entête
entête

Regards sur les manuscrits d'Autun

VIe-XVIIIe siècles

Catalogue publié à l'occasion de l'exposition « Les manuscrits d'Autun, une redécouverte », Bibliothèque municipale d'Autun, 17 juillet-21 octobre 1995. Autun : Ville d'Autun, 1995. - 150 p. : ill. ; 26 cm. ISBN 2-9509484-0-5. 150 F

par Gilles Éboli

L'exceptionnelle collection de manuscrits médiévaux réunie au cours des siècles à Autun nous vaut aujourd'hui l'édition de ces Regards sur les manuscrits d'Autun. Regards sur, et non pas catalogue des manuscrits conservés à la bibliothèque municipale (à venir) ou catalogue de l'exposition Les manuscrits d'Autun, une redécouverte, c'est là toute l'originalité du projet.

En effet, cet ouvrage n'est qu'un des aspects d'une démarche globale qui a souhaité, dès le départ, associer une enquête scientifique de très haut niveau à la diffusion de ses résultats auprès du large public.

L'« affaire » débute avec la nécessaire édition d'un nouveau catalogue des manuscrits, l'ancien datant de 1849 et étant dû... au funeste Libri. Gageons que les travaux, à paraître « un jour prochain », de l'équipe du CNRS constituée de Claire Maître (Anne Bondéelle-Souchier, Zenon Kaluza, Guy Lanoë, Yolanta Zaluska) et soutenue par Marie-Jo Perrat effaceront à tout jamais ce énième méfait de l'indélicat Guglielmo. Sans plus attendre cependant, la dite équipe a livré une exposition et « le présent volume [qui] s'est donc donné pour mission de souligner dans un langage clair et avec le secours de la photographie, l'intérêt que présente l'étude des manuscrits anciens >>.

Vaste programme pourrait-on craindre, mais mission accomplie. Certes, le parti pris de traiter dans une même mise en page textes, légendes et encadrés peut prêter parfois à confusion ; de même, s'il est bien envisageable de définir en cinq lignes ce qu'est un colophon, l'entreprise s'avère plus périlleuse pour la distinction entre nominalistes et réalistes (en neuf lignes, il est vrai). Cependant, ces menus détails n'entachent pas la réussite de l'ensemble qui repose sur plusieurs atouts. La richesse de la matière est bien mise en valeur par une abondante iconographie (124 illustrations dont 69 quadrichromies), judicieusement choisie et placée ; par ailleurs, le découpage thématique (histoire de la bibliothèque d'Autun, origine et provenance de quelques manuscrits, les plus anciens manuscrits d'Autun, miniatures et initiales, etc.) organise bien les multiples facettes du sujet, sans oublier des aspects méconnus et pourtant passionnants (« traces, marges et annexes : du bon usage des manuscrits »). Surtout, la promesse du « langage clair » est tenue : voir des spécialistes de l'Institut de recherche et d'histoire des textes expliquer brièvement, en termes simples, ce qu'est une réclame, un martyrologe ou un graduel ne peut que réjouir.

En bref, les deux écueils que rencontre généralement ce type de projet (mépris des spécialistes, indifférence du public) ont été parfaitement évités et on souhaite à ce petit volume, très soigné, mais peu coûteux, le succès qu'il mérite.