entête
entête

Pierre Albert

Histoire de la presse politique nationale au début de la Troisième République, 1871-1879

Lille : Université de Lille III ; Paris : diff. H. Champion, 1980. -2 vol., 1599 p. ; 24 cm. - (Thèse : Lettres : Paris IV : 1977.) Bibliogr., 1575-1586. - ISBN 2-7295-0097-9

par Jean-Luc Gautier

Doublement de l'audience de la presse entre 1871 et 1879 ; triplement des organes politiques ; influence considérable ; pugnacité des journaux républicains supérieure à celle des journaux conservateurs ; éclipse quasi totale des feuilles d'extrême-gauche ; élargissement du champ d'information entraînant une modification des contenus ; novation limitée toutefois par la persistance d'un nombre de pages réduit : nul doute qu'en dégageant, entre autres, ces conclusions d'un panorama aussi complet que possible de la presse politique nationale durant la huitaine d'années étudiée, M. Albert n'ait écrit avec cette thèse d'État, un chapitre remarquable non seulement de l'histoire de la presse mais de l'histoire politique et sociale de la France.

Les bibliographes et catalographes ne s'en plaindront pas, que M. Albert prend en flagrant délit d'insuffisance (p. 32-33), puisqu'au prix de recherches et de reconstitutions de collections qui tiennent de la gageure il apporte sur la vie de bien des gazettes maintes précisions nouvelles ou mal connues ; dommage, de ce point de vue, qu'un index ne permette d'y avoir aisément accès ou mieux qu'aucun tableau ne les récapitule.

Recherches et reconstitutions de collections difficiles avons-nous dit. C'est que celles-ci sont dispersées et lacunaires, à supposer que des épaves subsistent (ibid.). En ne manquant pas de le souligner parmi les obstacles qu'il a rencontrés, M. Albert ne rappelle pas seulement aux différents responsables des bibliothèques le caractère d'urgence que revêt la mise en œuvre d'un plan de sauvetage de la presse du XIXe siècle, qui dépasse la seule Bibliothèque nationale pour englober les bibliothèques universitaires et municipales ; mais aussi les devoirs qui s'imposent à eux au regard de la conservation de tous les périodiques qui paraissent hic et nunc.