entête
entête

Une puce pour accéder aux services d'informations électroniques

Françoise Vandooren

A l’ère des ressources électroniques, les bibliothèques ont une fonction essentielle à remplir, calquée sur leur rôle traditionnel d’intermédiaire entre éditeurs et lecteurs : faciliter l’accès de leurs utilisateurs aux services d’informations électroniques tout en offrant aux fournisseurs des garanties de paiement.

Le projet TOLIMAC (Total Library Management Concept, 1996-1998) 1, financé par le 4e programme-cadre « Télématique pour les bibliothèques » de la dg xiii de la Commission des communautés européennes, veut donner aux bibliothèques les moyens de remplir cette fonction à l’aide de cartes à puce. Celles-ci permettent de contrôler l’accès aux services en ligne, offrent un système de paiement automatisé et assurent la sécurité et la confidentialité des transactions sur les réseaux publics.

TOLIMAC vise à intégrer ces fonctionnalités dans un concept de gestion globale des utilisateurs et des services électroniques des bibliothèques. Le système pilote en préparation offrira aux lecteurs des bibliothèques de l’Université libre de Bruxelles et de l’Université De Montfort en Angleterre, la recherche et la fourniture électronique de documents de l’Institut de l’information scientifique et technique (inist, Nancy), sous une interface Web. L’accès et le paiement du service se feront au moyen d’une carte à puce personnelle contenant un portefeuille électronique. Dans l’ensemble, le système aborde les problèmes de contrôle d’accès et de gestion des utilisateurs, de paiement des services et de sécurité sur les réseaux publics.

Un outil de gestion des ressources électroniques

Avec l’introduction des réseaux informatiques dans les bibliothèques, de nombreuses ressources deviennent directement accessibles à partir d’un poste de consultation : catalogues en ligne, y compris ceux d’autres bibliothèques, site Web donnant accès à Internet, services de fourniture de documents, journaux électroniques, banques de données sur cédérom ou en ligne, notes de cours digitalisées, etc. L’accès direct aux informations scientifiques est une mission assurée par les bibliothèques et très appréciée des utilisateurs : facilité d’accès et rapidité de circulation des informations en sont les principaux atouts.

Or les systèmes de gestion actuels dans les bibliothèques ne permettent pas de faire payer de manière automatisée les frais d’utilisation des services électroniques. Tout service payant passe donc nécessairement par l’intermédiaire d’un bibliothécaire. Cette contrainte induit des frais de personnel supplémentaires, ce qui augmente le coût du service. Actuellement, les bibliothèques se trouvent donc confrontées à deux problèmes : d’une part, le contrôle d’accès aux ressources en ligne, et d’autre part, la nécessité d’introduire un médiateur humain pour tout service payant qu’elles souhaitent rendre accessible aux utilisateurs.

Le projet TOLIMAC tente d’apporter une solution à ces problèmes : l’accès aux services de la bibliothèque est contrôlé par le biais d’une carte à puce personnelle, délivrée à l’inscription. Celle-ci contient des informations sur le profil de l’utilisateur (ses droits d’accès, les tarifs à lui appliquer), ainsi qu’un portefeuille électronique qu’il recharge lui-même. L’utilisateur paiera les services à valeur ajoutée, en accès direct sur les postes de consultation, à l’aide du porte-monnaie électronique de sa carte, qui sera débité en faveur de la bibliothèque. Cette dernière aura préalablement contracté un arrangement avec les fournisseurs de services déterminant les conditions d’utilisation (type d’utilisateurs, prix). Dans son rôle d’intermédiaire, et désormais de contrôleur d’accès, la bibliothèque pourra continuer de négocier avec les fournisseurs et les éditeurs des contrats ou des abonnements à des prix compétitifs. Elle pourra aussi appliquer sa propre politique en matière d’accès et de tarifs envers ses utilisateurs, indépendamment de la politique commerciale des fournisseurs.

Pour les fournisseurs d’informations, TOLIMAC représente une passerelle vers la communauté universitaire et même au-delà, vers tous les usagers des bibliothèques. Le fournisseur livre ses informations par Internet directement à l’utilisateur final sans avoir à gérer de multiples comptes individuels prépayés, sans avoir à se lier à un consortium bancaire, ni même à laisser le consommateur prendre le risque de payer par carte de crédit sur les réseaux publics. Par le biais d’un contrat avec une seule institution, ses services deviennent facilement accessibles à un grand nombre d’utilisateurs.

La convivialité pour les utilisateurs

Avec la carte TOLIMAC, l’utilisateur aura accès à un « métaservice » qui, au travers d’une seule interface conviviale, lui permettra de consulter et d’utiliser un ensemble de ressources et de services électroniques gratuits ou payants, tels que opac, cédéroms, banques de données en ligne, centres de fourniture de documents, journaux électroniques, prêt entre bibliothèques, etc. Que la source d’information soit locale ou distante lui est transparent. L’interface Web lui permettra d’envoyer une requête à plusieurs catalogues et banques de données simultanément grâce au protocole Z39.50. Les résultats de sa recherche pourront être saisis et introduits, à sa demande, dans un bon de commande de documents. Celui-ci est transmis via Internet au fournisseur qui lui livre le document sous format électronique par le même biais. Quels que soient le fournisseur et le service payant utilisé, le mode de paiement reste le même : le débit automatique de son portefeuille électronique.

En tant qu’usager de la bibliothèque, l’utilisateur ne paie que les produits qu’il consomme : il n’y a pas d’abonnement à prendre pour accéder au service, pas d’inscription préalable auprès du fournisseur, pas de compte à ouvrir, pas de mot de passe, pas de licence à obtenir. L’accès aux services est contrôlé par la carte à puce qui identifie l’utilisateur. Un écran d’accueil l’informe sur les services qui lui sont disponibles et à quel prix. Ceux-ci sont accessibles de tout poste de consultation connecté au réseau de l’université et équipé d’un lecteur de carte.

La sécurité

Afin de satisfaire les exigences de tous les intervenants en matière de sécurité, TOLIMAC met en œuvre des techniques de cryptologie et d’authentification. La procédure d’authentification de l’utilisateur est facile et simple : il introduit sa carte dans le lecteur de carte et entre son code personnel. Elle lui assure que sa carte ne peut être employée par quelqu’un d’autre et son porte-monnaie débité à son insu. En outre, tous les échanges d’information entre l’utilisateur, sa carte et le système de gestion de TOLIMAC, contrôlé par la bibliothèque, sont cryptés. En effet, ni le réseau interne de l’institution ni les postes de consultation ne sont des moyens de communication sécurisés. Grâce aux algorithmes cryptographiques, les données transmises de part et d’autre sont protégées et la confidentialité assurée.

D’autre part, la communication entre la bibliothèque et le fournisseur de service passe par Internet. Les informations n’y sont pas non plus en sécurité et peuvent être protégées de la même manière. Mais surtout, il est indispensable que les échanges soient signés par chaque partenaire. La signature électronique permet d’authentifier l’expéditeur : ainsi le fournisseur destinataire a la garantie qu’il s’agit d’une requête autorisée et identifie la bibliothèque expéditrice grâce à sa signature. Seules les demandes authentifiées seront traitées. De son côté, la bibliothèque a l’assurance de n’être facturée que pour les usages qu’elle cautionne.

La sécurité des transactions financières du système est également assurée. Le paiement par carte mis en place dans TOLIMAC est un système fermé : l’échange de valeur se produit toujours entre l’utilisateur qui détient la carte et la bibliothèque qui gère le système. Pour « remplir » son portefeuille électronique, l’utilisateur dispose de plusieurs moyens : il peut s’adresser au personnel de la bibliothèque ou utiliser des machines automatiques acceptant pièces et billets. Bien que d’autres cartes à puce ne puissent être utilisées directement dans TOLIMAC pour des raisons de compatibilité de portefeuilles électroniques, le système est ouvert aux autres systèmes de paiement bancaire. L’utilisateur peut en effet recharger la puce TOLIMAC par transfert à partir de son compte bancaire via sa carte de crédit ou via un autre porte-monnaie électronique, comme Proton en Belgique ou Mondex en Angleterre.

TOLIMAC offre donc aux usagers des bibliothèques un accès aisé aux informations sur support électronique, via une interface unique et conviviale leur permettant d’exploiter pleinement les ressources et les services en ligne mis à leur disposition. En tant qu’intermédiaire, la bibliothèque leur assure une politique de prix adaptée et leur fournit un moyen de paiement simple et sûr. La carte à puce permet de contrôler l’accès aux services, offre un mode de paiement automatisé et assure la sécurité et la confidentialité des transactions sur les réseaux publics.

  1.  (retour)↑  http://tolimac.ulb.ac.be