entête
entête

Louis Desgraves

Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au XVIIe siècle

T. I : Agen... Tulle

Baden-Baden : V. Koerner, 1978. - 279 p. ; 24 cm. - (Bibliotheca bibliographica Aureliana ; 75.) Index p. 265-276. - ISBN 3-87320-075-9 : 180 DM

par Albert Labarre

Inauguré en 1968, le Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au XVIe siècle, avec les 27 livraisons déjà publiées, recouvre presque tout le territoire, à l'exception de Paris et de Lyon qui font l'objet d'autres entreprises, de Rouen, pas encore terminé, et de Strasbourg. Un supplément et des tables générales sont même en préparation.

Aussi l'éditeur peut-il se permettre d'entreprendre un répertoire similaire pour le XVIIe siècle. Une brève préface, due à l'auteur de ces lignes, en indique l'économie et présente les modifications introduites. Le plan suit toujours l'ordre des villes, mais plus celui des ateliers, qui n'était pratique que pour les spécialistes du livre, remplacé par l'ordre chronologique des éditions, qui répond aux aspirations d'un plus grand nombre de chercheurs, et évite les renvois en cas d'éditions partagées. Dans chaque volume, une table des auteurs et anonymes et un index des imprimeurs et libraires remédieront aux inconvénients de ce classement, sans attendre la fin d'une publication qui risque d'être longue. Enfin, les notices ont été allégées, pour les besoins de l'édition bien sûr, aussi parce que l'évolution de la présentation du livre rend moins nécessaires des descriptions détaillées.

Le premier volume est dû à l'inlassable activité de M. Desgraves. Il recense la production de 15 villes du centre, de l'ouest et du sud-ouest de la France. Il faut d'abord exclure Doué-la-Fontaine dont la seule édition est probablement apocryphe. La production de six villes est nulle ou médiocre : Dax (1 édition), Bazas (2), Condom (11, soit quelques ouvrages de liturgie et de droit canon dans ce petit siège épiscopal), Châtellerault (14, dont quelques pièces de circonstance), Brive (16, généralement de caractère religieux) et Bayonne (16 dont 9 en langue basque). La production de trois autres villes demeure faible. Parmi les 46 éditions de Bergerac, on remarque des ouvrages de théologiens protestants et d'auteurs classiques, avec une interruption au milieu du siècle. Les 81 éditions de Fontenay-le-Comte représentent des ouvrages protestants au début du siècle, des pièces de circonstance au milieu, et des ouvrages catholiques à la fin. Les 98 éditions d'Angoulême sont assez diverses, mais contiennent beaucoup de pièces de circonstance. L'activité typographique de quatre autres villes est plus appréciable. Celle de Tulle s'intensifie au cours du siècle ; les 116 éditions sont surtout dues à trois familles d'imprimeurs, les Chirac, les Dalvy et les Viallannes, et leur caractère religieux et pédagogique correspond à la présence d'un collège de Jésuites dans la ville. Les 120 éditions publiées à Castres sont assez diverses ; on y remarque des ouvrages protestants, des traités scientifiques de Pierre Borel, des calendriers astronomiques de Guillaume de Nautonnier. Les deux tiers des 161 éditions d'Agen appartiennent à la seconde moitié du siècle, avec beaucoup d'ouvrages religieux dont ceux de l'évêque, Claude Joly. Il y a aussi un collège de Jésuites à Cahors, et cela se reflète dans beaucoup des 173 éditions de cette ville. Avec 720 éditions, Saumur est la seule ville dont la production peut être qualifiée d'importante ; siège d'une célèbre académie protestante, on y trouve beaucoup d'ouvrages de théologiens réformés, notamment Moïse Amyraut, sortis des presses des Desbordes, Lasnier, Péan, Portau et autres ; la production des imprimeurs catholiques (François Ernoult, les Hernault) est moindre, mais demeure appréciable.

La présentation est claire. Il faut seulement relever une petite anomalie dans l'impression des notices : dans l'adresse, la date est rejetée entre la ville et l'imprimeur, ce qui ne correspond ni aux habitudes de catalogage, ni à la façon dont l'adresse se présente dans les ouvrages eux-mêmes. La table des imprimeurs et libraires figure en tête de chaque ville ; l'index général des auteurs et anonymes, en fin de volume, suivi d'une bibliographie. Il faut donc souhaiter à cet utile répertoire de trouver la place qu'il mérite dans les rayons d'usuels (malgré un dos massicoté qui n'en facilitera pas la reliure) et de s'étendre rapidement à d'autres villes.