entête
entête

Corpus der byzantinischen Miniaturenhand-schriften...

hrsg. von Otto Demus ; Red. Irmgard Hutter. Bd. 1 : Oxford, Bodleian Library. Vol. I. - Stuttgart : A. Hiersemann, 1977. - XIX-270 p. - 5 p. de pl. : ill. ; 34 cm. - (Denkmäler der Buchkunst ; Bd. 2.) ISBN 3-7772-7706-1 : 460 DM

par Charles Astruc

Patronné par l'Académie autrichienne des sciences, le Corpus, dont nous présentons ici le premier volume, a pour but ambitieux de mettre à la disposition des byzantinistes et des historiens d'art la reproduction des illustrations contenues dans l'ensemble des manuscrits grecs à peintures subsistant dans le monde, à la seule exception des témoins ayant déjà. fait l'objet de publications satisfaisantes. L'éditeur scientifique de l'entreprise est le Pr Otto Demus, et c'est une des disciples de ce grand spécialiste, Frau Dr. Irmgard Hutter, qui a été chargée de la rédaction. Les tomes de ce CBM font partie de la collection intitulée « Denkmäler der Buch-kunst », le tome 1 constituant le volume 2 de cette série. La publication bénéficie de subventions du Fonds autrichien de la Recherche scientifique.

Le travail a commencé par les manuscrits byzantins de la Bibliothèque Bodléienne, d'Oxford : trois tomes sont prévus pour cela, tous entièrement rédigés par Mme Hutter. Le premier analyse et reproduit le matériel pictural contenu dans soixante-douze manuscrits échelonnés du Xe au XIVe siècle (dans le tome 2, paru en 1978, mais non parvenu à la Rédaction de notre Bulletin, figurent seulement dix autres manuscrits de la Bodléienne, parmi lesquels, selon une conception un peu élastique, on a inclus aussi des témoins extérieurs à Byzance, dans l'espace -manuscrits vénitiens - comme dans le temps -jusqu'au XVIIe siècle).

Pour pouvoir aboutir assez rapidement à des résultats substantiels, on s'est interdit toute analyse stylistique, toute comparaison, ce qui ne va pas sans causer quelque déception à l'usager. On se borne, pour chaque manuscrit, à une sobre description des illustrations reproduites, que précède une notice sommaire sur le volume : cote, titre, localisation éventuelle et datation, matière, dimensions, nombre de folios, de colonnes, de lignes ; brève analyse du contenu ; foliotage, cahiers, réglure, écriture, liste des illustrations, provenance, reliure, état de conservation, bibliographie.

Une liste des abréviations (p. XIV-XVIII) tient lieu de bibliographie générale. Les manuscrits reproduits sont énumérés d'abord (p. XIX) dans l'ordre des planches, puis (p. 117) d'après les cotes des différents fonds. Il n'y a pas de table chronologique : on n'aurait pu en dresser une sans entrer dans des discussions que l'on a voulu éviter, mais il faut bien dire que plus d'une datation laconiquement proposée reste douteuse.

En tenant compte de l'objectif précis expressément visé (v. p. IX), reconnaissons que Mme Hutter, dans ce premier tome du CBM, a effectivement réussi à fournir aux chercheurs une masse quasi exhaustive de données et d'informations, à partir desquelles le lecteur averti pourra toujours entreprendre, s'il le désire, une investigation plus poussée dans le champ immense de l'art des manuscrits à peintures byzantins.