, cœur, coude, oreille, genou, œil et épaule).

La période de 2014 à 2015 a été consacrée à la longue mais nécessaire instruction de l’organisation de l’Espace Vesalius. L’enjeu était de rendre accessible cet espace au plus grand nombre d’étudiants tout en garantissant un cadre de contrôle sur les matériels qui soit gérable au quotidien par le personnel. Dès les premiers mois de fonctionnement, il a été évident qu’une évaluation serait nécessaire pour ajuster la trame de l’organisation initiale.

Texte alternatif pour l'image
Photo : Johan MEALLIER

Fonctionnement de l’Espace Vesalius

Le fonctionnement du lieu a été fixé dans un règlement d’usage qui est affiché dès son entrée. Il est réservable uniquement par les lecteurs inscrits à la BU selon trois créneaux horaires. Deux réservations maximum par semaine et par groupe sont autorisées pour favoriser un roulement optimal des étudiants. Avec une capacité de huit places, l’espace Vesalius nécessite, pour être réservé, un minimum de 3 inscrits qui doivent déposer leur carte à l’accueil. Les inscriptions se font actuellement à l’accueil de la BU ou par téléphone. Une solution de gestion informatisée des réservations est à l’étude. A leur arrivée, les étudiants se voient remettre la clé et le matériel dont ils ont besoin (brosse, feutres, câble HDMI …) et le personnel de permanence à l’accueil ouvre les vitrines qui contiennent les modèles anatomiques. Les étudiants effectuent un état des lieux d’entrée sur les modèles. L’état des lieux de sortie est effectué par  le personnel. Un questionnaire est remis aux étudiants à la fin de la séance de travail. Il a pour objectif de mesurer leur degré de satisfaction, et de consigner leurs remarques et attentes. L’état des réservations est affiché à l’entrée de la salle.  Il est à noter que lorsque la salle n’est pas réservée, les étudiants peuvent l’utiliser librement car la pression sur les places de travail est forte.

Pour en assurer le bon fonctionnement, les deux bibliothécaires en charge de ce service ont rédigé une procédure disponible pour le personnel à l’accueil. En outre, ils ont établi un récapitulatif des consignes à respecter.

Valorisation du service

Fin août 2015, à l’ouverture de la bibliothèque, les agents de la BU Santé ont présenté cet espace aux étudiants PACES dans le cadre des visites organisées chaque année par la Faculté de médecine.

En novembre 2015, l’équipe de la BU Santé et la responsable de la communication du SCD, ont travaillé sur un plan de communication ciblé en direction des étudiants. Ce dernier a intégré également la promotion de l’atlas d’anatomie en 3D : Visible Body de l’éditeur Ovid récemment acquis.

De novembre 2015 à janvier 2016, les principaux vecteurs de communication ont été les écrans de diffusion de la BU et de la Faculté, le blog des BU (5) et les réseaux sociaux (Twitter, Facebook). Une rubrique spécifique à l’Espace Vesalius a été créée sur le site web. Des mailings ont été envoyés aux étudiants de PACES par l’intermédiaire de la scolarité 1er cycle.

Des réunions avec les tuteurs en anatomie ont été organisées à la BU afin de présenter l’espace à ces étudiants et leur offrir la possibilité de l’utiliser pour organiser leur séance de travail.

En dernier lieu, un logo a été créé par un bibliothécaire de l’équipe pour favoriser l’identification de ce service dans les documents de communication et dans les locaux.

Bilan intermédiaire

Après neuf mois de fonctionnement, il est encore difficile de tirer un bilan complet de l’utilisation de ce nouveau service. Les demandes de réservation n’ont réellement démarré qu’en janvier 2016 lorsque les cours magistraux en anatomie ont débuté. Pour autant, les premières appréciations des étudiants sont positives. Les modèles anatomiques sont en adéquation avec les besoins exprimés. Les créneaux de réservation conviennent. C’est également un service qui a tendance à fidéliser un public. De plus, l’envoi du mailing par la scolarité 1er cycle a suscité de nombreuses réservations.

Cependant, on constate que l’utilisation de cet espace par les étudiants de PACES est circonscrite dans le temps, sur le 1er semestre. L’option de toucher plus largement les étudiants de la filière santé (kinés, ostéopathes, IFSI) s’avère en conséquence une piste pertinente à creuser.

Les étudiants de PACES ayant à gérer un planning de révisions complexe et exigeant, il faut sans doute assouplir les règles de réservation pour répondre aux demandes formulées le jour même. Par ailleurs, l’obligation de constituer un groupe de 3 personnes semble un frein, certains étudiants souhaitant réserver la salle pour 2 personnes.

Dans les mois à venir, il s’avère essentiel de poursuivre le travail d’approche en direction des tuteurs et des enseignants en anatomie pour atteindre l’objectif initial qui est d’intégrer étroitement l’activité de l’espace Vesalius aux enseignements.

Bibliographie

1. Interview - Michel Dufour (Professeur anatomie) - Kine-Web.com [Internet]. [cité 22 mai 2016]. Disponible sur : http://www.kine-web.com/interview-professeur

2. Moulun A-G. Lieu d’enseignement et de recherche. Un laboratoire d’anatomie ouvert à tous les étudiants. Le Quotidien du Médecin. 9 mars 2015. n°9393). p.10.

3. About the Library | Logan University [Internet]. [cité 22 mai 2016]. Disponible sur : http://www.logan.edu/learning-resources-center-lrc

4. MEMOIRE - 49071-les-mutations-des-bibliotheques-universitaires-en-sciences-de-la-sante-l-influence-de-l-evolution-des-etudes-medicales-et-paramedicales.pdf [Internet]. [cité 22 mai 2016]. Disponible sur :http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/49071-les-mutations-des-bibliotheques-universitaires-en-sciences-de-la-sante-l-influence-de-l-evolution-des-etudes-medicales-et-paramedicales.pdf

5. L’anatomie prend du volume [Internet]. [cité 22 mai 2016]. Disponible sur : https://blogbuster.univ-st-etienne.fr/2016/02/11/lanatomie-prend-du-volume/


 

Ajouter un commentaire