entête
entête

La bibliothèque de Chypre

La riche histoire des bibliothèques de Chypre remonte à l’Antiquité, époque où l’une des premières bibliothèques dont l’existence soit attestée sur l’île se trouvait dans la cité de Soli, où elle était administrée par les prêtres d’un temple. À la période byzantine et au Moyen Âge, les bibliothèques étaient rattachées à des églises et des monastères. Pendant les trois siècles d’occupation de Chypre par l’Empire ottoman (1571-1878), les bibliothèques de l’île ont dangereusement périclité, en même temps que de nombreuses œuvres d’art étaient vouées à la destruction et les églises transformées en mosquées.

La première moitié du XIXe siècle marqua toutefois une certaine renaissance, avec la création de la Bibliothèque de l’archevêché et de la Bibliothèque ottomane, fondée par le sultan Mahmut II (1784-1839).

L’actuelle Bibliothèque publique de Chypre a vu le jour en 1927, à l’initiative de Sir Ronald Storrs, gouverneur de l’île qui avait alors le statut de colonie britannique. Jusqu’en 1954, son fonctionnement fut à la charge de la municipalité. La loi sur la Bibliothèque publique de Chypre votée en 1968 en a transféré la tutelle au ministère de l’Éducation, et ses collections ont alors été augmentées de celles conservées dans la bibliothèque de ce ministère. En 1974, la Bibliothèque a été réinstallée dans ses locaux d’origine, au bastion d’Avila, sur les vieux remparts vénitiens de Nicosie.

La mission de la Bibliothèque de Chypre officiellement instituée par une loi de 1987 répond aux objectifs suivants :

– promouvoir les services de la bibliothèque et inciter le grand public à les utiliser ;

– constituer et publier la Bibliographie chypriote, courante et rétrospective ;

– cataloguer les documents conservés à la Bibliothèque de Chypre et dans les autres bibliothèques financées par l’État ;

– orienter et coordonner la programmation, l’organisation et le développement des autres bibliothèques chypriotes ;

– administrer le Centre national chargé de l’enregistrement ISBN et ISSN des livres et des périodiques ;

– gérer le prêt entre bibliothèques chypriotes et le prêt international ;

– créer un catalogue collectif recensant les collections des diverses bibliothèques chypriotes.

Si son statut destine la Bibliothèque de Chypre à jouer un rôle de bibliothèque nationale, son héritage historique spécifique et l’absence de grandes bibliothèques publiques dans la ville de Nicosie l’amènent à remplir également des fonctions de bibliothèque publique, comme le prêt de documents aux lecteurs qui y sont inscrits. Pour les mêmes raisons, le développement des collections a surtout privilégié les sciences humaines, notamment la littérature et les sciences sociales.

La Bibliothèque est directement rattachée au ministère de l’Éducation ; son Comité consultatif dont les membres sont nommés par le gouvernement a une mission de conseil et d’assistance en ce qui concerne le fonctionnement et le développement de l’institution.

La Bibliothèque de Chypre comprend une bibliothèque générale et une bibliothèque pour enfants. La première possède des collections représentant au total plus de 80 000 volumes, avec un fonds important de documents chypriotes ; la seconde rassemble près de 4 000 ouvrages, pour la plupart en grec. Enfin cette institution est aussi une bibliothèque de dépôt des publications de l’ONU.

Illustration
Chypre (1/2)

Illustration
Chypre (2/2)