entête
entête

Offre de progiciels pour les bibliothèques

Analyse des évolutions et présentation des nouveautés

François Joanny

Le 15 juin dernier, Tosca Consultants 1 a convié les professionnels à suivre un séminaire d’une demi-journée consacrée à l’analyse des évolutions et à la présentation des nouveautés en matière d’offre progicielle pour les bibliothèques. Une cinquantaine de personnes se sont retrouvées à la Maison de la Savoie pour écouter les consultants présenter le fruit de leurs études récentes qui ont donné lieu par ailleurs à des publications dans la presse professionnelle au cours du premier semestre 2006.

Les évolutions de l’offre

Marc Maisonneuve a d’abord présenté l’histoire récente de l’offre progicielle et les grandes dates qui ont marqué les évolutions technologiques en la matière : 1978, apparition des premiers systèmes intégrés de gestion de bibliothèque (SIGB) ; fin des années 1980, première version de la norme Z39.50, apparition du web et des premiers cédéroms ; fin des années 1990, apparition des portails documentaires, des résolveurs de liens, du protocole OAI-PMH 2

Le marché français et international, les nouveaux produits, ceux qui disparaissent, les achats, fusions, acquisitions ont ensuite été rapidement passés en revue. L’accent a été mis sur les forts mouvements qui agitent le marché malgré un chiffre d’affaires qui ne progresse que très légèrement depuis plusieurs années.

L’exposé a fourni ensuite quelques clés pour mieux comprendre les évolutions de l’offre. Une présentation de la nomenclature des progiciels a permis de débrouiller les fonctionnalités que recouvrent les notions de « portail » – qui est tantôt un véritable portail documentaire, tantôt un simple guichet d’entrée vers un site d’informations –, « système de gestion des ressources électroniques » ou encore « electronic resources manager » et de préciser où en était l’évolution de la norme Z39.50 (ZiNG).

Les tendances

Une synthèse des progiciels en présence sur les trois grands marchés que représentent les bibliothèques universitaires, les bibliothèques municipales et les bibliothèques départementales de prêt a ensuite été proposée avant de consacrer un moment aux nouveautés annoncées par les fournisseurs en 2006, dont les projets ont parfois été bousculés par l’irruption des logiciels libres.

Citons dans ces tendances :

  • la personnalisation et la customisation de l’Opac web ;
  • la génération de listes structurées portant sur les nouvelles acquisitions ;
  • les modules de gestion d’entrepôts OAI ;
  • la génération de fils RSS ;
  • de nombreuses fonctionnalités proposées aux usagers distants (pré-inscription, paiement des amendes, personnalisation de l’Opac, le tout en ligne) ;
  • la recherche fédérée, etc.

Ces tendances ont finalement été illustrées par Cécile Touitou qui a présenté quelques réalisations remarquables de portails de bibliothèques publiques américaines 3. Ceux-ci proposent par exemple la recherche fédérée à partir d’un outil de recherche sémantique par « nuage de mots », l’accès à des ressources numériques à consulter ou télécharger à distance et la possibilité pour des groupes d’usagers ciblés d’avoir accès à une information profilée en fonction de leurs âge, centres d’intérêt ou langue dans le contexte d’un fort ancrage local (chaque bibliothèque se spécialise dans l’information sélectionnée en premier lieu pour son intérêt local).

Les participants se sont ensuite interrogés sur l’offre en matière de progiciels full web ou de l’impact du XML dans le monde des bibliothèques. Certains ont envisagé que les Opacs se rapprochent progressivement des sites marchands des grandes librairies en ligne.

Devant le succès du séminaire, Tosca Consultants envisage de le proposer en région auprès des agences de coopération et des associations professionnelles.