entête
entête

Educación y biblioteca

nos 151 à 156

Madrid : Tilde : Asociación Educación y biblioteca, 2006.
ISSN : 0214-7491
Abonnement (6 numéros par an) : 54 € pour l’Espagne, 68 € pour l’étranger

par Laurence Tarin

Cette revue, comme son nom l’indique, s’intéresse aux bibliothèques scolaires, à la littérature de jeunesse et aux bibliothèques de lecture publique mais ne s’interdit pas d’évoquer de temps à autre les bibliothèques universitaires.

Nous retrouvons dans la production de 2006 les rubriques habituelles : notes bibliographiques critiques sur des œuvres de littérature de jeunesse et sur des ouvrages de bibliothéconomie, articles d’actualité et dossiers thématiques.

Le ton de la revue est toujours très libre et les formes prises par les articles variées : l’introduction à l’un des dossiers se présente comme un lexique reprenant de A à Z tous les termes à connaître pour appréhender le thème traité (en l’occurrence l’Information Literacy). L’interview d’un illustrateur, exercice banal pour les rédacteurs de ce périodique, se renouvelle en se réalisant à travers un échange de mails. Cela a permis un dialogue, sur une durée d’une semaine, avec l’auteur-illustrateur Javier Sáez Castán dont l’œuvre originale est déjà considérée comme un classique de la littérature de jeunesse espagnole.

Une nouvelle rubrique

Une nouvelle rubrique, correspondant à une initiative récente de la revue, est apparue. Educación y biblioteca organise désormais des débats autour d’un ouvrage intéressant la profession. Des comptes rendus de ces débats sont ensuite publiés ; une façon de prolonger et d’enrichir les traditionnelles recensions. Les deux premiers livres qui ont ainsi nourri la réflexion de nos collègues espagnols interrogent, chacun à sa manière, le rôle du bibliothécaire dans la société 1.

Ce sujet semble concerner particulièrement les membres d’Educación y biblioteca dont les engagements transparaissent clairement dans la revue. Nous sommes ainsi régulièrement informés de l’évolution de la question du droit de prêt contre lequel la revue s’est mobilisée et qui fait à nouveau l’objet d’un dossier en 2006. Malgré les efforts des bibliothécaires espagnols et les nombreuses motions de différents groupes politiques s’exprimant dans le cadre de parlements locaux (du parti populaire à la gauche unie) 2 l’Espagne a été condamnée par les instances judiciaires de l’Union européenne pour son interprétation trop large de la possibilité d’exemption.

Mémoire et engagement

Educación y biblioteca poursuit d’autre part son travail de réhabilitation de la mémoire des bibliothécaires engagés auprès du gouvernement républicain pendant la guerre civile (1936-1939). Une exposition intitulée « Bibliothèque en guerre », qui s’est déroulée à la Bibliothèque nationale espagnole, est présentée dans le no 151. Les commissaires de cette exposition, qui avaient pour objectif de « mettre en lumière le travail et les efforts des bibliothécaires pour maintenir l’esprit de rapprochement de la culture qu’inspira la seconde République », n’étaient autres que Blanca Calvo et Ramón Salaberria, deux proches collaborateurs de la revue.

Autre manifestation de l’engagement de ses promoteurs, la revue a consacré en 2006 un dossier thématique à « la diversité sexuelle dans les bibliothèques ». Ce sujet déjà traité en 1997 leur avait valu de nombreuses critiques. La situation a bien évolué 3 depuis mais il leur a semblé utile de revenir sur cette question pour réaffirmer que « la bibliothèque doit représenter la diversité de la société et éduquer à la tolérance dans tous les domaines, envers toutes les communautés ».

Alfabetización informacional

Par ailleurs, nous avons remarqué que la production de 2006 fait une place importante à l’alfabetización informacional ou Alfin. L’alphabétisation informationnelle, transposition en castillan de l’expression américaine Information Literacy se traduit en français, pas très explicitement non plus, par « maîtrise de l’information » ou « éducation à l’information » selon le contexte. Un dossier complet lui est consacré dans le dernier numéro de l’année et différents articles parus dans les publications précédentes y font référence comme, par exemple, le compte rendu, dans le no 153, d’un séminaire professionnel intitulé « L’alphabétisation informationnelle, bibliothèque, apprentissage et citoyenneté ». Le dossier du no 156 traite essentiellement de la formation des usagers sous ses différentes formes, de la plus simple (les visites guidées) aux plus complexes (élaboration de didactiels en ligne et possibilités offertes par le web 2 dans ce domaine). Des expériences réalisées dans différents types de bibliothèques, scolaires et universitaires mais aussi publiques, parfois dans le cadre de projets européens, sont analysées. Notre attention a été plus particulièrement retenue par le cas de la bibliothèque de l’université polytechnique de Catalogne qui a choisi de spécialiser des bibliothécaires dans les différentes disciplines scientifiques et techniques enseignées dans cette université. Il a ensuite été confié à ces bibliothécaires spécialisés la responsabilité de tout un secteur documentaire, de la sélection des documents et des ressources jusqu’à la formation des usagers en passant par l’organisation de services tels que celui de diffusion sélective d’informations. La création par la bibliothèque publique de Torras i Bages de Vilafranca (province de Barcelone) d’un atelier de préparation à des concours présente aussi un grand intérêt. Cela consiste à proposer aux usagers de la bibliothèque souhaitant candidater à des concours une méthodologie pour la recherche d’information et pour le travail personnel. Beaucoup d’autres initiatives dignes d’intérêt telles que la formation de personnes âgées aux technologies de l’information et de la communication sont évoquées dans ce numéro.

La revue fourmille d’informations et de textes plus stimulants les uns que les autres et il est difficile de tous les citer dans un compte rendu annuel. Toutefois, pour ne pas donner l’impression qu’Educación y biblioteca délaisserait la littérature de jeunesse – ce qui n’est pas du tout le cas –, mentionnons un dossier passionnant sur les petites maisons d’édition de littérature de jeunesse. Il y est en particulier demandé à plusieurs éditeurs, latino-américains et espagnols, comme Barbara Fiore (Mexique), Ekaré (Venezuela), Iamiqué (Argentine), Media vaca (Valence) ou Valdemar (Madrid) de raconter l’histoire de la publication de leur premier livre.

  1.  (retour)↑  Il s’agit des deux ouvrages suivants : Paz Fernandez, Bibliotecas y personas, Gijón, Trea, 2005 et Pedro López, Javier Gimeno, Información, conocimiento y bibliotecas en el marco de la globalización neoliberal, Gijón, Trea, 2005.
  2.  (retour)↑  Partido popular à droite, Izquierda unida à gauche du parti socialiste.
  3.  (retour)↑  Rappelons que le mariage homosexuel a été autorisé par le gouvernement Zapatero.